Jump to content
  • Portfolio : Mirai

    Published in 

    source.jpg

    Ce dossier a été publié à l'origine dans Jump Point 11.03.

     

    Mirai

    Lorsque Irena Adjei, PDG de MISC, a vu le prototype du Fury pour la première fois, elle a passé plus d'une heure à faire lentement le tour du vaisseau et à évaluer le chasseur compact sous tous les angles. "Il semble à la fois distinctement MISC et quelque chose d'unique", a-t-elle déclaré au conseil d'administration de MISC. "Je suis convaincue que nous devrions le fabriquer, mais je ne pense pas que MISC devrait le faire. C'est par ces mots qu'Adjei a proposé une solution à un débat qui avait amèrement divisé le conseil d'administration de la société entre les membres qui pensaient que MISC devait se concentrer sur les vaisseaux industriels et ceux qui espéraient étendre la marque. La PDG Adjei n'avait jamais pris parti jusqu'au jour où elle a proposé une solution qui satisferait les deux parties : la création de la sous-marque Mirai.

    Signifiant "Futur" en japonais, le nom Mirai rend hommage aux colons de Centauri, où se trouve le siège de MISC, et incarne son objectif de créer la prochaine génération de navires. La création d'une sous-marque permet également à MISC de conserver son identité industrielle, qui lui est chère, tout en offrant à l'entreprise un espace d'expérimentation. Adjei a soutenu que le Fury devait lancer la sous-marque et a convaincu le conseil d'administration en lui montrant ce sur quoi l'équipe du Fury travaillait. La création de la sous-marque Mirai a choqué de nombreux acteurs de l'industrie et a marqué le changement le plus important de l'entreprise depuis des décennies.

     

    AU-DELÀ DE L'INDUSTRIE
    Si MISC est connue pour ses vaisseaux industriels, sa volonté de développer d'autres variantes remonte à 2833. Moins de vingt ans après la fusion qui a donné naissance à MISC, le PDG Kori Desmon a poussé la société à élargir son portefeuille. Le succès de la série Hull a apporté une stabilité financière et des excédents budgétaires que Desmon voulait investir dans des vaisseaux qui portent la marque au-delà du secteur industriel. Cependant, une coalition de membres du conseil d'administration, convaincue de la nécessité de rester concentrée sur les vaisseaux industriels, obligea Desmon à réduire ses ambitions à une seule équipe de conception travaillant sur un vaisseau de course dédié. Le résultat sera le Daedalus.

    Daedalus a été conçu dès le départ pour être un vaisseau extrêmement rapide et performant, capable de supporter les rigueurs de la course. Un prototype impressionnant a incité MISC à sponsoriser une équipe de course et à partager sa technologie avec elle plutôt que de commercialiser le vaisseau lui-même. L'équipe de conception n'était pas d'accord avec cette décision, mais les dirigeants de l'entreprise ont convaincu Desmon qu'une équipe de course spécialisée apporterait la vision et l'expérience qui manquaient à leurs propres concepteurs. Bien que le vaisseau ait impressionné les amateurs de course, Daedalus n'a jamais réussi à se qualifier pour la division professionnelle de la Murray Cup, un objectif que Desmon savait devoir être atteint pour que le vaisseau puisse être produit en série. Les matériaux expérimentaux et les techniques de production utilisés sur le Daedalus signifiaient que les lignes de production existantes de MISC ne pouvaient pas être utilisées pour fabriquer le vaisseau, et qu'il fallait donc construire des installations de production ultramodernes. Bien que le Daedalus batte de l'aile, le conseil d'administration considère toujours l'équipe de course comme un excellent outil de marketing et continue à la sponsoriser. Desmon a officiellement désigné l'équipe qui a construit Daedalus comme MISC-M et l'a chargée d'assurer la liaison entre l'équipe de course et l'entreprise.

    Alors que la réalisation d'améliorations pour le Daedalus faisait partie des ordres de travail de MISC-M, la division reçut également l'ordre de produire de nouveaux designs de vaisseaux innovants et imaginatifs, sans aucun mandat pour les garder industriels. La plupart de ces projets resteront théoriques, car le minuscule budget de construction de la division est presque exclusivement réservé aux tests des améliorations du Daedalus. La division a désormais la réputation d'être le lieu où les concepteurs inexpérimentés apprennent et où les anciens s'effacent. En réalité, elle est devenue un terrain d'entraînement où les jeunes perfectionnent leur art sous la tutelle de vétérans qui apprécient la liberté d'explorer des conceptions uniques et inhabituelles.

    Des décennies de bricolage constant sur le Daedalus ont permis d'améliorer les performances du vaisseau, qui a fini par accéder à la division professionnelle de la Murray Cup en 2898. Depuis, l'équipe de course de MISC participe régulièrement aux qualifications. Le MISC-M a également développé et soigneusement catalogué des milliers de modèles de vaisseaux complets, de composants et de pièces, mais il n'a jamais fait passer de nouveaux vaisseaux à la phase de prototypage. Au lieu de cela, tous les vaisseaux intéressants ont été réaffectés à d'autres équipes, où ils ont été modelés selon les paramètres acceptables de MISC, ou finalement mis au rebut. Tous les deux ou trois ans, certains membres du conseil d'administration préconisaient la fermeture du MISC-M ou son intégration dans une autre division, mais la majorité d'entre eux continuaient à soutenir sa mission. Ce puits profond d'idées novatrices et peu orthodoxes allait devenir plus important que jamais lorsque MISC signa l'accord historique de prêt-bail avec les Xi'an en 2910.

     

    INFLUENCE EXTRATERRESTRE
    Après la signature de l'accord, MISC a rapidement mis à profit les connaissances et les ressources nouvellement acquises. Le Freelancer, sorti en 2915, a bénéficié de la technologie Xi'an pour devenir le transporteur industriel bien-aimé que l'on connaît aujourd'hui. Malgré ce succès, MISC a découvert que ses équipes de conception traditionnelles avaient du mal à intégrer la technologie Xi'an ou à utiliser son influence pour promouvoir d'autres innovations. Finalement, les penseurs avant-gardistes de MISC-M ont été chargés d'évaluer l'afflux d'idées Xi'an et d'en imaginer l'utilisation. La division a également passé au peigne fin son énorme base de données de conceptions pour voir quelles idées pourraient bénéficier de la technologie Xi'an. Le premier projet retenu est celui du Daedalus.

    Beaucoup de choses ont changé depuis le Daedalus original, mais l'équipe a vu un énorme potentiel dans l'utilisation de la technologie Xi'an pour le faire voler plus vite et le rendre moins cher à fabriquer. D'autres améliorations et innovations ont été développées, mais elles n'ont pas été testées jusqu'en 2940, date à laquelle MISC a décidé de consacrer plus d'argent à ses activités de course. La société mit fin à son partenariat avec l'équipe de course externe et chargea MISC-M de construire le nouveau vaisseau. Le résultat fut le Razor, qui remporta la Murray Cup Classic Race en 2945, en partie grâce au pilotage héroïque de Trevor Yuman. Lors de sa sortie en 2947, le vaisseau s'est extrêmement bien vendu et a reçu des critiques élogieuses. Le succès commercial du Razor et de la Murray Cup, combiné au lancement triomphal du Reliant un an plus tôt, convainquit MISC de continuer à développer de nouveaux vaisseaux audacieux. La société a considérablement augmenté le financement et les effectifs de MISC-M et a demandé à l'équipe de développer les idées qui l'enthousiasmaient le plus.

    Au cours des années suivantes, le PDG Adjei s'est intéressé de près à MISC-M et s'est rendu fréquemment dans la division pour vérifier ses progrès. Elle l'a encouragée à adopter les valeurs de MISC tout en rafraîchissant l'esthétique. Parallèlement, Mme Adjei a déclaré au conseil d'administration que la division avait le potentiel d'accroître considérablement les revenus de l'entreprise. Les initiés pensent qu'elle souhaitait depuis longtemps faire de la division sa propre sous-marque, en partie pour consacrer sa mission et ses vaisseaux comme distincts de ceux de MISC, mais elle ne voulait pas révéler son plan avant que la division ne produise un deuxième vaisseau emblématique. Le Fury serait ce vaisseau et a incité la PDG Adjei à dévoiler son plan directeur. Une fois approuvé par le conseil d'administration, l'entreprise a également décidé d'intégrer le Razor à Mirai. Il aurait pu sortir sous MISC, mais l'histoire du vaisseau au sein de la division et ses liens avec le Daedalus original en faisaient un élément idéal. La prochaine étape pour la sous-marque de performance de MISC reste un mystère pour quiconque ne fait pas partie de l'entreprise. Les rumeurs prétendent que le Mirai poussera l'intégration de la technologie Xi'an à de nouveaux niveaux audacieux, laissant les amateurs de vaisseaux et les concurrents dans une attente impatiente de ce qui se passera par la suite.

     

    Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr

     

     



    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.


  • Forum Statistics

    7.5k
    Total Topics
    23.8k
    Total Posts
×
×
  • Créer...