Jump to content
  • Fictions SC : Histoires courtes

    4 records in this category

      442 1

      Nostalgie

      Nostalgie
      Cette nouvelle est parue dans le numéro 9.05 de Jump Point.
       
      Juin 2544, système Terra. Trois ans après le début de la première guerre Tevarin.
      "Impressionnant, n'est-ce pas ?"
      "C'est le plus gros qu'on a ?" J'ai demandé, les yeux rivés sur un vaisseau massif équipé du plus gros canon que j'ai jamais vu.
      "Pas du tout. Nos plus gros vaisseaux ne volent pas dans l'atmosphère, alors nous les gardons amarrés à des stations spatiales partout autour de Terra."
      "Elles sont grandes comment ?"
      "Comme des villes flottantes. Chaque recrue qui part avec nous aujourd'hui va directement dans une station qui attend juste en dehors de l`atmo. Cela signifie qu'il y en a un qui vous surveille en ce moment, vous protégeant des Tevs. Tu es intéressé par le vol ?"
      J'ai regardé le jeune astronaute de la marine. Une énorme bannière de recrutement Invictus était suspendue au-dessus de sa tête. Le soleil de l'après-midi de Terra brillait sur un bouton de son uniforme fraîchement repassé. J'ai détourné le regard et haussé les épaules : "Je ne l'ai fait qu'une fois."
      Je déplaçais nerveusement un sac de provisions d'une main à l'autre, en pensant à la précipitation à bord de ce premier vaisseau pendant les bombardements orbitaux d'Idris IV par les Tevarrins. J'avais toujours espéré quitter Idris un jour, mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit comme ça. Entassée dans une soute étouffante à côté de maman qui pleurait hystériquement la décision de Florin de rester et de se battre. Rien n'a été pareil depuis.
      Au camp de réfugiés, maman mangeait à peine et parlait encore moins. Elle passait la plupart de son temps à fixer l'horizon ou à dormir. Un médecin lui a prescrit des médicaments qui l'ont aidée, mais les choses se sont de nouveau dégradées après notre déménagement dans un logement de longue durée à New Austin. Maman a commencé à avoir des sautes d'humeur imprévisibles, oscillant entre la colère, la tristesse et l'absence totale de réaction aux médicaments. Pour aggraver les choses, elle est devenue très vigilante quant à mes allées et venues, craignant que nous soyons séparés si les Tevarins lançaient une nouvelle attaque surprise. Je l'ai rassurée en lui disant que nous étions loin des lignes de front, mais cela n'a pas vraiment aidé car nous nous disputions constamment pour les plus petites choses. Je regardais religieusement les informations à la recherche de la moindre nouvelle positive concernant la guerre sur Idris, en espérant que quelque chose, n'importe quoi, la ferait sortir de ses gonds.
      "Eh bien", a dit l'officier en regagnant mon attention, "cela semble être l'occasion parfaite de monter à bord de votre deuxième vaisseau. Je vais faire une visite guidée de la beauté que vous admirez dans quelques minutes si vous êtes intéressé."
      "J'ai mes courses."
      "Ne vous inquiétez pas pour ça", dit le starman en jetant un coup d'œil au maigre contenu du sac. "Bien sûr, nous pouvons le garder en sécurité pour vous pendant que vous êtes à bord. Et si je vous gardais une place, juste au cas où ?"
      J'ai jeté un nouveau coup d'œil au vaisseau, me demandant à quoi il devait ressembler à l'intérieur, puis j'ai hoché la tête.
      "Quel est ton nom ?"
      "Atsuko Tillery."
      "Ravi de te rencontrer Atsuko. Je suis l'officier Marinos," elle a souri. "Juste une place ? Il y a un ami ou un parent qui pourrait vouloir se joindre à vous ?"
      J'ai baissé les yeux et secoué la tête. Maman ne savait même pas où j'étais en ce moment. Pas après que j'ai claqué la porte après notre dernière dispute. Cela a commencé quand je l'ai littéralement tirée du lit pour la seule nouvelle qui aurait dû lui remonter le moral. Florin était vivant. On pouvait le voir clairement dans une vidéo sur les combattants de la liberté sur Idris IV. Il faisait partie d'un groupe se faisant appeler les Gris, des rebelles locaux qui se cachaient dans les montagnes Corsti, à l'extérieur de Tanys. Dans la vidéo, Rachel Locke, leur chef, implorait les gens de faire tout ce qui était possible pour empêcher leur propre système de subir le même sort qu'Idris. Florin se tenait parmi les soldats stationnés derrière Locke. Son visage vieilli d'une décennie et visiblement cicatrisé, mais nous faisant fièrement savoir qu'il était toujours en vie.
      J'ai montré du doigt l'image de lui figée sur l'écran vidéo, "Maman, regarde....".
      Maman a regardé Florin, puis est retournée dans sa chambre : "Ce n'est pas comme si nous allions le revoir un jour. Je lui ai dit que s'il restait là-bas, il se ferait tuer."
      Sa réponse m'a anéantie et je lui ai demandé pourquoi elle ne voyait pas cela comme une bonne nouvelle ? C'est alors que les cris ont commencé. Après plusieurs minutes pendant lesquelles maman a expliqué que Florin était égoïste de nous abandonner pour jouer les héros, je n'en pouvais plus. Ce que Florin faisait était courageux, mais rien de ce que je disais ne la ferait changer d'avis, alors pourquoi essayer encore ?
      Je me suis précipitée hors de notre complexe d'appartements et j'ai erré dans les rues. Je me sentais libre de faire ce que je voulais pour une fois sans me soucier de savoir si cela pouvait la mettre en colère. Marcher sans destination m'éclaircissait les idées, mais au fond de moi, je savais que le seul endroit où je devais aller était celui que je ne supportais plus, la maison. Je suis entré dans un magasin pour prendre quelques articles essentiels, puis j'ai décidé de prendre le long chemin du retour. En chemin, j'ai vu un flot de personnes qui suivaient des bannières Invictus massives annonçant un chantier naval rempli des derniers vaisseaux de la Marine. Curieux, j'ai suivi. J'avais vu des vidéos de vaisseaux de la Navy, mais jamais de près.
      "Et quel âge avez-vous ?" a demandé Marinos, me ramenant au présent.
      "Pardon, quoi ?"
      "Quel âge as-tu, Atsuko ? Techniquement, les moins de 17 ans ne peuvent pas faire la visite seuls."
      "19."
      "Bien, bien," Marinos tapote sur sa tablette. "Et vous êtes d'ici, n'est-ce pas ?"
      "Idris, en fait."
      "Je suis désolé", l'officier s'est raidi et a abaissé la tablette pour me regarder. "Avez-vous été évacué ici avec votre famille ?"
      Je me suis contenté de jeter un coup d'œil à mes pieds. Je ne savais pas trop comment expliquer que la mère que je connaissais et que j'aimais n'avait jamais vraiment quitté Idris. "Mon frère est resté derrière pour se battre. Il est avec les Gris."
      "Vraiment ? C'est incroyablement courageux de sa part. Vous devez être fière."
      "J'aurais aimé rester avec lui. J'aurais fait plus de bien que ce que je fais ici."
      "Nous avons tous notre rôle à jouer."
      "C'est juste que... j'aimerais pouvoir faire plus."
      "Eh bien, c'est le but d'Invictus. Nous sommes ici aujourd'hui non seulement pour montrer les vaisseaux et les technologies les plus incroyables de la Marine, mais aussi pour aider les gens à comprendre comment ils peuvent soutenir au mieux l'effort de guerre." La starman Marinos a appuyé sur plusieurs boutons de sa tablette. "Avez-vous réfléchi à la façon dont vous aimeriez aider ?"
      "Je veux dire, un peu. Mais je ne sais pas vraiment ce que je pourrais faire."
      "Ne vous inquiétez pas, je peux vous aider à le découvrir. Nous avons une poignée de simulateurs installés pour tester vos compétences."
      "Vraiment ?" Je me suis souvenu que Florin avait utilisé un simulateur d'exploitation minière lors d'un salon de l'emploi une fois et qu'il avait passé des jours à dire à quel point cela semblait réel. "J'ai toujours voulu en essayer un."
      "Laissez-moi vous en réserver un", a déclaré Marinos en appuyant sur quelques boutons supplémentaires, puis en souriant. " Viens. Je vais te laisser sauter à l'avant de la ligne pour que tu aies une bonne vue de tout et que tu puisses me poser toutes les questions que tu veux."
      "Ok", ai-je dit en la suivant devant une longue file de personnes qui attendaient le début de la visite.
      "Je pense que tu vas vraiment aimer la visite. Tu vas pouvoir voir exactement ce que c'est que de passer sa journée en tant que membre de la Navy."
      J'ai hoché la tête, imaginant la fierté de mon frère de savoir que j'avais rejoint la lutte contre les Tevs. Il comprenait l'importance de faire tout ce qui était possible pour aider à sauver l'Humanité, même si cela signifiait quitter ceux que vous aimez. Puis j'ai pensé à maman, assise seule à la maison, probablement furieuse que je ne sois pas déjà rentrée. J'espère qu'elle a préparé un déjeuner, bien que je doute qu'elle ait cuisiné quoi que ce soit pour elle-même. Au moins il y avait quelques barres de repas dans le placard.
      " tu es avec moi ? " Starman Marinos a demandé, en remarquant mon ralentissement.
      "Oui, ça va."
      "Bien, parce que je pense qu'une fois que tu auras vu à quoi ressemble l'intérieur d'un vaisseau de la Marine, tu ne voudras plus jamais partir".
      À l'avant de la file, l'officier Marinos a tendu la main vers le sac de provisions, mais quelque chose m'a poussé à le retirer instinctivement.
      "C'est bon, je vais demander à Haas de les surveiller personnellement", dit-elle en faisant signe au soldat Haas de venir vers nous.
      "En fait, je devrais y aller."
      "Vous êtes sûr ? Je pensais que vous vouliez voir le vaisseau."
      "Je le veux..."
      "Alors allons-y. La seule chose qui t'en empêche, c'est toi-même."
      "J'aimerais que ce soit vrai." Sur ce, je me suis retourné et j'ai commencé à m'éloigner. Face à la réalité de l'engagement dans l'armée, j'ai réalisé quelque chose de surprenant.
      "Atsuko," l'officier Marinos m'a appelé, "Je pensais que tu voulais aider à sauver l'humanité ?"
      Oui, mais d'abord je devais essayer de sauver maman.
      Fin
       
      Trad : @Maarkreidi SwissStarships.org

      343

      Crossroads

      C'était une descente rapide vers une tombe précoce. Dans ce qui semblait être un endroit approprié, aussi : un grand parc à ferraille rempli de vaisseaux abandonnés et d'équipements industriels qui avaient probablement été nettoyés il y a longtemps. Ce qui restait était trop instable pour être récupéré de manière sûre et rentable.
      Maintenant, il y aurait un vaisseau de plus dans ce cimetière.
      Le Talon de Krenn brulait et faisait des étincelles alors que les nuages passaient à toute vitesse dans son champ de vision. Toutes sortes d'alarmes lui hurlaient dessus, comme s'il n'était pas déjà conscient du danger qu'il courait. Le pirate Tevarin tenta de reprendre le contrôle de son vaisseau mais ne put rien faire pour ralentir sa chute.
      N'ayant pas de meilleure solution à sa disposition, et bien qu'il ne veuille pas abandonner sa cargaison, il décida d'abandonner le navire. Alors qu'il éjectait la capsule, sa console s'est illuminée d'avertissements. Le cockpit du Talon était censé se séparer du reste du vaisseau, mais les dommages subis par son vaisseau avaient eu un impact sur les loquets. Ils ne se sont pas détachés correctement, mais le cockpit a essayé de tirer quand même. La force de l'éjection a arraché les loquets et a fait tourner le cockpit sauvagement.
      Krenn n'a pu qu'apercevoir le reste de son vaisseau qui s'enfonçait dans le champ de ferraille alors que son cockpit s'écrasait sur des piles de métal détachées. Après avoir touché le sol, il a culbuté avant de s'arrêter, assis à l'envers.
      Le pirate reprit son souffle et arracha son casque, le laissant tomber sur le sol. Son crâne piquait lorsque l'air touchait la blessure qui saignait sur sa tête.
      Son cockpit était en lambeaux, la verrière brisée et les parois percées en de multiples endroits par des débris. Le pire, c'est qu'un gros morceau de ferraille était enfoncé dans sa cuisse gauche, le clouant sur son siège.
      Krenn a lentement saisi l'éclat de métal et l'a arraché. Immédiatement, le sang a commencé à couler de la blessure, se répandant dans son cockpit. Il a jeté l'éclat de métal sur le côté et a essayé de détacher les sangles de son siège, mais elles refusaient de se désengager. Frustré, il passe la main derrière son siège et tire le bakor de son logement.
      Le bakor avait à peu près la taille d'une hachette, mais au lieu d'avoir une seule tête de hache, l'arme avait trois bords : la tête de hache standard, puis une petite lame qui faisait saillie à l'opposé de la lame principale, ainsi qu'une courte pointe aiguisée qui sortait du haut de l'arme entre les deux lames. C'était peu commun, mais l'arme traditionnelle Tevarin était l'outil préféré du pirate.
      Krenn coupa les sangles du siège et tomba au plafond de son cockpit, grimaçant alors que sa jambe blessée le faisait hurler. Il regarda la blessure, toujours ensanglantée, puis coupa à nouveau les sangles de son siège, utilisant le matériau pour fabriquer un garrot de fortune qu'il attacha autour de sa jambe pour arrêter le saignement. La mort immédiate maintenant temporairement à l'écart, il s'extirpa des restes brisés de son cockpit et se dirigea vers le terrain vague qui l'entourait. Pour tous les combats auxquels il avait participé auparavant, le pirate était sûr qu'il n'avait jamais été aussi mal en point. Il rengaina son bakor dans le holster à sa taille.
      Le son des moteurs d'un vaisseau, distant mais se rapprochant, a fait monter l'adrénaline de Krenn. Il se réfugia hors de vue.
      Le chasseur de primes arrivait.
      L'approche du chasseur a fait souffler un vent fort qui a traversé la casse, provoquant un chœur de gémissements métalliques en réponse aux vaisseaux instables qui vacillaient et menaçaient de basculer. Krenn a vu le Avenger passer au-dessus de lui et se diriger vers un panache de fumée qui montait lentement dans le ciel.
      Son vaisseau écrasé.
      Où, avec un peu de chance, sa cargaison était restée. Cette cargaison était la seule raison pour laquelle il s'était retrouvé dans ce pétrin. Infiltrer le poste de sécurité n'avait pas été plus difficile que d'habitude, mais après cela, tout était parti en vrille. Non seulement sa sortie avait été encore plus sanglante que prévu, mais Jorg Tala, ce satané chasseur de primes, était sorti de nulle part, avait isolé Krenn de son équipage et l'avait envoyé s'écraser ici.
      Jorg avait systématiquement chassé les membres du Ashen Haunt au cours des derniers mois, mais Krenn ne pensait pas qu'il deviendrait un tel problème. Au vu de la façon fanatique dont Jorg ciblait son gang, il ne doutait pas que le chasseur était un autre xénophobe essayant de revivre les jours de gloire de l'Humanité triomphant d'une espèce étrangère.
      Le pirate regarda le vaisseau du chasseur de primes descendre hors de vue, se posant près de la fumée. Le chasseur allait sans aucun doute enquêter sur le site du crash de son Talon et Krenn était déterminé à ne pas laisser ce bâtard mettre la main sur ce qu'il avait travaillé si dur à voler.
      D'une certaine manière, Krenn pensait qu'il avait de la chance. Si leurs rôles avaient été inversés, Krenn aurait tiré un missile sur l'épave dès qu'il l'aurait eu en vue. Ce manque d'esprit de décision de la part du chasseur de primes était une qualité typiquement humaine.
      Le pirate fit le point sur sa situation : un pistolet dont la batterie était à moitié épuisée, une seule grenade qui avait réussi à ne pas exploser lorsqu'il s'était écrasé, sa lame de bakor, et surtout, cette vilaine entaille dans sa jambe. Le garrot ralentissait sa perte de sang, mais il avait besoin d'une solution plus permanente. L'adrénaline atténuerait la douleur pour le moment, mais il n'aurait aucune chance s'il se vidait de son sang ou perdait la circulation dans sa jambe.
      Krenn fouilla la ferraille autour de lui, puis se dirigea en boitant vers les petites allées sales qui serpentaient entre les vaisseaux oubliés jusqu'à ce qu'il trouve ce qu'il cherchait. Un grand cargo se trouvait devant lui. Il semblait être une addition plus récente aux épaves ici, relativement parlant. La coque du vaisseau avait déjà été arrachée, exposant à l'air libre un grand nombre de tuyaux de son fonctionnement interne. Des tuyaux qui laissaient lentement échapper un fluide vert.
      Krenn est entré dans le vaisseau par le trou dans la coque, a suivi les tuyaux jusqu'à leur point naturel, et - jackpot - a trouvé un grand réservoir de liquide de refroidissement. Il a souri, sachant exactement à quel point Ragwheel serait fier quand il entendrait cette histoire. C'était la preuve que Krenn écoutait réellement le vieux mécanicien, même quand il prétendait ne pas le faire.
      Krenn a pris une profonde inspiration et a sorti le bakor. Il était sur le point de faire beaucoup de bruit, mais il devait en finir. Si Jorg l'entendait, alors qu'il en soit ainsi. Krenn a planté la pointe centrale du bakor dans le réservoir. Le métal a crié de protestation à l'impact, mais est malheureusement resté intact. Krenn a ajusté sa prise et a frappé avec plus de force. Il a été récompensé par un jet de fluide vert s'écoulant du trou frais. N'ayant pas de temps à perdre, Krenn s'est endurci et a poussé sa jambe en avant dans la trajectoire du liquide.
      Il a fallu toute la volonté dont il disposait pour se forcer à rester debout, résistant à la douleur jusqu'à ce que les produits chimiques caustiques brûlent sa blessure, la cautérisant. Puis il a dû tourner sa jambe et brûler l'autre côté, là où le morceau de ferraille avait percé.
      Lorsque la blessure a été scellée, Krenn a arraché sa jambe du produit chimique et a plié sur place. L'odeur métallique écoeurante de son sang s'est mélangée à la piqûre âcre du liquide de refroidissement, lui faisant tourner la tête. En regardant la chair abîmée de sa jambe, il n'était pas sûr de pouvoir marcher de la même manière, mais au moins il avait arrêté le saignement.
      Boitant lourdement, Krenn sortit du cargo par le même chemin qu'il était venu et trouva la traînée de fumée de son vaisseau, qu'il utilisa comme une étoile de guidage alors qu'il continuait plus profondément dans l'entrepôt de ferraille. La collection de vaisseaux brisés devenait de plus en plus désordonnée au fur et à mesure qu'il s'aventurait. De plus en plus, les chemins se terminaient par des monticules de métal rouillé. Ne voulant pas risquer le bruit qu'il ferait en grimpant sur la ferraille, il continua aveuglément par tous les chemins qu'il put trouver, prenant un chemin détourné vers son vaisseau. Il a gardé ses pas aussi légers que possible avec sa blessure, mais malgré ses efforts, il s'est avéré impossible d'être totalement silencieux.
      La preuve ? Une balle lui a transpercé l'épaule.
      L'impact soudain l'a fait tomber derrière une lourde feuille de métal. Une rafale de tirs supplémentaires suivit et s'abattit quelques centimètres devant son visage, contre sa couverture improvisée. De toute évidence, Jorg l'avait trouvé. Le fait qu'il l'ait trouvé si rapidement donnait au moins un espoir au pirate : sa cargaison était peut-être encore en sécurité.
      "Krenn," le chasseur de primes a appelé. Il avait l'air loin. "Il est temps d'abandonner. C'est fini."
      Krenn s'est poussé contre la plaque de métal et a posé sa main sur son épaule. Heureusement, la balle avait complètement traversé et semblait avoir évité de causer des dommages importants. Comme le dit le chant, ne laisse pas le malheur te distraire de tes bénédictions.
      Il jette un coup d'œil derrière sa couverture et aperçoit Jorg, portant un ensemble vert d'armure lourde. Il était perché au sommet des restes d'un Carrack, utilisant le point de vue avec beaucoup de profit. Même à cette distance, Krenn pouvait repérer un pistolet laser sur la hanche du chasseur de primes, ainsi que ce qu'il pensait être un couteau, et le fusil d'assaut responsable de sa dernière blessure.
      "Viens", cria Krenn, en essayant de ne pas paraître trop essoufflé. Il a jeté un coup d'oeil autour de lui pour trouver un bon chemin de fuite. "Tu devrais savoir maintenant que je ne suis pas vraiment du genre à me taire."
      Krenn a déguerpi, en prenant soin de rester bas et de garder autant de couverture que possible entre lui et le chasseur. Maintenir une position accroupie s'avérait encore plus difficile à cause de ses blessures croissantes.
      "Si tu abandonnes, je peux te faire soigner", répondit Jorg depuis son perchoir. "Je préfère que tu ne meures pas si je peux l'éviter."
      "Tu n'as pas l'air d'essayer très fort !"
      "La prime pour te capturer vivant est plus élevée que pour te rendre mort", dit Jorg. "Mais pas de beaucoup. Le Haunt n'a pas beaucoup d'amis."
      Krenn l'ignora, continuant à avancer jusqu'à ce qu'il se retrouve dans une impasse. Il y avait deux routes disponibles pour lui. L'une passait par une colline de ferraille, mais tenter de l'escalader dans son état actuel était sûr d'attirer l'attention de Jorg. L'autre passait par une clairière et faisait de lui une cible facile.
      Krenn a soigneusement retiré un morceau de tuyau du tas de ferraille et a jeté un coup d'oeil à Jorg. Le chasseur regardait dans le viseur de son fusil, à la recherche du moindre signe de mouvement. Dès que Jorg a détourné la tête, Krenn a lancé le tuyau aussi loin qu'il le pouvait.
      Le bruit du métal heurtant le métal attira l'attention de Jorg et Krenn profita de cette distraction momentanée pour sortir de sa cachette, dégainer son pistolet laser et décharger le restant de sa batterie sur le Carrack où se tenait Jorg.
      Les tirs trouvèrent leur cible et avec beaucoup de chance, le Carrack s'effondra, la tour du vaisseau s'écroulant sur elle-même, consumant Jorg en son sein.
      Sa batterie vide, Krenn jeta son blaster et courut à travers l'espace ouvert aussi vite que sa jambe blessée le lui permettait.
      Ce n'était pas assez rapide.
      Une cacophonie de métal derrière lui attira son regard et Krenn se retourna pour voir Jorg sortir des restes du vaisseau tombé. Il semblait avoir perdu son fusil dans la chute, mais il était sinon indemne, son armure n'étant qu'éraflée et rayée par la chute. Krenn pesta. Il n'avait aucune chance contre Jorg tant qu'il ne s'était pas occupé de cette fichue armure.
      Jorg dégaina son pistolet et tira sur Krenn, mais le pirate blessé réussit à se rendre à l'autre bout de la clairière, brisant la ligne de mire de Jorg.
      Krenn était sûr qu'il ne pourrait jamais distancer le chasseur dans une course-poursuite, alors il délogea rapidement les débris qu'il dépassait, créant une avalanche de déchets derrière lui. Bientôt, une course d'obstacles dentelée de tessons de métal se trouvait entre eux.
      "Tu crois vraiment que tu peux t'enfuir ? " s'exclame Jorg, plus agacé qu'autre chose. Il fonca en avant, sautant par-dessus et sous les débris. "Tu vas tomber comme le reste de ta pitoyable bande", se moque Jorg.
      Repérant une opportunité devant lui, Krenn ralentit juste assez pour s'assurer que Jorg le voyait : "Tu te crois tellement meilleur que nous ? Ça doit être facile pour toi de ne voir le monde qu'en noir et blanc."
      Jorg a levé son pistolet pour tirer, mais Krenn s'est à nouveau esquivé dans un coin, lui échappant de justesse.
      Jorg a suivi, prenant de la vitesse, et a contourné le...
      BOOM !
      Le vieux truc de la "grenade dans le coin". Ce n'était pas la première fois que Krenn utilisait cette tactique et il espérait que ce ne serait pas la dernière fois non plus. Comme le dit la chanson, la faim peut rendre aveugle même le plus dangereux des prédateurs.
      Ne voulant pas laisser à Jorg le temps de se remettre, Krenn dégaine son bakor et se précipite dans le nuage de poussière soulevé par la détonation de la grenade. Alors que la poussière commençait à se dissiper, Krenn vit le chasseur déjà en train de reprendre pied. L'explosion avait fait son travail. L'armure de Jorg était maintenant carbonisée et fortement endommagée.
      Le pirate a d'abord balancé son bakor sur le pistolet du chasseur, faisant tomber l'arme de côté, puis a ratissé la hache vers la tête de Jorg. Krenn visait juste, mais la lame mortelle ne pénétra pas tout à fait le casque de Jorg, bien que la force du coup ait fait trébucher le chasseur en arrière.
      Krenn s'empara immédiatement du pistolet de Jorg, le tourna vers le chasseur, mais se figea avant d'avoir pu appuyer sur la détente. A l'endroit où sa hache avait frappé le casque de Jorg, la visière s'était fissurée, révélant le visage en dessous.
      Un visage de Tevarin.
      "Tu ne t'attendais pas à voir ça ?" Jorg rit, toujours sous la menace de son arme.
      "Vous... pourquoi ?" Krenn a demandé. "Vous pourriez chasser n'importe qui d'autre mais vous vous en prenez à nous ? Après ta propre espèce ? !" Krenn sentit son sang bouillir, la colère déferlant en lui comme un raz-de-marée. "Travailler pour les salauds qui nous ont tout pris ? !"
      "Les Humains ont besoin de voir que nous sommes dignes de respect."
      "Et voilà comment ? En nous faisant nous pourchasser les uns les autres ?"
      " Toi et ta bande, vous bloquez tout notre peuple ", répondit Jorg, avec une conviction mortelle.
      Krenn ne savait pas quoi dire. Comment un Tevarin pouvait-il croire cela ? Après que leur peuple ait tant enduré, tant souffert, et voilà...
      Un éclair de mouvement ramena Krenn au présent. Un couteau lancé à travers l'air, visant sa gorge. Krenn l'a esquivé de justesse, le couteau a fait couler le sang en l'effleurant. Puis Jorg l'a chargé.
      Krenn a trébuché en se battant pour tirer avec son pistolet, mais Jorg a frappé le poignet de Krenn contre la coque, brisant la prise du pirate sur le pistolet.
      L'arme tomba à leurs pieds, mais Krenn donna un coup de pied au pistolet avant que Jorg ne puisse l'attraper, l'entendant s'entrechoquer et disparaître sous un gros tas de ferraille.
      Avec le pouce d'espace qu'il avait gagné, Krenn a balancé sa hache vers le bas, mais le chasseur a bondi pour éviter d'être coupé par la lame. Krenn a continué à avancer, balançant sa hache encore et encore.
      Les secondes s'écoulaient et l'endurance de Krenn commençait à s'épuiser alors que le combat continuait. Tout avantage de force que Krenn aurait pu avoir était rapidement épuisé par sa perte de sang, et même si le pirate détestait l'admettre, Jorg était clairement mieux entraîné. Si Krenn voulait vaincre le chasseur, il devait en finir rapidement.
      Krenn lâcha un rugissement guttural et leva haut son bakor, prêt à s'abattre sur le chasseur. Jorg a attrapé la hache et Krenn a souri. La feinte a fonctionné. Il a redirigé la pointe du bakor vers la jambe de Jorg, la plantant à travers un trou dans l'armure laissé par l'explosion de la grenade.
      Jorg est tombé sur place, s'effondrant sur sa jambe blessée.
      Le pirate avait le chasseur à sa merci... et pourtant il ne faisait rien. Même si Krenn détestait Jorg pour avoir chassé sa meute, il était toujours Tevarin.
      Jorg essaya de se relever, mais sa jambe ne pouvait pas supporter son poids et il retomba.
      Le Bakor pointé vers Jorg, Krenn a parla. "Je vais te donner une chance. Mais juste une," commença-t-il. "Ne t'en prends plus jamais à moi."
      Krenn se détourna. Il entendait Jorg se débattre derrière lui, puis s'effondrer à nouveau, incapable de le poursuivre.
      Krenn essayait d'accepter sa nouvelle compréhension de Jorg lorsqu'il arriva enfin au bout de la fumée qu'il avait suivie tout ce temps.
      Là, il a trouvé ce qu'il cherchait : son Talon et, juste après, l'Avenger de Jorg.
      Le vaisseau de Krenn était détruit, déjà à la maison dans la décharge de ferraille, mais au moins son compartiment de contrebande ne semblait pas avoir été compromis.
      Il utilisa son bakor comme levier, le planta dans un espace entre les plaques de moteur de son vaisseau, et commença à pousser. Il ne céda pas immédiatement, mais avec assez de force, l'effet de levier fit son effet. Krenn dégagea le blindage, révélant les moteurs de son vaisseau. Au milieu de tous les rouages internes se trouvait un compartiment caché. A l'intérieur se trouvait un petit coffre renforcé, à peine plus grand que sa main.
      Krenn poussa un soupir de soulagement et retira soigneusement le coffre de sa position.
      Un tuyau frappa l'arrière de sa tête et l'envoya, ainsi que la cargaison et le bakor, s'étaler au sol.
      "Je me demandais où tu essayais d'aller," dit Jorg, "Je pensais que tu voulais mon vaisseau, mais..."
      La vision floue, Krenn regarde Jorg se pencher et ramasser le petit coffre.
      "C'est ce que tu as obtenu de l'avant-poste de sécurité ?" demanda Jorg. "La raison pour laquelle tant de personnes ont dû mourir ?"
      Krenn gémit, la vision n'étant toujours pas claire. "Ils étaient dans le chemin", dit-il, la voix inégale.
      "C'est tout ?" demande Jorg. Il jeta son tuyau de côté et récupéra le bakor tombé de Krenn. "Sais-tu ce qui se passe pour chaque crime que tu commets ?" Jorg attendit une réponse. Comme il n'y en avait pas, il poursuivit . "Vous validez toutes les terribles façons dont ils nous traitent. Vous renforcez leur conviction que nous ne sommes que des problèmes qui doivent être résolus."
      "Et tu nous en veux pour ça ?" Krenn demanda, incrédule, essayant de parler à travers la douleur. "Ils ne laissent aucune place pour nous dans leur monde. Nous n'avons rien à perdre à nous défendre."
      "Nous avons notre avenir," dit Jorg. "Nos vies."
      "Tu appelles ça une vie ?" demanda Krenn. La frustration, la colère et la tristesse faisaient rage en lui. "Tous leurs systèmes - toutes leurs lois - ils sont conçus pour nous garder faibles. Et tu sais ce qui se passe si on montre aux Humains des signes de force ? Ils nous traitent de criminels. Ils convainquent l'univers que nous sommes en quelque sorte une menace à chasser alors que tout ce que nous voulons, c'est survivre. Bon, d'accord. Je l'accepte. S'ils veulent que je sois un criminel, je serai le meilleur que je puisse être. Je vais leur montrer exactement ce dont notre peuple est capable."
      "Qu'est-ce qu'il y a là-dedans ?" Jorg a brandi la boîte entre eux. "Qu'est-ce qui vaut toute cette misère ?"
      "Voyez par vous-même. Le code est 2610."
      Krenn observa attentivement l'expression de Jorg pendant que le chasseur entrait le code et déverrouillait la boîte. S'il reconnaissait le numéro, il n'en donnait aucun signe. Jorg ouvrait le couvercle et, immédiatement, ses sourcils se froncèrent, visiblement confus.
      Il a mis la main à l'intérieur de la boîte. "Qu'est-ce que c'est ?" demanda Jorg, en brandissant le bâton de données qui avait été gardé en sécurité dans le petit coffre blindé.
      "Des vies", dit Krenn.
      "Je ne comprends pas..." dit Jorg.
      "Ce sont des nouveaux départs. Des identifications propres utilisées pour faire passer clandestinement les Tevarin hors du monde", a clarifié Krenn. "Depuis des endroits où ils n'auraient pas été autorisés à se rendre pour toutes les raisons de merde que les gouvernements locaux ont utilisées pour les marquer comme des criminels."
      Alors que le silence s'installait entre eux, Krenn a vu une fissure dans l'expression de Jorg. Il prit l'avantage. "Tout ce temps, vous nous avez chassés, moi et les autres du Haunt, mais nous n'avons pas volé pour nous-mêmes. Nous avons volé pour ça."
      "Où les emmenez-vous ?" a finalement demandé Jorg.
      "A Branaugh", dit Krenn.
      Le pirate a vu la compréhension sur le visage du chasseur. "En dehors de l'Empire."
      Krenn sourit. "L'Empire sait ce que nous faisons. Je peux les détester, mais ils ne sont pas stupides. Pourquoi penses-tu que nos primes sont si élevées ? Ils ne supportent pas de voir les Tevarin s'entraider."
      "Il y a d'autres moyens", a répondu Jorg, la voix plus instable qu'elle ne l'avait été. "On n'est pas obligé de tuer pour sauver les autres."
      "Nous faisons la seule chose que nous pouvons. Si des Humains doivent mourir pour sauver mon peuple, alors qu'il en soit ainsi."
      "Ce n'est pas..." commença Jorg. "Ce ne sont pas des soldats sur les stations que vous attaquez. Ce sont des innocents. Tu ne fais pas la guerre."
      "Bien sûr que si."
      Le tonnerre des moteurs de vaisseaux perça l'atmosphère alors que l'équipage de Krenn sortait du quantum au-dessus de la casse. Ils l'avaient enfin retrouvé.
      La surprise de Jorg à leur arrivée a donné à Krenn l'opportunité dont il avait besoin. Il a chargé Jorg et s'est jeté de tout son poids sur le chasseur, profitant de chaque kilo qu'il avait de plus que le petit Tevarin.
      Il poussa et poussa jusqu'à ce que... Jorg prenne une grande respiration.
      Krenn s'arrêta et a vit que la poitrine de Jorg tremblait. Sa respiration était douloureuse. Une tige de métal sortait de sa poitrine, couverte de sang.
      Krenn s'écarta alors du chasseur de primes. Son souffle rauque montait et descendait. Toujours agrippé au bakor, il baissa les yeux sur la blessure, le choc ayant manifestement permis d'atténuer la douleur pour l'instant.
      "Eh bien," réussit-il dans un murmure rauque. "Ça ne vaut vraiment pas les crédits supplémentaires."
      Krenn le regarda pendant quelques instants. La haine qui l'avait conduit à ce point était étonnamment atténuée.
      "Les Humains", commença Krenn. "Pourquoi vous intéressez-vous tant à eux ?"
      Pendant un moment, Krenn n'était pas sûr que Jorg allait répondre. Puis, le chasseur ferma les yeux, grimaçant de douleur. "Ils ne sont pas tous pareils..."
      Krenn chercha dans l'expression de Jorg quelque chose qui n'y était pas. "Ce n'est pas ce que j'ai demandé. Pourquoi ça t'intéresse ?"
      La pause était plus longue cette fois. La respiration de Jorg était plus lente. "Quand j'étais jeune... j'étais seul", a-t-il dit. "Un Humain m'a recueilli. Il m'a montré une autre voie. Ils peuvent être des alliés. Si tu ne les traites pas tous comme des ennemis..."
      Les mots de Jorg tournaient dans l'esprit de Krenn. La conviction avec laquelle Jorg a parlé l'a troublé.
      "...Tu as fait scanner ton empreinte récemment ?" demande-t-il.
      Jorg acquiesce. C'était un léger mouvement. Pour Krenn, c'était tout ce qu'il pouvait faire.
      "Alors..." Dit Krenn. "Tu pourras peut-être m'en parler quand on se reverra."
      Les mots ont mis du temps à arriver, mais quand ils sont arrivés, Krenn a vu la surprise sur le visage de Jorg. "Bien. La prochaine fois..." dit Jorg, faible, les yeux fermés.
      Krenn a hoché la tête et est resté là, à regarder Jorg Tala mourir.
      Krenn récupéra son bakor et jeta un dernier regard au chasseur. Il savait que Jorg reviendrait. L'un des avantages de la vie légale est qu'il est plus facile de se régénérer. Plus facile dans le sens où on ne se fait pas arrêter à son réveil. Les maux de tête étaient les mêmes, quoi qu'il arrive. Krenn se surprend à espérer que la régénération de Jorg soit indolore et s'arrêta en plein milieu de sa pensée, surpris par sa propre sentimentalité.
      Au loin, il a vu son équipage survoler la casse à basse altitude. Probablement à la recherche d'un signe de lui ou de son vaisseau. Il ne se réjouissait pas de toutes les critiques qu'il allait recevoir pour son état actuel mais... Il regarda l'Avenger de Jorg.
      Il pourrait au moins éviter le pire des chagrins en revenant avec un nouveau vaisseau.
      Jorg serait en colère quand il apprendrait qu'il a disparu, mais Krenn se dit que même si le chasseur n'était pas encore converti, il n'était jamais trop tôt pour faire un petit don à la cause.
       
      Auteur : Jeremy Melloul
      Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr
       
       

      289

      Jours sombres

      Jours sombres

      Cette nouvelle est parue dans Jump Point 10.02.
      Un soulèvement soudain dissipe l'obscurité. Pernell Arai ouvre les yeux et se retrouve dans un centre médical lumineux et stérile.
      "Vous voilà, M. Arai."
      "Où suis-je ?"
      "Tout va bien. Vous êtes à Orison. On dirait que votre régénération a réussi. Comment vous sentez-vous ?
      Pernell respire profondément puis remue ses doigts et ses orteils. "Un peu endolori. Qu'est-ce qui m'est arrivé ?
      "J'ai bien peur de ne pas pouvoir vous aider. Vous avez subi une blessure traumatique, mais je ne pense pas qu'il y ait de cicatrices, donc vous avez de la chance. Quelle est la dernière chose dont vous vous souvenez ?"
      Les souvenirs de Parnell remontent à la surface. Il danse avec Sergie. Il est sur une plage à Cassel, se prélassant à la lueur des étoiles binaires de Goss. C'est un enfant qui s'efforce de stabiliser un pistolet pour tirer sur des boîtes de conserve dans un bâtiment abandonné à la périphérie d'Archibald Station.
      "Votre activité cérébrale a l'air normale, au moins", dit le médecin en naviguant sur les écrans de son datapad.
      "Désolé, je me souviens de choses. C'est juste beaucoup de choses à la fois."
      "Tout va bien. Je vous le demande parce que votre dernière empreinte remonte à un certain temps. Si vous n'enregistrez-pas fréquemment votre Imprint, votre mémoire à court terme peut être un peu floue. Vous le savez, n'est-ce pas, M. Arai... M. Arai ?"
      Pernell quitte des yeux la vue imprenable de la fenêtre sur Orison pour revenir au docteur, puis il hoche la tête d'un air entendu. "Désolé, je suis encore en train de me remettre."
      "Totalement compréhensible. Eh bien, tous vos signes vitaux semblent bons, donc vous êtes libre de partir. Évidemment, prenez un peu de temps pour vous, et peut-être pensez à votre Imprint un peu plus fréquemment. Ça rendra les choses plus faciles la prochaine fois."
      Pernell remercie le médecin puis quitte l'hôpital, hébété, en portant les vêtements qui lui ont été fournis. Le vent fouette la plateforme du Centre Cloudview et le refroidit jusqu'aux os à travers le tissu fin. Pourtant, il s'arrête pour admirer le coucher de soleil qui répand des couleurs vives dans le ciel. Il se penche même légèrement sur la balustrade pour admirer les nuages en contrebas. Une soudaine poussée de vertige l'envahit. Pernell recule d'un pas rapide et se demande si c'est ainsi qu'il est mort, comme un idiot, en tombant d'une plate-forme d'Orison.
      Il s'assied sur un banc à proximité et ferme les yeux. Aucun souvenir récent ne refait surface. Finalement, Pernell se lève et traverse la plate-forme en sachant très bien que les choses pourraient être pires. Au moins, il se souvient de l'emplacement de son hab.
      De retour à son appartement du Green Circle, Pernell ouvre un placard pour se changer. Pendant une seconde, il est choqué de voir que son casque préféré a disparu. Bien sûr, il le portait quand... Il marque une nouvelle pause, espérant que quelque chose lui revienne, mais rien ne se passe. Au lieu de cela, il se souvient de la façon dont il a cessé de suivre une cible dans les ruelles de Fujin City pour acheter le casque à une échoppe. Quelque chose à propos de ce casque lui convenait et il l'avait bien servi, le gardant en sécurité. Enfin, jusqu'à maintenant. Ce n'est que plus tard qu'il a découvert qu'il s'agissait d'un casque de conversion CC précoce et extrêmement rare. Un casque qui a une grande valeur pour lui à bien des égards, et qui pourrait disparaître à jamais.
      Pernell ouvre son mobi et fait défiler son inventaire. Son cœur se serre quand il voit ce qui manque. Ça devait être une grosse opération s'il a pris autant de choses. Il y a encore suffisamment de son matériel en stock, mais il se sent tellement déconnecté de cette collection de bric et de broc qu'il a l'impression de fouiller dans le placard de quelqu'un d'autre. Il ne se souvient pas de la dernière fois où il a porté la moitié de ces affaires. Repoussant la douleur sourde de la perte, Pernell prend sa combinaison de secours et y enfonce sa jambe droite, en espérant qu'elle lui aille encore.
      En survolant la surface, Pernell ne tarde pas à repérer les structures de soutien du bunker. Il ralentit le vaisseau et ajuste sa trajectoire pour garder ses distances, incapable de faire suffisamment confiance à sa mémoire pour savoir si l'endroit a des tourelles ou non. Tout cela lui semble vaguement familier, et plus il tourne autour, plus il a l'impression d'être déjà venu ici. S'il devait parier, c'est ici qu'il est mort.
      Pernell a trouvé cet endroit après avoir vérifié l'historique de ses emplois récents sur son mobi. Son dernier boulot l'a amené dans ce bunker, ce qui explique pourquoi il a pris tant de choses. Dans le passé, il aurait réuni une, voire deux personnes pour une telle mission, mais Pernell a commencé à faire ce genre de travail seul depuis qu'il est arrivé à Crusader. Au début, c'était par nécessité, puisqu'il ne faisait confiance à personne, mais au fur et à mesure que sa confiance grandissait et que les crédits affluaient grâce au fait qu'il pouvait garder cent pour cent de la somme versée, il s'est vite retrouvé à faire défiler son mobi spécifiquement pour des missions similaires. De plus, si Pernell était honnête, il trouvait incroyable l'excitation d'affronter une ruche de hors-la-loi à lui tout seul.
      Maintenant qu'il envisage de revenir dans le bunker où il est mort, Pernell se demande s'il est sage de ne pas revenir. Il est déjà désavantagé par son équipement d'occasion, alors qu'un connard dans le bunker s'apprête probablement à lui tirer dessus avec les armes soigneusement calibrées qu'ils ont sans doute récupérées sur son corps.
      En ralentissant les propulseurs du vaisseau, il repère une tourelle et la vise. Il amorce un missile et le pousse. À sa grande surprise, la tourelle s'en moque. Il enlève son doigt de la gâchette et sonne le bunker. Comme la tourelle ne répond pas non plus, il fait demi-tour et atterrit sans incident, heureux de n'avoir pas eu besoin de munitions pour se poser près de l'entrée.
      Il sort du vaisseau, vérifie rapidement son équipement inconnu et se précipite vers le bunker. Les portes extérieures sont déjà percées et légèrement ouvertes, laissant entrevoir l'ascenseur à l'intérieur. Il dégaine son pistolet, un Arclight II presque neuf, et entre prudemment. Quelques pas plus loin, une grêle de balles frappe son vaisseau. Pernell tourne sur lui-même pour voir que la tourelle voisine est maintenant très active. Les boucliers de son vaisseau s'allument un instant avant de s'éteindre, et il a à peine le temps de détourner les yeux qu'une explosion projette des débris de vaisseau sur la plate-forme d'atterrissage. Le travail est fait, la tourelle retourne au repos. Pendant une seconde, Parnell se sent étourdi et se stabilise contre la porte. Quand elle passe, il prend une seconde pour réfléchir à sa prochaine étape, active son mobi et envoie une balise d'urgence. Puis il se reprend et monte dans l'ascenseur. Il est certain qu'il faudra un certain temps pour qu'un chauffeur arrive, et qu'il n'a pas fait tout ce chemin pour ne pas récupérer son casque.
      Une fois à l'intérieur, Pernell a une impression de déjà vu. Il sait que beaucoup de bunkers préfabriqués autour de Crusader ont été construits selon le même concept modulaire, mais celui-ci lui semble étrangement familier. Il se faufile rapidement et silencieusement, puis jette un coup d'oeil dans un coin pour voir une grenade se diriger vers lui. Instinctivement, Pernell roule vers l'avant et s'abrite derrière une pile de caisses. L'explosion en fait tomber quelques-unes sur lui, qu'il repousse rapidement d'un coup de pied et commence à tirer. Une silhouette tombe et Pernell roule à travers la fumée tourbillonnante jusqu'à une nouvelle position. Il range son pistolet dans son étui, sort son fusil P4-AR, tire et regarde une autre personne tomber. Il pousse en avant, attirant le feu d'une autre position cachée. Pernell se faufile derrière une couverture jusqu'à ce qu'il soit sur le flanc du combattant restant. Il fait pivoter son fusil vers le haut et se concentre sur une ombre brumeuse dans les colonnes de fumée et appuie sur la gâchette jusqu'à ce que la silhouette tombe.
      Pernell prend un moment pour laisser les choses se calmer. Ses oreilles bourdonnent encore à cause de l'explosion initiale de la grenade, mais le bunker est autrement calme. Il se lève et se dirige vers la dernière personne qu'il a abattue. Son cœur se serre quand il voit ce qui reste de la forme distincte de son casque. Maintenant criblé de balles et modifié pour correspondre aux couleurs du gang. Quelque chose dans la vue de ces couleurs fait que les souvenirs envahissent l'esprit de Pernell. Il regarde l'espace et tout lui revient. Y compris le fait qu'ils étaient quatre la dernière fois. Pernell entend des bruits de pas derrière lui, et avant qu'il puisse lever son fusil, tout devient noir.
      Fin
      Fin de la transmission
      Trad : @Tyti1980 Starcitizeninfo.fr
       

      110

      Dessaisissement

      Cette nouvelle est initialement parue dans Jump Point 10.06.
      Dessaisissement
       
       
      "Tout est de bon augure ! proclama Essosouli Njo en Banu. Les membres de l'équipage du navire marchand se tournèrent vers le Banu âgé qui se tenait derrière une table au centre de laquelle se trouvait un coffre-fort orné. Alors que la foule se rapprochait avec impatience, Jaclyn, la seule Humaine présente, resta contre le mur du fond. Le volume habituel de Njo étant à la limite du cri, elle entendait très bien de l'arrière et était trop nerveuse pour jeter un coup d'œil à la boîte à clé, sachant que son destin attendait à l'intérieur.
      "La joie m'habite aujourd'hui parce que vous êtes tous ici pour célébrer mon dessaisissement. Avec la bénédiction de Cassa, j'ai atteint 275 000 000 de battements", poursuit Essosouli Njo sous les applaudissements. Bien que Jaclyn parle décemment Banu, son esprit traduit toujours tout en norme UEE, ce qui lui laisse souvent un moment de retard sur les autres membres de Souli. "J'ai beaucoup gagné pendant cette période et j'ai gaspillé plus que je ne veux l'admettre. Pourtant, je suis fière que ce Souli soit le fruit d'un travail gratifiant, de repas délicieux, de voyages passionnants et de bien d'autres choses encore. Si vous êtes ici avec moi aujourd'hui, sachez que je vous apprécie. Vous avez tous enrichi ma vie, et j'espère que vous pourrez en dire autant de moi".
      Jaclyn l'a fait. Elle a levé les yeux et a brièvement croisé le regard d'Essosouli Njo. Ils s'étaient rencontrés pour la première fois dans un camp de réfugiés à Charon. Njo avait passé un contrat avec une association à but non lucratif de l'UEE pour fabriquer et distribuer gratuitement des rations alimentaires aux personnes déplacées par la guerre civile. Jaclyn, ses parents et ses jeunes frères et sœurs avaient fui vers le camp lorsque leur ville natale était devenue un champ de bataille. N'ayant rien à faire et en ayant assez de se sentir impuissante, Jaclyn a proposé de donner un coup de main pour distribuer les provisions. Njo a accepté, non pas parce qu'ils avaient besoin d'aide, mais parce qu'ils voulaient l'aider.
      Bien qu'il s'agisse d'une distraction bienvenue, Jaclyn ne cesse de s'inquiéter de l'avenir de sa famille. Essosouli Njo la consola, écouta ses inquiétudes et lui proposa de la payer pour tester de nouvelles combinaisons de saveurs pour la nourriture humaine. Lorsque Jaclyn plaisanta en disant que leur Souli aurait bien besoin d'un testeur de nourriture humaine à plein temps, Njo lui offrit un contrat sur-le-champ. Jaclyn aurait aimé accepter, mais elle n'était pas prête à quitter sa famille si le salaire n'était pas suffisant pour leur permettre de quitter le camp. Après avoir réfléchi un moment, Njo lui a indiqué qu'il y avait une autre façon de remplir ce rôle et d'aider sa famille. Après de longues discussions avec Essosouli Njo et sa famille, Jaclyn a signé un contrat d'engagement. Elle travaillera pour leur Souli pendant un certain nombre de temps et, en échange, sa famille recevra suffisamment de crédits pour fuir Charon.
      Le jour fatidique où Jaclyn a quitté sa famille et Charon III pour la première fois de sa vie, Essosouli Njo l'a invitée à se rendre à Kins à bord de leur bien-aimé Defender. Ce n'est que plus tard qu'elle apprit qu'en dehors de Njo et de leur pilote personnel, très peu de membres de Souli avaient été autorisés à monter à bord. Pourtant, les courtes excursions à bord du Defender devinrent une tradition. Jaclyn parlait honnêtement des options de nourriture humaine actuelles de la Souli et l'Essosouli Njo lui apprenait le secret de la négociation d'un contrat équitable mais rentable.
      Un jour, Jaclyn a demandé à Essosouli Njo ce qu'il en était d'une horloge qui comptait dans leur bureau. C'est ainsi qu'elle a appris l'existence du dessaisissement, une cérémonie célébrant le fait qu'un Banu a atteint 275 000 000 battements, soit un peu moins de 44 années terrestres standard, un battement étant égal à cinq secondes. Les Banu qui se séparent se retirent pour profiter de leurs derniers battements comme ils l'entendent. Lors de l'efanga fo ktambo, la cérémonie de dessaisissement, ils font don de la plupart de leurs biens à leur famille et à leurs amis, les Essosouli donnant traditionnellement la majeure partie de leurs biens aux Banu qu'ils souhaitent voir prendre la relève des Souli. Si les membres de la Souli peuvent décider de rester ou non, ce n'est pas le cas de ceux qui sont liés par contrat au Souli. Leur sort dépend du nouvel Essosouli, qui peut conserver leur contrat ou le vendre.
      Essosouli Njo prit la boîte et la considéra brièvement, puis commença à la faire tourner gracieusement tout en tapotant subtilement des sections dans une séquence spécifique. "C'est là que se trouve l'œuvre de ma vie. Ce Souli est ce qui a donné un sens à mes battements. Le construire m'a apporté une grande fierté, mais surtout une communauté avec laquelle partager son succès." Le coffre s'est ouvert, révélant une puce contenant les recettes les plus importantes du Souli. Essosouli Njo la prend en main. "C'est pourquoi, même si je dois partir, j'espère que ce Souli se réformera de la même manière. Car si nous avons préparé ici des plats délicieux, nous avons fait plus que cela. Nous avons créé une communauté qui se soucie profondément des autres et de ceux qui sont dans notre orbite. Je sais que ce Souli peut continuer à répandre le bien dans l'univers. C'est pourquoi j'espère que Malga acceptera le commandement de ce navire marchand et toutes les responsabilités qui en découlent."
      La salle se mit à célébrer. Jaclyn s'arc-bouta contre le mur à cause du bruit et lutta contre un étourdissement lorsque tout le sang tomba à ses pieds. Lorsqu'elle avait rejoint le Souli, la plupart des membres l'avaient accueillie chaleureusement, mais certains n'appréciaient pas sa relation unique avec Essosouli Njo, y compris Malga. Son avenir était désormais entre leurs mains, car la Souli allait clairement se reformer autour d'eux. Malga était appréciée et constituait un choix logique, mais Jaclyn les a également entendus rappeler à un ami qu'un contrat pour un humain sous contrat se vendrait très rapidement. Jaclyn se dirigea vers la sortie tandis que Njo procédait à la distribution de leurs biens.
      "Et comment pourrais-je jamais oublier Jaclyn ? " souffla Essosouli Njo de derrière la table, la stoppant net dans son élan. "Votre honnêteté et votre perspicacité nous ont tant apporté. Vous enseigner était une grande joie, mais apprendre de vous était encore mieux. C'est à cause de ces moments chéris que je vous donne mon Defender".
      Pendant une seconde, Jaclyn a cru que la salle avait été dépressurisée, car le silence était total. Jamais elle n'avait connu un tel silence alors qu'elle était entourée de Banu. Essosouli Njo lui sourit chaleureusement et poursuivit : " Bien que je ne souhaite rien de plus que de voir ce Souli rester ensemble, je sais que certains seront appelés à partir par Taernin. Jaclyn, je ne peux pas dire si Taernin vous appelle, mais vous méritez le droit de le découvrir par vous-même. C'est pourquoi je paie également le solde de votre contrat de servitude et vous donne juste assez de richesses pour commencer un voyage. Le reste, je compte sur vous pour le gagner par vous-même".
      La foule applaudit et entoure Jaclyn pour la féliciter de sa bonne fortune. Complètement bouleversée, il n'y a pas de mots pour exprimer ce qu'elle ressent. Tout comme Essosouli Njo, la vie de Jaclyn venait de changer. Son avenir était à nouveau inconnu, ce qui la terrifiait et l'enthousiasmait à la fois.
       
      Trad : @Maarkreidi

  • Forum Statistics

    7.5k
    Total Topics
    23.9k
    Total Posts
×
×
  • Créer...