Jump to content

    4 records in this category

      522

      Whitley's Guide - Terrapin

      Cet article a été initialement publié dans Jump Point 6.02.
       
      Explorateur de classe Terrapin
      d'Anvil Aerospace
       
      COMMANDE INITIALE
      Les premières livraisons de vaisseaux de classe Terrapin U4A-3 Block I ont commencé le 19 septembre 2796, les premières unités formant le noyau de la 198e Escadre de soutien et d'utilité nouvellement créée (devise : " Nous sommes couverts ") lors d'une remise officielle à MacArthur. Dans le cadre de la réorganisation militaire progressive prévue par l'Empire Uni de la Terre, les éléments de la 198ème escadre ont été détachés auprès des flottes actives dès qu'ils étaient disponibles, ce qui a permis aux Terrapins nouvellement créés d'entrer rapidement en action. En effet, la première mise à l'épreuve du modèle a eu lieu deux mois seulement après son introduction, lorsqu'un seul Terrapin a abattu un chasseur mercenaire dans le cadre d'une opération d'interdiction de stupéfiants au large de Castra. Le Terrapin s'est très facilement installé dans son rôle d'opération de la flotte, se révélant efficace en tant que vaisseau de soutien, véhicule blindé de transport de troupes et, lorsqu'il était appelé, en tant que plate-forme de combat. Les planificateurs militaires ont été extrêmement satisfaits de la facilité d'adoption du Terrapin et l'ont fréquemment cité comme preuve du succès de l'initiative du "nouveau modèle de marine" de l'ère post-Messer.
       
      ADOPTION PAR LA MARINE
      La commande initiale de Terrapin par la Marine a été rapidement suivie d'une deuxième demande de taille similaire de la part des Marines de l'UEE. Bien que le Terrapin soit dépourvu des canons lourds utilisés par les vaisseaux de largage spécialisés, son blindage protecteur et ses capacités de balayage améliorées en font un véhicule blindé idéal pour le transport de troupes. Les APC Terrapin se sont rapidement imposés dans les convois et les missions d'interdiction à petite échelle. C'est un Terrapin de l'UEE qui a localisé puis abordé le paquebot Astoria lors du détournement de l'année 2820. (Le Terrapin d'abordage lui-même a été détruit lors de l'explosion qui a suivi, mais son équipage a survécu, ainsi que l'équipage et les passagers qu'ils ont aidé à mettre en sécurité). On dit que les Marines préfèrent voyager à bord des petits Terrapins lorsque c'est possible, leurs systèmes plus avancés offrant une conduite beaucoup plus douce (bien que plus exiguë) que les vaisseaux de transport traditionnels. Les Terrapins sont également devenus populaires pour les opérations de débarquement "en toute sécurité" : en général, tout débarquement où il ne sera pas confronté à plus que des tirs d'armes légères. Une rumeur persiste selon laquelle l'UEEM utilise un Terrapin "furtif amélioré" de technologie avancée pour des opérations d'abordage secrètes ; ce vaisseau n'a jamais été aperçu et son existence a été fermement démentie par Anvil et l'armée.
       
      VERSIONS ULTÉRIEURES
      Les unités de reconnaissance et d'exploration ont commencé à adopter le Terrapin cinq ans après son lancement en tant que vaisseau utilitaire blindé, mais cette adoption a été plus difficile que le lancement initial. Les pilotes de reconnaissance, habitués à des vaisseaux légers et incroyablement rapides qui privilégient la vitesse au blindage pour échapper aux problèmes, étaient rebutés par la nature opposée du Terrapin. Cela a changé en un seul incident : on dit que le vaisseau a été "rentabilisé" en 2814 lorsqu'un vaisseau de reconnaissance piloté par le commandant Bruce Dunbar a réussi à suivre un groupe de raiders vanduul à travers quatre systèmes sans être identifié. Les informations tactiques recueillies lors de la mission ont contribué à former des éléments importants de la compréhension stratégique moderne des Vanduul ; l'interception et la destruction du groupe de raiders par des éléments de la Neuvième Flotte ont également constitué une grande victoire en termes de relations publiques pour l'UEE. Dans les trois années qui ont suivi l'incident, chaque unité de reconnaissance de première ligne a reçu au moins un Terrapin (et son équipage).
      Le principal inconvénient des premiers Terrapin était la difficulté de la gestion de la puissance, qui exigeait qu'un pilote se familiarise particulièrement avec la conception afin de l'utiliser le plus efficacement possible. Avec de multiples configurations de vol, dont certaines modifient considérablement la géométrie en orbite, la difficulté de "maîtriser" le Terrapin est devenue évidente. Les modèles ultérieurs faciliteront cette tâche, en adaptant les astuces développées par les premiers pilotes pour gérer un ensemble de capacités aussi inhabituelles. Anvil Aerospace a commencé à commercialiser la version modifiée de l'U4A-3 Block II en juillet 2845, avec des kits de mise à niveau du champ de bataille permettant de convertir les modèles Block I existants au cours des 24 mois suivants. La transition vers l'U4A-3 Block II est le résultat d'un examen massif des expériences des pilotes au cours du demi-siècle précédent ; des milliers de pilotes de Terrapin, anciens et actuels, ont été interrogés et d'innombrables heures de combat et de vol ont été examinées dans le cadre du processus d'amélioration. La principale conclusion de ce processus était que la durabilité du vaisseau le rendrait idéal pour les rôles exploratoires qu'il n'avait pas encore remplis. En conséquence, les modèles du bloc I ont abandonné la tourelle à menton télécommandée, largement inutilisée, et ont été dotés de batteries étendues, d'un meilleur blindage et d'une suite de capteurs capables de collecter et de stocker plus de données que ce qui serait normalement nécessaire pour un vaisseau spatial d'appui-feu. Bien que ces modifications n'aient pas fait l'objet d'un appel d'offres officiel, la Marine en a rapidement perçu l'intérêt et a commencé à acheter des Terrapin spécifiquement pour des missions de services exploratoires.
       
      LA POLYVALENCE EN ACTION
      Bien que le service actif du Terrapin comprenne de longues périodes de temps de paix, il s'agit d'un appareil qui est considéré comme très demandé en toutes circonstances. L'amiral Vos Kant a déclaré qu'en raison des capacités multirôles du Terrapin, il n'y avait pas de vaisseau spatial qu'il préférait avoir en position cinq. En effet, les pilotes de Terrapin se sont rapidement habitués à ne pas se contenter d'un simple "score" : les escadrons auxiliaires et de soutien accordent généralement la même importance au nombre de missions effectuées, au nombre de sauvetages réalisés ou au nombre d'opérations d'abordage menées. Les escadrons d'exploration rivalisent en termes de données brutes téléchargées. Dans tous ces domaines, le Terrapin est devenu un recordman ; un Terrapin détient actuellement le record des "sauvetages vivants", c'est-à-dire des sauvetages d'humains qui ont été exposés au vide pur.
      Les Terrapin ont été parmi les premiers vaisseaux spatiaux envoyés dans le cadre du projet Synthworld. Ce projet de construction massive a tellement sollicité les ressources de la Marine qu'au début du 30e siècle, on estimait que trois Terrapin sur cinq avaient été affectés à cet effort à un moment donné de leur service. En plus de leurs fonctions d'APC et de S&R, de multiples tentatives ont été faites pour les modifier en vue du transport de minerai à petite échelle et de l'analyse minérale. Ces efforts de modification n'ont pas été couronnés de succès, bien qu'un patch de projet Synthworld bien connu montre un Terrapin anthropomorphe portant une pelle et un seau. Les Terrapin orientés vers la construction ont reçu une peinture jaune et noire distincte à cette époque, qui est encore souvent associée à cet effort.
      En 2910, le Terrapin est devenu un nom familier inattendu après avoir joué un rôle principal dans une vidéo populaire. La vidéo To the Stars, financée en partie par le bureau de l'Empire chargé des relations avec les civils, mettait en scène un groupe hétéroclite d'humains à bord d'un Terrapin violet et orange peint de façon criarde et affectueusement nommé Maxwell. Le Terrapin était "joué" par un modèle U4A-3 Block II en service actif prêté par la Marine, nominalement affecté à l'UEEN Declan Smith. Qualifié dès le début de "vilain petit bout", le vaisseau spatial finit par sauver la situation et devient un foyer pour son équipage d'explorateurs. L'omniprésence du film et la popularité de l'engin spatial personnifié ont suscité un bref engouement, plusieurs entreprises produisant des produits dérivés sur le thème du Terrapin pour une population civile avide. Après le tournage, Maxwell a été remis en service, mais a finalement été donné au musée aérospatial Garber, où il a été restauré pour retrouver son apparence de tournage et est maintenant exposé en permanence.
       
      U4A-3 BLOCK III ET DÉPLOIEMENT ACTUEL
      Le modèle "moderne" U4A-3 Block III a été présenté en 2899, avec (entre autres) des améliorations des points de fixation des armes et un certain nombre de surfaces de contrôle. Le modèle Block III officialise également une " astuce " utilisée depuis longtemps par les pilotes de Terrapin, à savoir la possibilité de libérer de l'énergie en changeant de mode de vol. Bien qu'aucune option de mise à niveau sur le champ de bataille n'ait été créée, les cellules spatiales Block III ont désormais entièrement remplacé le modèle Block II. Ces dernières années, le Terrapin a complété son histoire de combat, les batailles avec les Vanduul étant devenues plus importantes et plus courantes. Lors d'un engagement remarquable en 2944, un vol de six chasseurs Scythe est tombé sur un quatuor de Terrapin opérant en mode furtif avec des systèmes bas, dans le cadre d'une observation d'entraînement. Avec leurs faibles émissions, les équipages des Terrapin ont passé huit minutes terrifiantes à éviter d'être détectés avant d'être finalement en mesure de renverser la situation et de prendre le dessus sur les Vanduul. Le groupe de l'UEEN a subi des dommages mais n'a perdu aucun vaisseau, tandis que cinq des six Scythes ont été détruits. Les images des caméras n'ont pas permis de déterminer le sort du sixième, mais on considère qu'il a probablement été tué.
      C'est également au tournant du siècle que les civils ont commencé à utiliser plus largement les Terrapins ; la Marine a fait l'acquisition de milliers de Block II dans le cadre de la transition, puis a commencé à faire la rotation des Block III selon un cycle de quinze ans. Le programme civil de remise à neuf, géré par Anvil à partir d'une installation de déclassement dédiée à Nova Kyiv, met les anciens Terrapins à la disposition des entreprises et des utilisateurs individuels. ArkJen a été la première grande entreprise à adopter les Terrapins en masse, en adaptant les capacités de reconnaissance des vaisseaux à leur travail d'enquête traditionnel. Parmi les opérateurs civils dignes d'intérêt, citons Meridian Transport, où les Terrapin sont utilisés pour des sauts planétaires de haute sécurité, et le GRUT, où ils sont devenus indispensables aux missions de recherche et de sauvetage.
      Les propriétaires individuels de Terrapin sont également devenus très nombreux ces dernières années, avec des milliers de vaisseaux inscrits au registre officiel. Les propriétaires/opérateurs les considèrent comme un bon investissement, même d'occasion : un vaisseau spatial solide capable de remplir de nombreux rôles essentiels et courants, tout en étant suffisamment robuste pour s'adapter à une galaxie en constante évolution.
      Cet extrait est tiré du Guide de 2947 Whitley sur l'historique de service du Terrapin U4A. Reproduit avec autorisation. Le Whitley's Guide est la propriété de Gallivan Publishing, 2860-2948, tous droits réservés.
       
      Trad : @Maarkreidi Startcitizeninfo.fr

      310

      Whitley's Guide - 300 Series

      Whitley's Guide - 300 Series
      Cet article a été publié à l'origine dans Jump Point 6.04.
      Série Origine 300
       
      POINTS D'ORIGINE
      Origin Jumpworks a dévoilé son prototype X3 au salon de l'aéronautique et de l'espace de 2889 à Terra, provoquant un choc chez les observateurs de l'aérospatiale et les initiés de l'industrie : une société connue auparavant pour ses moteurs à fusion et ses vaisseaux de transport industriel cherchait à s'attaquer au marché concurrentiel des monoplaces avec une nouvelle esthétique audacieuse qui ne ressemblait à rien d'autre dans la galaxie. Bien qu'il ne s'agisse que d'une démonstration unique de technologie et d'esthétique, l'accueil réservé au X3 a clairement montré que la société était capable de concevoir des vaisseaux monoplaces compétitifs et qu'il y avait un public pour sa nouvelle philosophie de conception : il y a de la place pour le style dans le vide. Enhardi par la réaction du public à sa nouvelle mission de combiner esthétique et utilité, Origin a commencé à se convertir en constructeur de monoplaces. Il s'en est suivi près d'une décennie de travail pour mettre au point un vaisseau commercialisable et développer les installations de conception et les usines pour la production en série du vaisseau spatial final.
      Le programme X3 était dirigé par Otto et Andreas Lang, frères et prodiges de l'aérospatiale connus pour leur capacité à allier forme et fonction. Les Lang n'avaient pas encore 35 ans lorsqu'ils ont été recrutés par Seal Corporation pour superviser le développement des collecteurs de plasma chez Origin. Les deux frères n'ont occupé ce poste que brièvement : ensemble, ils ont mis au rancart la conception actuelle et ont élaboré leur propre version, plus efficace, au cours des six premiers mois. Grâce aux bénéfices générés par ce changement, ils sont nommés un an plus tard à la tête du programme hautement expérimental X3. La vision ultime, insistent-ils, était claire dès le départ : fabriquer un vaisseau spatial de luxe monoplace au design épuré et moderne. "Beaucoup de créatures créent des outils", prêchait Andreas, "mais l'humanité se définit par une capacité plus sacrée à apprécier la beauté et à utiliser cette appréciation pour créer de l'art". Leur vocation était donc de concevoir des vaisseaux spatiaux qui maintiendraient notre humanité innée alors que nous atteignons des étoiles toujours plus lointaines et que nous nous développons au-delà de la capacité à maintenir une société singulière. Dans le sillage du succès du X3, chaque frère a constitué sa propre équipe : Otto, le plus jeune des deux, pour diriger les vaisseaux d'observation de la série 200 et Andreas pour concevoir ce que l'entreprise considérait comme le joyau de sa couronne : le vaisseau spatial personnel de la série 300.
      Andreas a constitué son équipe de conception avec des fanatiques, des idéalistes dans l'âme qui voulaient s'assurer que le style du 300 serait porteur d'un idéal plus élevé. L'équipe résultante était un mélange éclectique : des spécialistes de la conception de vaisseaux standard se sont concentrés sur des domaines tels que les générateurs, les propulseurs et les systèmes de survie, tandis que des personnes extérieures issues d'autres secteurs ont été invitées à travailler sur l'esthétique, le confort et l'ambiance générale du vaisseau.
      Malgré tout, l'un des principaux facteurs du succès du 300 n'est pas venu du groupe de réflexion sur la conception sur le Rhin, mais plutôt des profondeurs du système juridique de l'Empire uni de la Terre. En 2898, la Haute Cour a rendu un verdict dans l'affaire Pressman contre l'Empire-Uni de la Terre, autorisant les vaisseaux civils à utiliser les mêmes normes de sécurité en matière de vitesse que les vaisseaux de course depuis des années. Pressman a fait valoir qu'avec les progrès actuels de l'avionique, les anciennes règles de sécurité établies par le ministère des Transports et de la Navigation constituaient un fardeau injuste pour les pilotes modernes. Le tribunal lui a donné raison et le moment n'aurait pas pu être mieux choisi pour Origin : le 300 serait le premier vaisseau spatial à bénéficier de ces nouvelles limites de sécurité en matière de vitesse. En conséquence, en 2899, le 300 était l'un des vaisseaux les plus rapides de sa catégorie. Bien que RSI, Drake et d'autres aient rapidement emboîté le pas et produit des vaisseaux dont la vitesse n'était pas limitée, Origin s'est attiré les faveurs du public en arrivant le premier sur le marché.
       
      ENVOL
      Le premier prototype d'Origin 300, fabriqué à la main (les modèles de pré-production ne comportaient pas les désignations de variantes alphabétiques fermées telles que "-i" ou "-p"), a pris son envol au cosmodrome de Francfort le 3 août 2897. D'un point de vue technique, le premier vol est un énorme succès : le prototype effectue neuf orbites terrestres sans problème. D'autres essais préliminaires ont rapidement permis d'atteindre les objectifs habituels d'un premier vol, notamment la fronde Terre-Lune et le premier quantum vers Io. En l'espace de six mois, le 300-1 était prêt à effectuer les premiers tests de saut dans l'espace réel. Seul problème : un inventaire complet des métaux, alliages et composants actuels indique que le coût final du vaisseau sera plus de quinze fois supérieur à celui d'un Aurora. Le conseil d'administration de la société, qui s'était contenté de laisser Lang travailler sans restrictions, est intervenu. Pendant les quatorze mois qui suivirent, les factions de la société se livrèrent à une bataille interne acharnée sur le modèle de production du 300, une chaîne de cadres démissionnant face à l'obstination de Lang. Des concepteurs de vaisseaux spatiaux et des consultants externes ont été chargés de déterminer comment transformer un prototype parfait et coûteux en un modèle de production fonctionnel sans sacrifier l'âme de la machine. Le résultat de ces travaux est un vaisseau spatial dont le prix de vente est environ quatre fois supérieur à celui de l'Aurora. Le 18 décembre 2899, la série 300 a été présentée pour la première fois lors d'une cérémonie spéciale à Baïkonour. La combinaison de ses lignes époustouflantes et de ses performances incroyables a immédiatement conquis le public. L'Origin 300 est rapidement devenu le "look" des vols spatiaux populaires - un symbole de réussite et un objectif pour tous ceux qui se lancent dans la galaxie. Si RSI a offert à l'humanité un chemin plus facile vers les étoiles, Origin a offert une chance collective de faire ce saut avec style.
       
      LES VARIANTES
      La série 300 a été lancée en 2899 avec un seul modèle : le 300i. Andreas insistait pour qu'Origin commence à produire des variantes dès la troisième année en concevant des modèles entièrement nouveaux pour remplir des tâches spécialisées différentes. Origin, se souvenant du coût du premier prototype et de la bataille qui s'ensuivit pour réduire les coûts de production, refusa l'idée. Malgré toute la rhétorique du projet, amplifiée par la suite par le marketing initial de la série, la société voulait emprunter un aspect important de l'Aurora de RSI : un cadre spatial modulaire conçu pour s'adapter facilement aux variantes. Comme l'Aurora, la série 300 adapterait la version initiale en une multitude de modèles d'usine différents construits sur la base de la conception standard. De l'avis général, la décision de développer des variantes plutôt que des modèles sur mesure a complètement découragé Lang. Au lieu de diriger le modèle 2903 comme prévu, il constitua une équipe séparée et plus petite pour construire le modèle de vitesse Origin 350r. Non destiné à la vente, le projet 350r a permis à Lang et à ses plus fervents acolytes de construire les vaisseaux haute performance qu'il souhaitait pour le circuit de course.
      Plus d'une douzaine de variantes de la série 300 ont été proposées depuis le début de la gamme, la plupart étant des modèles annuels mineurs et uniques destinés à des événements particuliers, comme l'Origin 320c "Imperator's Edition". Cependant, deux variantes de conception se sont avérées si efficaces qu'elles ont été intégrées au cycle de production standard, recevant les mêmes améliorations progressives de l'année de référence  que le vaisseau de base. L'Origin 315p a été lancé en 2930 en tant qu'"explorateur de poche", une tentative inhabituelle de marier les lignes du 300i avec une puissance améliorée et un ensemble de balayage nouvellement développé. Malgré l'étrangeté de son design, le 315p s'est avéré être un vaisseau fiable, dont le succès s'explique en grande partie par le fait que les petites entreprises de prospection étaient heureuses de disposer d'un vaisseau spatial dédié, aussi performant, mais offrant le confort et le style souvent négligés par les autres fabricants.
      La deuxième variante de longue date est le chasseur 325a, dont on pense généralement qu'il est le fruit d'un contrat avec la marine. Aucune information n'a jamais été divulguée sur les raisons pour lesquelles l'UEEN aurait pu utiliser un modèle 300i axé sur le combat, mais une analyse approfondie des propriétés du vaisseau suggère qu'il a en fait été conçu une dizaine d'années avant sa révélation en 2940. Quoi qu'il en soit, le 325a adapte le concept du 300i pour en faire un vaisseau de combat dédié, avec des améliorations de la charge utile des armes et l'ajout d'un système de ciblage spécialisé.
      Origin a augmenté ses capacités de production chaque année depuis le lancement du 300, utilisant le succès du design pour financer d'autres vaisseaux spatiaux qui suivent la même philosophie esthétique. De la série Origin 100, destinée aux débutants, aux vaisseaux 600, à la fois beaux et fonctionnels, jusqu'au luxueux vaisseau amiral 890 Jump, Origin continue d'adhérer à la conviction fondamentale d'Andreas Lang selon laquelle l'apparence et le maniement des vaisseaux spatiaux doivent être en accord avec notre nature profonde.
       
      Trad @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr

      312

      Whitley's Guide - Prospector

      Whitley's Guide - Prospector
       
      Cet article a été publié à l'origine dans Jump Point 6.06.
      MISC Prospector
       
      HISTOIRE DU DÉVELOPPEMENT
      Le MISC Prospector est le projet le plus célèbre (et peut-être le plus torturé) issu du tristement célèbre Projet Cold Boot de MISC High Industrial, une équipe d'ingénieurs organisée pour développer des sources de revenus supplémentaires à partir des avoirs existants de MISC en utilisant des ressources limitées. Le développement du Prospector a commencé en 2910, à la suite d'un examen du projet de transport léger Freelancer. Ayant déjà réussi à modifier le Freelancer de base pour des missions d'enquête et de lutte contre les incendies, MISC souhaitait étudier des utilisations encore plus improbables du châssis. À cette fin, la direction de MISC a accepté à contrecœur le déclassement de neuf Freelancer, qui ont été transférés à l'équipe Cold Boot. Trois d'entre eux étaient complets et testés dans l'espace, tandis que les autres ont été laissés à divers stades de construction et expédiés avec leurs composants prévus.
      L'équipe Cold Boot a commencé par lancer des idées de rôles potentiels pour une variante de Freelancer construite à cet effet, allant de simples drones de soutien au combat à des vaisseaux spatiaux de lutte contre les incendies. À partir de près de 300 concepts bruts, l'équipe a décidé de se diviser en trois groupes de conception afin de poursuivre le développement physique plus avancé des trois premières options. Le premier projet, baptisé "Freeminder", était orienté vers les affaires et devait être un vaisseau intelligent de relais de données sécurisées. Le deuxième projet a opté pour un contrat militaire avec un véhicule blindé de reconnaissance espace-sol appelé "Observer". Le troisième projet, considéré comme le plus improbable, devait être un vaisseau minier spécialisé, surnommé simplement "The Miner".
      Le vaisseau minier avait le moins de chances de voir le jour pour une raison très simple : en 2910, il y avait très peu de petits vaisseaux miniers. Ce n'était pas par manque de technologie, mais plutôt parce que l'exploitation minière terrestre et celle des astéroïdes étaient considérées comme des projets à grande échelle qui ne pouvaient être rentables que s'ils étaient financés par de grandes entreprises. Dans un monde où des plates-formes minières de 400 mètres peuvent extraire de petits astéroïdes en quelques heures, il n'était pas question qu'un exploitant individuel se lance dans l'exploitation minière. MISC cooptait essentiellement l'approche "homme ordinaire" de Roberts Space Industries pour la vente de vaisseaux, avec un vaisseau qui n'avait pas encore fait ses preuves.
      En 2914, les deux premières tentatives de conversion ont été complètement abandonnées. L'équipe de Freeminder s'est révélée incapable de produire un prototype efficace, l'espace interne du Freelancer ne permettant pas de protéger le nombre de systèmes nécessaires au projet. Le concept de l'Observer s'était avéré viable dans l'espace lors des simulations et un travail considérable avait été accompli pour construire le cône de nez transparent alternatif pour la construction physique lorsque l'on apprit que le contrat de reconnaissance au sol dont on parlait avait été retiré en raison d'une modification du budget de l'armée. Le prototype incomplet est resté exposé au laboratoire de Los Arenas de MISC pendant des années et a finalement été mis au rebut. Bien que le Miner ait atteint le stade du prototype physique, sa situation semblait tout aussi désastreuse. Le premier prototype, désigné rétroactivement "Prospector Proof of Concept Demonstrator A-1", était une bête désagréable et disgracieuse. L'équipe s'est trouvée dans l'impossibilité d'investir dans un équipement minier sur mesure et a été contrainte d'adopter une solution standard : la plus petite taille d'un émetteur à tête laser Daylan Kruz, un composant de la taille du cockpit entier d'un Freelancer. Plutôt que d'être intégré au design, l'émetteur a été nano-soudé en tandem avec le cockpit et fixé par quatre perches métalliques. Il en résulte un vaisseau spatial peu maniable, dépourvu de l'aérodynamisme nécessaire pour fonctionner de manière prévisible dans une atmosphère. Les premiers vols d'essai ont été effectués par l'intermédiaire d'un vaisseau spatial porteur, le prototype de mineur étant largué dans l'espace à proximité de cibles astéroïdes.
      Ce qui manquait au démonstrateur technologique A-1 en termes d'esthétique ou de maniabilité, il le compensait en termes de fonctionnalité. Au cours des vingt-six vols effectués par les pilotes d'essai de MISC, l'A-1 a remporté des succès dans un certain nombre de domaines jugés nécessaires à la poursuite du programme. Ces vols ont prouvé que la propulsion de base du Freelancer pouvait alimenter un appareil minier, que la coque pouvait être modifiée pour charger du minerai et d'autres matériaux en vol et qu'avec un peu de pratique, un pilote entraîné pouvait très efficacement mener des opérations minières plus délicates et de grande valeur à l'aide des propulseurs du vaisseau. Le programme de prototypes s'est poursuivi et quatre des châssis du Freelancer ont finalement été convertis en démonstrateurs de plus en plus avancés (désignés A-2, A-3 et B-1).
      Lors des essais spatiaux du dernier démonstrateur, le B-1, l'accessoire minier avait été intégré dans une grande gaine placée sous le cockpit. Le résultat était un mécanisme que le pilote pouvait manœuvrer très efficacement, lui donnant la possibilité d'effectuer le genre de manœuvres minières délicates pour lesquelles les plus gros vaisseaux devaient déployer des engins de surface spécialisés. La direction de MISC-HI était ravie à l'idée de rejoindre les rangs des fabricants d'engins spatiaux produisant des vaisseaux miniers lucratifs et voyait le potentiel du vaisseau à créer un nouveau marché pour les équipes minières indépendantes (dont beaucoup loueraient ces vaisseaux à des taux de rendement extrêmement positifs pour l'entreprise). Le conseil d'administration a été tellement convaincu qu'il a retiré le projet de Cold Boot, en le finançant et en chargeant une équipe d'ingénieurs de haut niveau d'en faire un projet distinct plutôt qu'une conversion du Freelancer.
      Au cours des huit années suivantes, les équipes internes de MISC-HI ont travaillé ensemble sur deux projets : L'équipe de conception principale s'est concentrée sur le développement d'une coque de vaisseau spatial unique inspirée du Freelancer qui, tout en utilisant de nombreuses pièces disponibles sur le marché, serait construite à partir de la base et organisée de manière à soutenir au mieux la façon dont ils imaginaient que l'exploitation minière à petite échelle serait la plus efficace. Pendant ce temps, une équipe de recherche et développement richement financée s'est concentrée sur le plus grand obstacle technologique du projet : miniaturiser un réseau minier de manière à ce qu'il puisse être stocké dans le fuselage d'un petit vaisseau tout en lui fournissant un rendement énergétique efficace. Pour ce faire, MISC a obtenu une licence pour le design de Daylan Kruz et a réduit et miniaturisé sans relâche les composants dans le cadre d'un processus minutieux de plusieurs années.
      Le vaisseau, désormais baptisé Prospector, a commencé ses essais dans l'espace en 2923 après une longue période de simulation dans le tunnel de saut. Les essais en conditions réelles se sont extrêmement bien déroulés, avec seulement quelques difficultés initiales résultant d'une mise à jour logicielle tardive. Le vaisseau de base était prêt à voler environ six mois avant que la première version de la foreuse ne soit achevée, de sorte que les premiers vols d'essai se sont concentrés sur la maniabilité et n'ont été effectués qu'avec une simulation pondérée. À la fin de l'année, le premier assemblage minier est sorti de la chaîne et a ravi des milliers d'ingénieurs aérospatiaux en s'installant à bord d'une coque Prospector et en se mettant immédiatement en marche.
      MISC a dévoilé le Prospector à la galaxie lors de ce qu'il a appelé une "présentation spéciale" à l'occasion de l'Exposition aérospatiale intergalactique de 2924. La réaction du public a été rude, les critiques louant le design mais critiquant fortement (et souvent cruellement) l'existence même du vaisseau. Selon le refrain, personne n'aurait jamais besoin d'un vaisseau spatial aussi spécialisé. De ce fait, les acheteurs n'ont pratiquement pas manifesté d'intérêt lors du salon et les précommandes pour le prochain Freelancer ont immédiatement dépassé celles du Prospector.
      Bien que la direction de MISC ait choisi de poursuivre le coûteux lancement du modèle commercial prévu pour l'année 2925, de nombreux employés ont exprimé des doutes en privé en raison de la réaction des médias. Alors que Roberts Space Industries avait carte blanche pour "vendre du rêve" à chaque nouvelle conception, il semblait que personne n'était prêt à considérer MISC de la même manière. Malheureusement pour le cours des actions de MISC, la réaction des médias était prophétique ; les ventes du Prospector ont atteint leur niveau le plus bas peu après le lancement et y sont restées pendant deux années entières.
      Puis vint le filon de Chessex, une découverte massive de matières premières jusqu'alors ignorées sur Ferron II. Les journaux de l'Empire ont fait état de la découverte du filon, la plus précieuse de l'année, qui avait été faite à l'aide d'instruments de précision au fond d'un canyon d'une planète qui avait été ignorée pendant des années. L'histoire était d'autant plus attrayante que ce n'était pas Shubin Interstellar ou une autre grande entreprise minière qui détenait la nouvelle concession minière. Il s'agit de Chloe Raznick, propriétaire et exploitante de l'un des 2925 premiers MISC Prospectors sortis de la chaîne de montage. Elle avait fait l'acquisition légale de plusieurs centaines de parcelles d'anciennes zones d'essais militaires au sol dans l'espoir de récupérer les obus usagés et de toucher les petites primes liées à la collecte de débris radioactifs. Lors de l'arpentage de son terrain, elle a découvert un gouffre profond dans lequel elle a fait pénétrer son Prospector. Le reste appartient à l'histoire et Raznick fait sensation du jour au lendemain, charmant l'Empire et impressionnant des billions de personnes par son entrée gracieuse dans un monde de richesses excessives.
      Quelques jours après la découverte, les ventes de Prospector ont explosé, les gens se précipitant pour essayer cette nouvelle carrière. Comme l'avait prédit l'équipe de Cold Boot, le Prospector a donné naissance à une nouvelle classe de mineurs, et leur travail a permis à ces mineurs indépendants de se lancer à l'assaut de la galaxie. Depuis 2925, MISC a apporté plusieurs mises à jour itératives au Prospector de base, deux modèles (2929 et 2938) étant considérés comme les plus importants. Le modèle 2947 devrait intégrer un système d'exploitation minière entièrement remanié et un nouveau système de stockage du minerai, nettement plus efficace que l'original.

      Trad @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr
       

      422

      Jerry : Une histoire à moitié oubliée

      Cet article a été publié à l'origine dans Jump Point 10.9.
      Jerry : Une histoire à moitié oubliée
      Aux confins du système Davien se trouve le musée de l'amitié Banu, qui célèbre la relation spéciale entre les Humains et les Banus depuis son ouverture en 2838. Le musée accueille un flux constant de touristes humains et d'étudiants en voyage d'étude, mais relativement peu de visiteurs banus. Pour attirer et fidéliser les visiteurs banus, le musée a récemment transformé sa boutique de souvenirs en un marché inspiré des Banus. Le conservateur Orisaka a également réorganisé l'exposition principale du musée, qui retrace de manière chronologique les relations entre les humains et les Banus, en ajoutant de grandes images de Jerry, le premier Banu rencontré par l'humanité, près de l'entrée de l'exposition. Bien visibles depuis le hall d'entrée, Orisaka espère que ces images attireront les Banu vers l'exposition par simple curiosité. Si Jerry est facilement identifiable par de nombreux Humains, puisque son nom et son image font partie intégrante du programme d'études Equivalency, les Banus, qui ne célèbrent pas culturellement les personnages célèbres de l'histoire, l'ont complètement oublié. Aux yeux d'Orisaka, "préserver et honorer l'héritage des Banu qui nous ont réunis incombe directement à l'humanité".
      PREMIER CONTACT
      Il était 3:13 SET le 12 juin 2438, lorsque Vernon Tar a entendu les scanners de son vaisseau émettre une tonalité. Il était à la recherche de nouveaux points de saut dans un secteur de Davien, après que des scanners prometteurs aient été obtenus lors de voyages précédents. Craignant qu'il ne s'agisse d'un autre navjumper tentant de lui voler sa découverte, Tar ouvrit le feu sur le vaisseau. Ce n'est qu'après les premiers tirs qu'il s'est rendu compte que le vaisseau ne ressemblait à rien de ce qu'il avait vu. Tar a transmis ses coordonnées et une brève description de sa rencontre aux autorités locales, qui les ont transmises aux Nations Unies de la Terre (UNE). À sa grande surprise, le vaisseau a maintenu sa position une fois qu'il est devenu évident que Tar ne représentait plus une menace. À l'intérieur du vaisseau, qui sera plus tard connu sous le nom de Defender, se trouvait Njeri, que l'UNE désignera sous le nom de Jerry. Plus tard, lorsque Njeri apprit qu'il s'agissait d'une approximation proche de leur nom Banu tel qu'il était prononcé par les Humains, les Banus adoptèrent ce titre comme un insigne d'honneur et insistèrent pour qu'on les appelle exclusivement ainsi. Les Banus n'ont pas fui parce qu'ils se sont rendu compte qu'ils avaient rencontré une nouvelle espèce et qu'ils espéraient que leur découverte leur permettrait de rentrer chez eux et d'éviter les ennuis.
      Ce n'est pas l'ambition professionnelle ou la curiosité scientifique qui a amené Jerry à Davien, mais la survie pure et simple. Jerry avait été pris en flagrant délit de détournement de fonds de leur souli et s'était enfui pour éviter les conséquences. "Jerry était loin d'être un cerveau criminel", selon Natalia Gordillo, membre de l'équipe diplomatique de l'UNE constituée à la hâte, qui s'est liée d'amitié avec les Banu et a écrit la biographie de Jerry. Bien que l'absence de documents historiques traditionnels sur les Banu rende certains aspects de son livre presque impossibles à corroborer, les spécialistes considèrent toujours le livre de Natalia Gordillo comme la biographie définitive de Jerry, car c'est la seule à avoir été écrite par un contemporain qui les a connus.
      Publié en 2447, Jerry est devenu un best-seller et, pour de nombreux Humains, il s'agissait du premier regard approfondi sur la vie et la culture des Banu. Le livre révèle des détails fascinants sur les soulis, la pratique du dessaisissement, la relation des Banu avec le temps, et bien d'autres choses encore. Mais il racontait aussi une histoire profondément personnelle et universelle, celle de Jerry qui ne se sentait pas à sa place dans la vie. Bien que bureaucrate dans son souli, Jerry rêvait d'être pilote et avait l'intention d'utiliser les fonds détournés pour s'acheter un poste dans un souli d'exploration respecté. Lorsque leur essosouli a flairé le plan de Jerry, ils ont paniqué et se sont enfuis à bord d'un des vaisseaux du souli, ce qui a donné lieu à une poursuite de plusieurs jours qui, par pure chance et grâce à des compétences innées, a permis à Jerry de découvrir un saut en Davien.
       
      HÉRITAGE
      Après le premier contact, la différence de langue a rendu presque impossible la communication entre Jerry et la délégation humaine de scientifiques et de militaires dirigée par le général Neal Socolovich. Des documents déclassifiés, aujourd'hui exposés au musée de l'amitié Banu, font état de la nature affable de Jerry et de sa volonté de travailler avec l'équipe TECH-Div pour comprendre la langue de l'autre. Ces documents décrivent également un incident célèbre au cours duquel une variété de nourriture a été présentée à Jerry et ils ont commencé à tout manger, y compris l'emballage du sandwich et de la barre nutritionnelle.
      D'autres Banu sont apparus à Davien deux semaines après l'arrivée de Jerry. La délégation a rencontré le général Socolovich et a passé les mois suivants à franchir la barrière de la langue. C'est ainsi qu'est né le premier accord de paix et de commerce interstellaire, ratifié en octobre 2438, que Jerry a signé à titre honorifique. Au cours des mois qui suivirent, Jerry aida les équipes à déchiffrer la langue de l'autre et devint de plus en plus fasciné par tout ce qui touche à l'humain. Lorsque la délégation Banu s'apprête à rentrer chez elle, elle propose à Jerry de rester à Davien en tant qu'envoyé officiel ou de retourner au Protectorat sans craindre de répercussions pour leurs crimes. Jerry retourna au Protectorat en s'attendant à être célébré pour leur découverte. Cette décision sera le plus grand regret de leur vie.
      Le souli de Jerry a accepté de le laisser terminer son contrat, mais l'a traité avec méfiance. Ils ont réaffecté Jerry dans un nouveau service où les superviseurs surveillaient avec lassitude leurs moindres faits et gestes. Dans Jerry, Gordillo écrit que Jerry avait espéré que leur découverte leur ouvrirait de nouvelles opportunités, mais leur souli n'était pas intéressé par les relations humaines. Après avoir passé quelques mois dans une position vraiment privilégiée et unique en travaillant avec l'Humanité, Jerry a lutté pour retourner à son ancienne vie. Dès qu'ils en ont eu la possibilité, ils ont officiellement rompu leurs liens avec leur souli et se sont mis à voler de leurs propres ailes.
      D'âge moyen et sans souli, une combinaison suspecte aux yeux de nombreux Banu, Jerry a créé son propre souli de relations humaines, mais n'a pas réussi à décrocher le moindre contrat. Depuis leur retour, d'autres soulis ont rapidement émergé, prêts à remplir ce rôle, et Jerry a appris qu'ils ne pouvaient pas rivaliser avec les soulis qui parlaient couramment le commun et qui avaient une connaissance plus approfondie des Humains qu'eux. Leurs options et leurs économies s'amenuisant, Jerry retourna à Davien en espérant que la chance leur sourirait. Dès leur arrivée, les gens se sont rués sur Jerry pour lui demander des photos. Ils pensaient que c'était parce qu'ils étaient des Banu, mais ils se rendirent vite compte que les gens connaissaient leur nom et leur héritage. Jerry a trouvé l'attention accablante mais exaltante, et a déclaré à Gordillo que leur vie avait changé lorsqu'ils avaient réalisé que "chez moi, je n'étais qu'un Banu comme les autres, mais ici... ici, j'étais spécial".
      Jerry s'installera à Davien pour le reste de sa vie. Ils ont appris à parler couramment et ont voyagé dans toute l'UNE pour faire des discours sur la vie et la culture des Banus. C'est à l'occasion d'un de ces événements qu'ils ont renoué avec Natalia Gordillo, ce qui les a amenés à écrire leur biographie. Jerry est mort à leur domicile de Davien le 2 novembre 2456, entouré d'amis humains et banus. Si seule l'humanité se souvient de leur nom, leurs actions ont changé à jamais l'univers des Humains et des Banus.
       
      Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr

  • Forum Statistics

    7.5k
    Total Topics
    23.9k
    Total Posts
×
×
  • Créer...