Aller au contenu
LooPing

Questions-réponses : AOPOA SAN’TOK.YĀI

Recommended Posts

CSCRY7K.png

 

Suite à la sortie du San’tok.yāi d’Aopoa, nous vous partageons les réponses fournies par les concepteurs de vaisseau à propos de ce tout nouveau chasseur de classe moyenne.

Remerciements tout particuliers à John Crewe et Todd Papy pour avoir répondu à nos questions.

Q&A: Aopoa San’tok.yāi

Quels sont les attributs spécifiques au San’tok.yāi que ne présente pas le Khartu-al et vice-versa ? Quels sont ses points forts et faibles ? Quelles sont leurs principales différences ?

Dans l’ordre de bataille xi’an, le Khartu-al sert principalement de chasseur léger, d’éclaireur et de vaisseau d’escarmouche, tandis que le San’tok.yāi est utilisé comme un chasseur de classe moyenne situé en première ligne de front. L’armée xi’an, au même titre que celle de l’UEE, est équipée de plusieurs types de chasseurs présentant différentes caractéristiques au niveau de leur puissance et performance. La comparaison entre ces deux vaisseaux peut s’apparenter à celle entre le Gladius et le Hornet : l’un est spécialisé dans la force de frappe alors que l’autre excelle dans la vitesse et l’agilité. En effet, en raison de son moindre poids et de ses armes plus légères, le Khartu-al monte à des vitesses plus élevées, accélère plus vite, et répond bien plus rapidement que le San’tok.yāi. Toutefois, ce dernier est pourvu d’armements bien plus imposants. En outre, les deux chasseurs représentent, dans leurs moindres détails, l’aspect xi’an et se différencient d’autres vaisseaux grâce à leur prise en main exceptionnelle conférée par leurs plateformes de manœuvre indépendantes. Le San’tok.yāi est une cible difficile lorsqu’un pilote compétent et connaissant bien les capacités du vaisseau s’en empare, mais quand il s'agit du Khartu-al, ça devient tout bonnement de la folie.

XIAN_medium_fighter_saltplanes_4k_AA01.j

S’agit-il d’un véritable vaisseau militaire xi’an ou d’un vaisseau d’exportation civil ?

À l’instar du Khartu-al, le San’tok.yāi est une version civile du vaisseau militaire xi’an créé pour l’exportation et la vente sur le marché humain. Tous deux sont des copies originales d’Aopoa, et non pas des répliques, des reconstructions ou des produits issus de la rétro-ingénierie.

Ce vaisseau est-il facile à prendre en main ?

En terme de manoeuvrabilité, le San’tok.yāi est l’un des meilleurs vaisseaux dans son genre. Dans le cas présent, on pet le comparer à d'autres chasseurs de classe moyenne comme le Hornet ou le Sabre. La spécialité des chasseurs xi’an réside dans une configuration unique qui confère aux propulseurs principaux une articulation très poussée. Alors que les configurations humaines s'appuient sur un ou plusieurs propulseurs fixes complétés par des propulseurs de manœuvres gérant le tangage, le roulis et le lacet, l'approche xi'an permet de grandes capacités de mouvements et d'accélérations latérales. De plus, la possibilité d’interagir sous différents axes offre également d’autres avantages. Par exemple, beaucoup de vaisseaux souffrent des limites de la technologie ADAV et de la lourde charge qu’ils occasionnent à leurs propulseurs de manœuvres lors de l'atterrissage ou du décollage. À l’instar des chasseurs xi’an, le San’tok.yāi ne ressent qu’à peine ce changement de conduite, qui leur sont presque aussi naturel que de voler en ligne droite.

Est-ce que la technologie xi’an introduite par ce nouveau système de manœuvres latérales sera appliquée à d'autres vaisseaux ?

En théorie, c'est possible mais il est très probable que cette configuration demeure une exclusivité des vaisseaux xi’an dans la mesure où la technologie des propulseurs est certes essentielle dans la manœuvrabilité latérale, mais nécessite également une conception générale du vaisseau et de son infrastructure énergétique afin d’offrir un éventail complet d’articulations et de points de renforcement primordiaux pour pouvoir en profiter au maximum. Il est impossible d’associer cette configuration de façon efficace à un vaisseau déjà construit si celui-ci n’a pas été préalablement conçu pour supporter ce genre de système. De plus, la façon dont la structure est arrangée, avec les propulseurs principaux attachés à l’extérieur du fuselage principal du vaisseau et des joints d’articulation d’origine qui peuvent être exposés sous plusieurs angles d’attaque, est moins durable que la configuration contemporaine des Humains, qui est davantage compacte, lorsqu’ils subissent un assaut. Les ingénieurs xi’an tentent de créer des chasseurs aussi puissants et durables que possible sans compromettre les autres capacités du vaisseau mais il est nécessaire de prendre en compte tous ces détails dès le départ. Essayer de remplacer un système de propulseurs d’un vaisseau qui n’était pas initialement prévu à supporter ce mécanisme résulterait plus que probablement en quelque chose de pas très stable.

XIAN_medium_fighter_landed_1_4k_AA01.jpg

Ce vaisseau est-il commun dans l’Empire xi’an ?

Le San’tok.yāi est considéré comme un chasseur de classe moyenne incontournable de l’arsenal xi’an et se retrouve tout aussi fréquemment dans l’espace xi’an que le Hornet ou le Sabre dans l’espace de l’UEE. Il est utilisé de façon notable dans la flotte xi’an et parfois dans les forces de sécurité civile des plus puissantes maisons xi’an.

Allons-nous avoir de géniales armes xi’an ? Des missiles xi’an peut-être ?

Le laser à répétition Teng’tu S3 (nom complet en Xi’an : Aoō’nu se T.or’al Ro’thli Yeng’tu) fourni avec le San’tok.yāi est manufacturé par Torral Aggregate et utilise la technologie xi’an afin de fournir un plus grande cadence de tir que celle des traditionnels lasers à répétition, de taille identique, produits par les Humains. Ceci dit, bien que puissant, la conception qui produit cette augmentation de cadence est limitée par un seuil maximal de chaleur moins élevé, c’est à dire que ces lasers peuvent tirer pendant moins longtemps avant une surchauffe.

Les vaisseaux xi’an auront-il leur propre style d’IU ? (Ils utilisent actuellement l’IU VNCL)

Il est vrai qu’ils utilisent actuellement une version temporaire recolorée de l’interface utilisateur des vaisseaux Vanduul mais nous prévoyons de créer une IU différente pour chacun des constructeurs extraterrestres.

XIAN_medium_fighter_cockpit_4k_AA01.jpg

Les vaisseaux xi’an disposeront-ils de leur propre système de synthèse vocale de l’ordinateur ? Et si oui, sera-t-il possible de changer entre l’Anglais et le Xi’an ?

Il s’agit là d’une idée très intéressante. Nous avons prévu d’enregistrer de nouvelles bandes sonores pour les cockpits des vaisseaux extraterrestres mais sans nécessairement utiliser leurs langues, dans la mesure où nous imaginions que les versions d’exportation des chasseurs emploieraient la langue des Humains. Maintenant que vous en faites mention, nous verrons à quel point cette fonction suscite notre intérêt.

En termes de capacité de combat, comment rivalise-t-il face aux Super Hornet d’Anvil et Sabre d’Aegis ?

Le San’tok.yāi est conçu pour rivaliser avec le Super Hornet et le Sabre car il s’inscrit dans la même catégorie de chasseurs de classe moyenne. Comme mentionné plus tôt, le San’tok.yāi est moins résistant aux dégâts que ces deux autres vaisseaux et il emporte des armes plus légères, toutefois la différence n’est pas gigantesque. C’est évidemment la configuration des propulseurs xi’an qui permet de le rendre plus efficace en terme d’accélération latérale lors de combats axé sur des déplacements du genre, raison pour laquelle ses armes sont destinées à profiter de la brève fenêtre de vulnérabilité de ses attaquants. Chaque chasseur peut être utilisé dans différents cas de figure mais ils ont tout de même chacun leur domaine de prédilection, apprécié par différents types de pilotes : on s’attend à ce que les pilotes d’un genre plus « cogneur » et endurant préfèrent le Super Hornet qui leur fournira une stabilité de tir et permettra d’ignorer des petits coups. Le rapide et furtif Sabre serait peut-être privilégié par ceux qui aiment les embuscades et les tactiques « boom & zoom » dans de vifs élans d’attaque pour disparaître la seconde d’après. Nous anticipons que les pilotes de San’tok.yāi seraient des adeptes de dogfights qui excellent dans des environnements confinés, encombrés et complexes pour ne laisser aux autres que quelques secondes pour leur tirer dessus avant de se mettre à couvert. De toute évidence, tout cela va dépendre de la façon dont vous, les joueurs, déciderez d’exploiter ces vaisseaux en pratique. Nous sommes impatients de voir vos résultats !

Xian_med_fighter_dogfight_1_4k_AA01.jpg

Quelles sont les aménagements que les pilotes trouveront à bord du vaisseau ?

Le San’tok.yāi est un chasseur militaire de classe moyenne, dès lors son confort interne est délaissé, le vaisseau étant bien plus axé sur sa manœuvrabilité et sa puissance de tir (comme vous pourriez l’imaginer d’un autre vaisseau de ce même gabarit). Si vous cherchez un vaisseau de marchandises, de stockage ou dotés d’un lieu de vie, ce vaisseau n’est pas à la hauteur de vos attentes. Afin de tenir tête aux Super Hornets et aux Sabres, il est indispensable que ce vaisseau soit conçu de sorte à mettre l’accent sur les spécialisations au combat.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×