Jump to content
  • Portfolio

    15 records in this category

      424

      Forces de Défense Civile - Portfolio

      Forces de Défense Civile
       
      "La meilleure défense d'un système viendra toujours de ses résidents".
      Bryce Balewa a défendu ce point pendant des années avant de devenir l'un des principaux partisans de la Force de défense civile (CDF), une milice de volontaires à laquelle l'armée de l'UEE et l'Advocacy font appel pour apporter leur soutien en temps de crise. Jusqu'à la création de la CDF dans le cadre de l'Initiative de mobilisation militaire (MMI), la plupart des milices locales et des individus concernés trouvaient si difficile de coordonner les efforts de sécurité ou de secours avec les forces de l'UEE qu'ils ne s'en souciaient même pas. Au lieu de cela, ils ont organisé leurs propres efforts et se sont fréquemment disputés avec les forces de l'Empire au sujet de la juridiction et de l'étendue de leurs droits. Heureusement, la FCD a mis au point un moyen de coordonner le soutien avec les forces locales afin de fournir une réponse plus rapide et plus solide aux problèmes de sécurité graves dans un système. Qu'il s'agisse de défendre les voies de navigation contre les raids de meutes de hors-la-loi de plus en plus agressives ou de porter secours aux personnes touchées par des catastrophes naturelles, la CDF s'est rapidement révélée être un élément vital de la sécurité du système, et Balewa aurait aimé qu'elle existe lorsqu'il était encore agent de l'Advocacy à Ferron.
      L'agent spécial en charge (SAC) Bryce Balewa a été affecté au système Ferron pendant plus de dix ans. Il a vu les syndicats du crime accroître leur influence et leur autorité en profitant de l'infrastructure en ruine du système, de l'inefficacité des forces de l'ordre locales et du sous-financement de l'Advocacy. Sachant qu'il faudrait plus que quelques arrestations pour faire la différence, il a passé son temps à cultiver des pistes et à gagner la confiance de sources bien placées capables de lui fournir de précieux renseignements. En 2941, le SAC Balewa a rédigé un rapport détaillé décrivant les effets dévastateurs sur l'économie et la sécurité qu'aurait la poursuite des activités des syndicats du crime sur Ferron. Ainsi, lorsqu'il a entendu que les Voiders prévoyaient d'établir une base sur Ferron afin de développer de manière significative leur empire criminel, il savait exactement à quel point cela serait désastreux.
      Le SAC Balewa a confirmé la rumeur auprès de plusieurs sources et a reçu des détails supplémentaires sur le projet des Voiders d'envahir une station spatiale Gold Horizon désaffectée. Il s'est empressé de rédiger une demande de forces supplémentaires pour protéger la station spatiale hors service et l'a envoyée à la chaîne de commandement de l'Advocacy, mais elle a été refusée car trop coûteuse et dangereuse. Le SAC Balewa a compris que la défense de la station était vitale pour la sécurité à long terme du système et qu'elle serait extrêmement difficile avec ses forces actuelles, compte tenu des rapports de force qu'il avait reçus sur les Voiders. Il a fait appel au chef de section (SC) de Ferron, Jolena Hurley, pour lui permettre de coordonner avec les forces de la milice locale pour repousser l'attaque. Les forces de l'ordre locales de Ferron manquant cruellement de personnel et de fonds, les milices locales du système étaient souvent une option plus importante et mieux équipée. Le SC Hurley était d'accord, mais a fait remarquer que la politique actuelle exigeait que toute personne aidant directement ou recevant des renseignements de l'Advocacy soit contrôlée et vérifiée par le quartier général sur Terre. Au lieu de se préparer à l'attaque et d'élaborer des stratégies avec ses contacts locaux, le SAC Balewa a été contraint de filtrer les locaux, ce qui lui a fait perdre énormément de temps, avant de recevoir l'information que les Voiders étaient déjà dans l'écosystème et que l'invasion de la station spatiale avait commencé.
      Une petite force d'Advocacy dirigée par le SAC Balewa s'est précipitée vers la station spatiale. L'attaque étant officiellement lancée, il a contacté les forces de l'ordre locales pour leur demander de l'aide, mais une action stratégique de leurre menée par une petite force des Voiders de l'autre côté du système les a fait s'engager. Incapable d'organiser officiellement une réponse avec les milices locales, SAC Balewa a conduit sa petite force à la station seulement pour être rencontré avec une forte résistance. Les Voiders ont eu le temps d'établir un périmètre et de prendre le contrôle des tourelles de la station pour cibler l'Advocacy. La force du SAC Balewa a subi plusieurs pertes avant d'être obligée de battre en retraite. Furieux des pertes en vies humaines et du manque de soutien institutionnel de l'Advocacy à tous les niveaux, le SAC Balewa a immédiatement présenté sa lettre de démission et a contacté ses contacts locaux pour voir comment il pouvait aider.
      MIEUX ENSEMBLE
      Balewa a passé les mois suivants à travailler avec les forces locales de Ferron sur les moyens de freiner l'influence grandissante des Voiders, mais sans grand résultat. Cette expérience, combinée à sa connaissance approfondie de l'Advocacy, l'a convaincu qu'un partenariat solide et de confiance entre non seulement les forces de sécurité locales, l'Advocacy et la Marine, mais aussi des individus qualifiés, serait la meilleure option de sécurité pour le système. En 2944, Balewa a prononcé un discours au sommet de la sécurité civile sur ce sujet précis et a été approché après par Amanda Xiang, une éminente avocate et militante des droits des milices. Autour d'un verre dans le hall d'un hôtel, les deux personnages deviennent rapidement amis. Ils ont réalisé que leurs expériences et leurs approches étaient différentes, mais que leur objectif ultime était le même : assurer la sécurité des systèmes pour les civils et le commerce. Cette nuit-là, ils ont décidé d'unir leurs forces et l'idée de la Civilian Defense Force est née.
      Née et élevée à Brême, Amanda Xiang a vu de ses propres yeux comment une milice locale forte, comme la Force de défense de Brême (BDF), pouvait être bénéfique pour la sécurité d'un système. Elle a rejoint la BDF pendant ses études universitaires et, après avoir obtenu son diplôme, s'est consacrée à la protection et à l'élargissement des droits des milices à Brême et dans toute l'UEE. Avant de rencontrer Balewa, les relations politiques étroites de Xiang et son expertise en matière de lois sur les milices lui ont valu une place importante en tant que consultante en sécurité sur l'initiative de mobilisation des milices (MMI), une législation destinée à rationaliser la vente de vaisseaux militaires à des civils. Cependant, Xiang était convaincue que la MMI pouvait être bien plus que cela et elle a fait pression pour que la législation comprenne une section officialisant un partenariat entre l'Advocacy, la Navy et les forces civiles volontaires. Ses années en tant que membre actif de la BDF lui ont fait découvrir le problème sous un autre angle. L'Advocacy a souvent repoussé les offres du BDF pour soutenir ses opérations ou s'est disputé sur la manière exacte dont il pouvait aider sans interférer dans les affaires officielles de l'Advocacy. Désormais, avec un ancien agent de l'Advocacy dans son camp, elle pouvait s'appuyer sur les vastes connaissances institutionnelles de Balewa pour élaborer un plan sensé pour les deux parties.
      Ensemble, Balewa et Xiang ont rédigé une proposition visant à créer une force de défense civile (FDC) afin que les habitants, de manière indépendante ou dans le cadre d'une milice, puissent être rapidement mandatés en tant que responsables provisoires de l'application de la loi en cas d'urgence. Il ne s'agirait pas d'une force permanente, mais d'une force à laquelle on ferait appel en cas de besoin. Xiang s'est occupé des obstacles juridiques, tandis que Balewa l'a façonné de manière à ne pas compromettre les sources d'approvisionnement de l'Advocacy ou sa souveraineté. Alors que Xiang se concentrait uniquement sur la façon dont les milices et les civils pouvaient être appelés à aider à défendre leur système, Balewa a fait pression pour élargir le champ d'action des FDC afin d'inclure l'aide aux causes humanitaires et d'attirer un soutien politique plus large. Bien que leur proposition ait rapidement trouvé la faveur de plusieurs sénateurs, elle devait passer devant la commission de la défense du Sénat avant d'être ajoutée à la MMI. Balewa et Xiang n'étaient pas certains d'avoir les voix nécessaires lorsque la commission s'est réunie pour débattre de la question et ont été surpris de voir le directeur de l'Advocacy, Thomas Carmody, et non l'un de ses adjoints, apparaître pour exprimer la position de l'Advocacy. Bien que les transcriptions de la session à huis clos soient restées scellées, le directeur Carmody aurait exprimé plusieurs préoccupations. Des sources proches du directeur Carmody affirment qu'il n'aimait pas la politique mais, avec des taux de criminalité en hausse et le budget de l'Advocacy gelé en raison de la coûteuse guerre contre les Vanduul, il n'avait pas d'autres options pour aider ses agents sur le terrain. Lorsque le comité a accepté d'ajuster la politique sur la base de ses recommandations, l'Advocacy l'a officiellement approuvée, ouvrant la voie à la création de la force de défense civile en janvier 2947.
      FORCE DE SOUTIEN
      Après des mois de planification intensive, le premier appel officiel à l'aide de la Force de défense civile a été lancé pour évacuer les habitants de Tangaroa (Helios II) des zones menacées par une activité volcanique soudaine et intense. À ce jour, elle a été invoquée près de 50 fois pour rallier les civils à la défense des voies de navigation de Hadur contre les attaques, pour livrer des denrées alimentaires aux personnes touchées par la famine de Fora, etc. Malgré de nombreux succès, les détracteurs du programme affirment que le processus de vérification des civils est trop indulgent et les chasseurs de primes affirment qu'il inonde les secteurs à haut risque de civils non formés et non préparés, ce qui aggrave souvent la situation.
      Bien que Balewa et Xiang conviennent que certains aspects du CDF peuvent être améliorés, ils restent énergiques et optimistes quant à son avenir. Ils pensent que l'Empire devrait s'appuyer sur davantage de partenariats publics et privés qui impliquent directement les gens dans leur avenir. Selon eux, le CDF accroît l'engagement civique et est devenu un phare de la capacité des gens à surmonter l'adversité lorsqu'ils travaillent ensemble.
       
      Trad @Maarkreidi SwissStarships.org

      644

      Sur le chemin - Extrait de l'autobiographie de l'Imperator Erin Toi

      Ce portfolio a été initialement publié dans Jump Point 9.3.
      L'autobiographie de l'imperator Erin Toi, "On the Path", offre un regard honnête et perspicace sur sa vie personnelle et son ascension politique pour devenir la première imperator post-Messer. Le format unique du livre permet à l'ancienne Imperator de se concentrer sur les jours importants qui ont changé à jamais la trajectoire de sa vie. Voici l'extrait du 11 mars 2777.

      11 mars 2777 - SHANGHAI, TERRE, SYSTÈME SOLAIRE
      "Il est temps de partir, Sénateur Toi."
      Quand on m'interroge sur ce jour-là, ces mots sont les premiers à venir à l'esprit. Calmement murmurés par Irfan Udell, mon chef de la sécurité, avant que je puisse poser d'autres questions à la foule d'électeurs. Mon premier événement en personne depuis mon élection au Sénat avait déjà une heure de retard sur le programme. Je me suis excusée auprès de ceux qui attendaient encore et j'ai demandé à mon personnel de rassembler toutes les questions restantes.
      Irfan a discuté avec moi pendant que nous marchions vers le hangar. Quelque chose qu'il faisait rarement les premiers jours. Un transport militaire complet attendait à l'intérieur. Je m'attendais à ce qu'un petit hopper me transporte jusqu'aux jardins du front de mer de Shanghai pour une promenade au coucher du soleil. Avant que je puisse m'informer, Ifran m'a remis un dossier. Irfan m'a informé que les autorités de Shanghai venaient d'arrêter deux individus impliqués dans un complot visant à m'assassiner. En feuilletant les dossiers, j'ai vu des enregistrements de communications discutant de ma visite prévue dans les jardins, des schémas, trois profils de suspects et des photos de deux personnes arrêtées alors qu'elles déchargeaient des caisses d'une charrette à bras. Comme le troisième suspect était toujours en fuite, il a jugé impératif de me faire quitter la planète.
      Chaque fois que je repense à cette journée, l'attitude calme et professionnelle d'Irfan ressort toujours. Ce n'est que plus tard que j'ai appris comment son équipe avait travaillé sans relâche pendant des semaines pour orchestrer le coup monté sans que cela n'affecte mes apparitions ou n'attire l'attention des loyalistes de Messer. Si l'équipe d'Irfan pouvait défier le régime, alors je le pouvais aussi.

      CIBLE PRINCIPALE
      Pour quiconque y prête attention, les Messers ont commencé à sélectionner manuellement les sénateurs de la Terre au milieu des années 2600. Bien qu'il y ait encore des élections sénatoriales, le gagnant final était toujours évident grâce à des publicités omniprésentes et à un blitz médiatique ininterrompu axé sur un candidat pro-Messer spécifique. À peu près à la même époque, des opposants politiques particulièrement bruyants ont commencé à disparaître (nous connaissons maintenant les prisons secrètes de Charon). Les partis d'opposition de la Terre ont dépéri, de même que tout enthousiasme à se présenter contre un candidat soutenu par Messer, ce qui a conduit à plusieurs élections sénatoriales où un seul candidat figurait sur le bulletin de vote.
      Lorsque j'ai enregistré ma candidature au Sénat à la fin de l'année 2775, j'étais consciente du risque que je prenais, mais cela ne m'a pas découragé. Honnêtement, je ne m'attendais pas à gagner. Seulement pour montrer à l'empire ce qui était clair pour beaucoup d'entre nous sur Terre : l'influence politique des Messer était en déclin.
      Une fois élu, le Sénat m'a assigné une équipe de sécurité dirigée par Irfan. J'avais entendu dire que des loyalistes Messer étaient connus pour être installés dans les services de sécurité du Sénat pour surveiller les sénateurs, mais un bloc enhardi de sénateurs anti-Messer avait récemment restructuré et réformé les services de sécurité pour mettre fin à cette surveillance. L'équipe d'Irfan a rapidement gagné ma confiance et finalement ma gratitude éternelle pour leurs actions à Shanghai. Lorsque nous avons quitté la Terre ce jour-là, Irfan a promis que son équipe continuerait à faire tout ce qui était en son pouvoir pour assurer ma sécurité et celle de mon équipe, et j'ai promis de me battre comme un diable pour sauver l'empire des Messers.

      VISION STRATÉGIQUE
      Épuisé mais étrangement revigoré par les événements de la journée, je me suis entretenue avec le sénateur terrien Heng Ibrahim qui était alors à la tête du comité de défense du Sénat. Il m'a dit en privé ce qui ne pourrait jamais être dit en public, que les Messers étaient responsables de l'envoi de mes assassins potentiels, mais qu'ils avaient suffisamment de sénateurs loyaux pour empêcher toute enquête. Malgré mon désir de confronter l'Imperator Messer X à propos de l'incident, ce n'était pas le moment de chercher la bagarre.
      Cependant, officieusement, de nouveaux détails sur la tentative d'assassinat ratée continuaient d'affluer. Les conspirateurs arrêtés, Shigeki Renshaw et Dalton Boudet, étaient tous deux en possession de cartes d'employés valides qui leur ont permis de contourner les contrôles de sécurité dans les jardins de Shanghai. Une tentative d'accès aux informations sur leurs coms a été déjouée par un système de cryptage avancé qui effaçait les appareils lorsqu'un mot de passe n'était pas saisi dans le temps imparti. Malgré diverses menaces et incitations, Renshaw et Boudet ont refusé de parler et ont tous deux été tués en prison avant d'arriver au procès.
      D'un point de vue stratégique, il était préférable de concentrer cette colère et cette énergie politiques sur des questions qui amélioraient l'Empire pour tous. Pour montrer aux électeurs comment un bon gouvernement responsable pouvait fonctionner s'ils le voulaient. Publiquement, cela comprenait une législation qui rétablissait le droit de vote des dissidents politiques (qui a échoué lors de son introduction, naturellement), et en coulisses, la tentative d'établir des relations diplomatiques positives avec les Xi'an qui ont finalement abouti au Traité Akari-Kr.ē de 2789.
      L'histoire a prouvé l'efficacité de cette stratégie. Dans l'après-Messer, nous savons maintenant que la tentative d'assassinat ratée a provoqué la colère de Linton et Fiona Messer, qui pensaient que cela faisait paraître leur père faible. À cause de cela et de divers autres griefs, ils ont commencé à préparer ce qui allait devenir le coup d'État au stade de Khanos, qui a déposé Ulysses Messer X en 2781. Alors que le régime s'envenimait de l'intérieur, l'influence des sénateurs augmentait et réformait positivement d'autres parties du gouvernement. J'ai vu le système commencer à guérir sous mes yeux. C'est pourquoi, lorsque le terrible et sanglant règne de 11 ans de l'Imperator Linton Messer XI a finalement pris fin, j'étais plus confiant que jamais que tout allait bien se passer.
      Allons à ce jour suivant, le 3 mai 2792.
       
      Traduction: @kel-do - Swissstarships.org

      421 1

      Portfolio : Le Siège de Tiber

      Siège de Tiber
      Ce dossier est paru à l'origine dans Jump Point 9.6.
      Le siège de Tiber, qui a duré de 2732 à 2736, reste dans les mémoires pour la lutte héroïque menée par l'armée de l'UEE pour empêcher les Vanduul d'envahir le système, et pour le plus long engagement de combat ininterrompu entre les deux forces jusqu'à cette date. Bien que Tiber ait fini par tomber aux mains des envahisseurs Vanduul, l'armée de l'UEE ne considère pas cette campagne comme une perte totale. Une grande partie des connaissances accumulées par l'humanité sur les stratégies et tactiques militaires vanduul ont été acquises au cours de ces quatre longues et sanglantes années de bataille.
      Nombreux sont ceux qui considèrent que le premier contact de l'humanité avec les Vanduul a eu lieu en 2681, lors de l'attaque de la colonie d'Armitage dans le système d'Orion, prélude aux attaques sporadiques qui ont suivi au cours des décennies suivantes. La brièveté et la férocité de ces attaques ont souvent empêché l'UEE de recueillir des renseignements définitifs sur les Vanduul, mais en 2688, le Dr Arlow Gellis, anthropologue de renom, a publié une étude révolutionnaire sur la dynamique sociale des Vanduul, intitulée Théorie des clans. Le Dr Gellis affirmait que les forces vanduul n'étaient pas organisées sous un gouvernement conventionnel, mais qu'elles étaient composées de clans de tailles et de forces diverses, identifiables par les marques de leurs vaisseaux. Ces clans opéraient généralement indépendamment les uns des autres, mais il leur arrivait d'unir leurs forces, comme lors de l'attaque coordonnée sur Orion en 2712, qui a finalement chassé l'humanité du système. Après la défaite, les forces de l'UEE se sont repliées sur Tiber pour préparer une ligne défensive secondaire, mais les Vanduul n'ont pas suivi. Au contraire, ils sont restés sur Orion, exploitant les ressources du système.
      La marine de l'UEE a renforcé ses forces à Tiber et a surveillé avec anxiété le saut vers Orion, certaine qu'une attaque était imminente. Certains historiens militaires ont même affirmé que la marine a mené plusieurs expériences secrètes qui n'ont pas réussi à faire échouer le saut Tiber-Orion. Puis, le 4 février 2726, un chasseur léger Vanduul (désignation militaire "Blade") a été repéré dans le système. Les forces de la marine se sont précipitées pour contenir le chasseur, mais il a finalement disparu. Peu de temps après, les Vanduul sont apparus en nombre croissant et, à la fin de l'année, de petits raids claniques ont eu lieu à une fréquence irrégulière, comme les attaques sur Orion. Souvent, des mois passaient sans incident. Ce schéma d'engagement a duré jusqu'au 19 avril 2732, lorsqu'un grand clan Vanduul est entré dans Tiber et a attaqué les forces de l'UEE qui surveillaient la zone immédiate autour du saut. Lorsque des clans plus petits suivirent de près et se joignirent au combat, les forces de l'UEE prirent la fuite et cédèrent le contrôle du point de saut Tiber-Orion aux Vanduul. Le siège de Tiber a officiellement commencé.
       
      FLOTTE EN MOUVEMENT
      Le Haut-Commandement a confié au Grand Amiral Tesca Halimeade la tâche peu enviable d'expulser les Vanduul de Tiber. Bien qu'Halimeade en sache autant, sinon plus, sur les Vanduul que n'importe qui d'autre dans la marine grâce à son étude approfondie des documents universitaires et des rapports d'après-action, il est toujours considéré comme un choix controversé pour diriger la campagne. Ses connaissances approfondies étaient largement respectées, mais les critiques qualifiaient le Grand Amiral Halimeade de commandant "de classe" qui n'avait pas glané ses connaissances par l'expérience du combat.
      Le Grand Amiral Halimeade a d'abord triplé le nombre de troupes gardant les sauts vers Virgil et Oberon. Puis il a amarré son vaisseau, l'UEES Aquilon, au plus grand chantier naval du système, INS Aniene, pour défendre le saut vers Virgil. Il a gardé des vaisseaux capitaux amarrés à des stations spatiales stratégiques à travers Tiber tandis que de plus petites flottes patrouillaient comme des unités de guérilla. Ces patrouilles recevaient des instructions spécifiques sur le moment d'engager et de fuir les forces Vanduul. Les règles d'engagement variaient grandement en fonction de la taille de la force et de l'objectif, mais en pratique, la politique ne conseillait généralement d'attaquer que si la force navale était supérieure en nombre. Ridiculisé comme étant une stratégie du type "cours, ne tire pas", le Grand Amiral Halimeade a défendu sa position en affirmant qu'il sauvait les pilotes en les poussant vers des engagements qu'ils pouvaient gagner.
      Cette stratégie d'engagement prudente a permis aux Vanduul d'étendre lentement leur emprise sur le système. Au milieu de l'année 2733, Tiber II était devenu un champ de bataille féroce où divers clans se disputaient le contrôle des stations spatiales et des avant-postes établis. Pourtant, la plupart des vaisseaux capitaux de l'UEE restaient amarrés dans des stations spatiales bien défendues, suscitant de vives critiques de la part d'autres généraux qui estimaient que les Vanduul se retranchaient dans le système. Ce n'est qu'en privé que le Grand Amiral Halimeade a révélé à ses conseillers la véritable raison pour laquelle il ne voulait pas engager toutes ses forces contre les Vanduul : il gardait l'espoir que la diplomatie était le moyen de mettre fin à la guerre. "Ce dont j'ai besoin, c'est de renseignements et de temps pour trouver comment les atteindre (les Vanduul)", a-t-il écrit à un confident. "Si nous nous engageons pleinement dans la guerre, alors la guerre totale est la seule voie possible."
      Au début de l'année 2734, les Vanduul ont commencé à pousser plus agressivement sur Tiber II. Des vidéos de moissonneuses Vanduul en train de dévorer Tiber II ont été diffusées sur Spectrum et ont fait sensation dans tout l'empire. Sentant que sa maîtrise du système lui échappait, le Grand Amiral Halimeade a réagi en déployant finalement l'UEES Aquilon et un important contingent de forces de l'UEE près de la planète. Les clans Vanduul, réclamant un combat, se sont lancés avec empressement dans l'affrontement avec la grande flotte. Les campements vanduul étaient ainsi peu gardés et les équipes d'attaque de l'UEE ont pu effectuer des bombardements aériens qui ont dévasté la plupart d'entre eux. Bien qu'il s'agisse d'une victoire, cela s'est également avéré être une provocation qui ne resterait pas sans réponse.
      Les clans qui ont été dévastés par les bombardements aériens ont fui le système, tandis que d'autres sont arrivés pour réclamer ce qui avait été abandonné. Des rapports navals déclassifiés indiquent que le nombre de Vanduul a en fait augmenté après les bombardements aériens de Tiber II. Le Grand Amiral Halimeade a dispersé ses vaisseaux capitaux pour essayer de répéter le succès. Il utilisait des vaisseaux comme leurres pour inciter les clans à les poursuivre dans le système, tandis que les équipes de frappe frappaient les cibles exposées par la distraction. Les renseignements recueillis et les tactiques de combat testées pendant cette période ont permis aux militaires de mieux comprendre les Vanduul. La Marine a même récupéré plusieurs stations spatiales perdues, mais cela s'est avéré être trop peu, trop tard.
      En novembre 2735, les services de renseignement de la marine ont été informés qu'un grand clan Vanduul se rassemblait dans une partie inattendue du système. Le Grand Amiral Halimeade a rassemblé une petite force autour de l'UEES Aquilon et est allé évaluer la situation personnellement. Il a découvert que les Vanduul se déversaient par un point de saut inconnu dans le système appelé Vector, à peu près au même endroit où le premier vaisseau éclaireur Vanduul avait disparu il y a des années. Quelques instants après son arrivée, l'équipe de reconnaissance a été découverte et prise en embuscade. Les forces vanduul ont détruit l'UEES Aquilon, tuant tout le monde à bord, y compris Halimeade. Les quelques vaisseaux survivants sont retournés à l'INS Aniene.
       
      CAUSE PERDUE
      La perte du Grand Amiral Halimeade a mis la Marine en émoi et le Haut-Commandant a nommé l'Amiral Mira Triolo, un fervent critique de la stratégie d'engagement mesuré d'Halimeade, comme nouveau commandant à Tiber. Le nouvel amiral a consolidé ses forces dans une énorme flotte destinée à défier directement les Vanduul. Sa première rencontre majeure s'est soldée par la perte de milliers de starmen et de trois vaisseaux de classe capitale. Sans se laisser décourager, l'amiral Triolo continua à affronter directement les Vanduul et, dans un geste qui serait plus tard très critiqué, ordonna le redéploiement de renforts de Virgil pour renforcer son offensive.
      En 2736, la guerre pour Tiber atteint son paroxysme. L'Imperator Galor Messer IX ordonna personnellement une campagne massive de bombardements aériens sur Tiber II, convaincu que le contrôle de la planète limiterait la capacité des Vanduul à réapprovisionner leurs machines de guerre. Au lieu de cela, cette campagne a transformé la planète en un terrain vague et lui a valu l'épithète de "tombeau". Puis, le 29 décembre 2736, un vaisseau capital vanduul de classe "Kingship" est arrivé d'Orion. Identifié comme l'un des plus grands et des plus anciens clans répertoriés par les militaires, le vaisseau royal a mené une attaque contre l'INS Aniene. Malgré une résistance courageuse, la moitié des forces de la Marine dans le système a été perdue au cours de la bataille. La ligne de la Navy ayant été brisée et les vaisseaux mis en déroute, l'amiral Triolo a ordonné aux forces de se replier sur Virgil. L'amiral Triolo pensait que les Vanduul resteraient dans Tiber pour détruire le système, comme ils l'avaient fait dans Orion, mais les Vanduul les ont suivis. Ils ont pris le contrôle du point de saut Tiber-Virgil et ont envoyé des éclaireurs à travers le système. Quelques jours plus tard, le 2 janvier 2737, une vaste flotte Vanduul a pénétré dans Virgil. L'amiral Triolo réussit à ralentir son avance, gagnant un temps précieux pour couvrir la retraite de plus d'un million de réfugiés, mais Virgil tomba rapidement.
      Si le siège de Tiber reste dans les mémoires comme une campagne militaire ratée pour sauver le système, nombreux sont ceux qui considèrent qu'il s'agit d'une période inestimable dans la guerre contre les Vanduul, grâce aux leçons apprises pendant le siège, qui sont encore mises à profit aujourd'hui.
       
      Trad : @Tyti1980 SwissStarships.org

      380

      Portfolio : Centre de soins Brentworth

      Ce dossier est paru à l'origine dans Jump Point 9.7.

      Célèbres pour la qualité de leurs soins, les centres de soins Brentworth se classent souvent parmi les meilleurs prestataires de soins de l'UEE en termes de santé des patients, de satisfaction des clients et de coûts. Nombreux sont ceux qui ne jurent que par leurs services, qui comprennent les soins médicaux standard, la chirurgie esthétique et les remplacements cybernétiques. Pourtant, certaines compagnies d'assurance se sont plaintes des prix excessifs pratiqués par les centres de soins et les ont accusés d'augmenter artificiellement le coût des services. Certains assureurs ont même récemment menacé de refuser les demandes de remboursement de cet hôpital coûteux. Cependant, il semble peu probable qu'il y ait un changement de sitôt, car ces prix élevés correspondent à la vision du Dr Jaleel Brentworth pour les centres de soins qui portent son nom. Dans une interview accordée à la Terra Gazette, le Dr Brentworth a défendu le coût élevé en déclarant : "Ma philosophie est que le traitement du problème médical primaire n'est qu'une partie du processus. La réadaptation est une expérience qui concerne tout le corps, c'est pourquoi j'ai construit mes centres de soins en fonction de ce principe, en offrant à l'esprit et au corps le confort et les soins dont ils ont besoin pour se guérir. Et ces soins supplémentaires ont un coût."
      QUALITÉ DES SOINS
      Jaleel Brentworth est né sur Terre en 2829. Il a vécu une enfance heureuse et privilégiée jusqu'à ce que son frère aîné, Sajit, soit atteint d'une maladie rare du foie. Jaleel a vu Sajit souffrir de plusieurs traitements expérimentaux avant de recevoir un foie artificiel. L'implant a permis à Sajit de redevenir le grand frère énergique et intellectuellement curieux que Jaleel adorait, mais avec le temps, le corps de Sajit a lentement rejeté le nouveau foie. Les médecins ont tenté de corriger l'état de Sajit par plusieurs traitements de suppression et de reconstruction nerveuse, mais cela s'est avéré trop difficile pour Sajit qui est mort quelques semaines plus tard à l'hôpital. Cette perte a dévasté Jaleel mais l'a incité à étudier la médecine.
      Il a fréquenté l'Université de la Terre en Australie (UEA) où il a développé un vif intérêt pour le système nerveux. Il est particulièrement fasciné par les axones, les fibres nerveuses qui conduisent les impulsions électriques, et rédige plusieurs articles de recherche sur les moyens d'améliorer potentiellement la façon dont les implants cybernétiques et les organes artificiels se connectent et communiquent avec le corps. Ces travaux ont attiré l'attention d'un chercheur de l'UEA, le Dr Ariel Roux, qui étudiait les moyens d'inverser la dégénérescence nerveuse, une cause majeure de défaillance des implants. Les deux chercheurs ont uni leurs forces et ont commencé à effectuer des essais simulés des nouvelles méthodes chirurgicales proposées par Brentworth dans ses articles.
      Leurs premières expériences étant prometteuses, Brentworth, après avoir obtenu son doctorat, a décidé de ne pas ouvrir de cabinet médical. Au lieu de cela, il a rejoint l'UEA en tant que spécialiste en chirurgie au sein de l'équipe de recherche du Dr Roux. Après des années de procédures expérimentales, le Dr Brentworth a été consterné par leurs progrès. Dans la plupart des cas, il n'y avait aucune différence mesurable entre les performances des implants chez leurs participants et les normes médicales actuelles. L'exception étant plusieurs groupes dont les chirurgies ont été effectuées à bord d'un vaisseau stationné en basse gravité.
      Le professeur Roux était convaincu que la faible gravité aidait en quelque sorte le système nerveux à former une greffe plus solide aux implants, mais le Dr Brentworth n'était pas convaincu. Il a noté que les données biométriques des participants montraient également une fréquence cardiaque et une pression artérielle plus faibles, ce qui indiquait qu'ils étaient plus détendus avant et après les procédures. Une différence qu'il a attribuée au fait que les participants s'étaient détendus dans les logements de luxe à bord du navire pendant le voyage aller-retour. Se rappelant à quel point son frère avait été stressé lors de son séjour prolongé à l'hôpital, le Dr Brentworth a voulu réaliser la prochaine série d'interventions chirurgicales dans des conditions de gravité normale, en donnant aux patients des chambres de qualité hôtelière pour qu'ils puissent se détendre avant et après l'opération, mais le professeur Roux a rejeté la proposition pour se concentrer sur des expériences à faible gravité. Un fossé se creuse entre les deux et ils se séparent amicalement peu de temps après.
      Le Dr Brentworth s'est installé à New York, où son partenaire avait obtenu un poste de conseiller auprès d'un sénateur. En 2862, il a reçu un investissement substantiel de ses parents pour ouvrir le premier centre de soins Brentworth. Partant du principe que le niveau de confort et de soins reçus tout au long du traitement est tout aussi important que la procédure elle-même, le Dr Brentworth a fait appel à l'architecte primé et au cabinet de design Lobi-Ross pour que le centre de soins soit à la hauteur des meilleurs hôtels. Les affaires ont démarré lentement, jusqu'à ce que son associé, Darren, convainque un agent de sécurité du Sénat de faire examiner sa jambe cybernétique défectueuse par le Dr Brentworth. D'autres médecins lui avaient dit qu'une nouvelle jambe était la seule solution, mais le Dr Brentworth était convaincu qu'une petite procédure pourrait renforcer la greffe actuelle. Il avait raison et la rumeur s'est rapidement répandue parmi les membres du personnel de sécurité du Sénat que non seulement le Dr Brentworth pouvait faire des miracles mais qu'un séjour dans ses locaux était meilleur que certains hôtels. Cette notoriété grandit et finit par lui valoir sa plus grande patiente, la sénatrice Linda Beckley, qui avait subi d'horribles brûlures sur la moitié de son corps à la suite d'un accident de bateau. Les greffes de peau étaient si bonnes que seuls les membres de son cercle intime savaient qu'elle les avait subies. Pourtant, une fois que la rumeur s'est répandue parmi les politiciens, les courtiers en pouvoir et les célébrités que le Dr Brentworth faisait un travail exceptionnel et accordait la priorité à la vie privée, les affaires ont explosé. Même après le triplement de la taille du centre de soins, la demande était si forte que les rendez-vous étaient fixés des mois à l'avance. Bientôt, de puissants investisseurs prenaient des rendez-vous pour faire faire des travaux, juste pour avoir l'occasion de convaincre le Dr Brentworth de les laisser l'aider à développer sa marque.
      CONTRÔLE DE LA QUALITÉ
      Le Dr Brentworth a d'abord rejeté l'expansion en raison de ses inquiétudes quant au contrôle de la qualité des soins. Il était devenu un microgestionnaire notoire, et même s'il n'effectuait pas toutes les procédures, il pouvait superviser et conseiller à tout moment. Après avoir reçu de nombreuses offres d'investissement, le Dr Brentworth a vu le potentiel et a décidé de le faire lui-même. Il a commencé modestement en ouvrant d'autres centres de soins Brentworth sur Terre. Cela lui a permis de choisir personnellement chaque emplacement, de superviser leur conception, de faire passer des entretiens et d'embaucher du personnel et, une fois ouvert, de n'être qu'à un appel téléphonique. Ces nouveaux sites étaient rapidement réservés des mois à l'avance et il a été décidé de les étendre à d'autres sites du système Sol.
      Pour accélérer l'expansion, le Dr Brentworth a travaillé avec des conseillers pour établir des normes exigeantes pour ses centres de soins. Aucun détail n'était trop petit. Qu'il s'agisse de s'assurer que les bonnes plantes sont sélectionnées pour le hall d'entrée ou de spécifier la température de couleur de l'éclairage dans les salles de réveil, tous les futurs centres de soins Brentworth seront construits selon ces normes élevées. Le Dr Brentworth a établi des critères tout aussi stricts en ce qui concerne les procédures médicales, en précisant notamment certains critères biométriques que les patients devaient atteindre avant une procédure et avant d'être libérés. En outre, les bénéfices du centre étaient réinvestis dans la recherche des dernières avancées médicales et dans la formation de son personnel à leur utilisation. Il est notoire que le Dr Brentworth a dépensé des milliards pour mettre à niveau tous les scanners médicaux deux fois la même année, après la sortie d'un nouveau modèle légèrement plus précis. Il affirmait que rien ne détendait davantage les patients et ne les aidait à guérir que de savoir qu'ils recevaient les meilleurs soins.
      Très vite, des centres de soins Brentworth ont été installés dans tous les systèmes de l'Empire. Au début des années 2900, de nombreux autres cabinets ont tenté de reproduire la médecine de luxe du centre de soins, mais aucun n'a jamais égalé Brentworth en termes de prestige et de popularité. En 2917, le Dr Jaleel Brentworth prend sa retraite et meurt peu après à l'âge relativement jeune de 87 ans. Son partenaire a révélé à titre posthume que Jaleel souffrait d'une maladie rénale chronique et qu'il avait décidé de ne pas recevoir de substituts artificiels, plaisantant sur le fait que la seule personne à qui il aurait confié cette procédure était lui-même. Si l'homme a lentement disparu de la conscience publique au fil des ans, les centres de soins Brentworth continueront à porter son nom à l'avenir et à témoigner de la haute qualité des soins et de l'attention méticuleuse portée aux détails qui en font l'un des meilleurs établissements médicaux.
       
      Trad : @Maarkreidi SwissStarships.org

      407 1

      Portfolio: Nine Tails

      Note de l'éditeur : Ce dossier n'a pas pour but de glorifier ou d'approuver les Nine Tails. Il vise plutôt à informer les lecteurs sur leurs actions et leurs zones d'influence. Ce n'est qu'en comprenant parfaitement les opérations et les motivations des organisations criminelles comme les Nine Tails que nous pourrons les empêcher d'étendre leur influence sur l'UEE.
      "Organisé et absolument impitoyable." Le détective Alsup a utilisé ces mots en 2938 pour résumer la première attaque des Nine Tails, un incident qui a fait 28 morts parmi les policiers de Terra. Malgré le lourd tribut payé aux forces de l'ordre, un seul des assaillants a été retrouvé mort sur les lieux, portant un équipement marqué d'un serpent entrelacé avec le chiffre neuf. Ce symbole, alors inconnu, a beaucoup circulé avant qu'un informateur ne l'identifie comme appartenant à un nouveau gang mystérieux se faisant appeler les Nine Tails.
      Depuis lors, de nombreux braquages et attaques ont été liés au groupe, avec une ampleur et une fréquence croissantes au fil du temps. Malgré leur réputation grandissante, peu de choses sont connues publiquement sur le gang ou ses rouages internes, ce qui rend l'ascension fulgurante du groupe vers le pouvoir encore plus inquiétante pour les experts du crime organisé. Aujourd'hui, le gang des Nine Tails opère presque exclusivement dans le système de Stanton, en utilisant comme quartier général la tristement célèbre station spatiale abandonnée que les locaux appellent "Grim HEX".
      Ancienne station d'habitation impériale utilisée par les mineurs travaillant sur la ceinture d'astéroïdes entourant Yela (Stanton 2c), Grim HEX appartient techniquement à Crusader Industries. Ils reconnaissent la présence des Nine Tails, mais affirment que le gang n'est pas leur seul problème, et refusent d'arracher le contrôle de Grim HEX au gang à moins d'être aidés par l'Advocacy ou les autres mégacorps du système. Selon une déclaration de 2950 Crusader, "la piraterie au sein du système Stanton doit être abordée dans son ensemble alors que d'autres juridictions ne sont qu'à un rapide QT de distance.
      Alors que l'influence de l'organisation criminelle des Nine Tails s'étend, les enquêteurs continuent d'essayer de comprendre le fonctionnement interne du gang. Si l'argent semble être la principale motivation du gang, la logique de certaines opérations des Nine Tails reste anormale, ce qui a conduit un expert du crime organisé à décrire le groupe comme des "anarchistes professionnels avides de crédit".
      PREMIÈRE ATTAQUE
      Les Nine Tails se sont spécialisés dans les attaques sauvages aux motivations énigmatiques, un mélange mortel et troublant qui remonte à leur première attaque. Le racket et la piraterie ne sont que deux des nombreuses accusations de corruption auxquelles Albert "Sinkhole" Holden a dû faire face pour avoir dirigé le syndicat Rangda de Prime pendant plus de dix ans. Cette notoriété lui a valu une peine d'isolement dans un centre de détention hors-monde, mais il n'y arrivera jamais. Les vaisseaux de Nine Tails ont envahi le transport une fois qu'il a été arraché de QT au-dessus de Terra. Une attaque coordonnée a rapidement détruit tous les vaisseaux du département de la défense de Terra, à l'exception du transport de la prison, qui a été désactivé et abordé. Utilisant une précision d'expert, des tactiques bien rodées et l'élément de surprise, les Nine Tails ont pris d'assaut le transport et tué tous les officiers de police à bord. Ils ont ensuite libéré Holden de sa capsule de stase et se sont enfuis.
      Compte tenu du comportement professionnel des assaillants, les enquêteurs ont été surpris que le gang ait laissé l'un des leurs, qui avait été tué lors de l'échange avec les gardes. La police a d'abord supposé que le symbole du serpent inconnu sur leur équipement était une fausse piste, car les enquêteurs pensaient que le syndicat Rangda avait mené l'attaque pour libérer leur patron. Pourtant, un jour après l'attaque, l'affaire a pris une tournure inattendue lorsque Holden a été retrouvé abattu d'une balle dans la tête et flottant dans l'espace. Pourquoi les Nine Tails ont libéré Holden pour l'exécuter plus tard reste un mystère.
      Des semaines passent avant que la première piste solide n'apparaisse lorsque le même symbole du serpent est repéré par les caméras lors du détournement d'un Caterpillar chargé de ressources précieuses à Magnus. Au cours des années suivantes, le gang est devenu de plus en plus prolifique et a été lié à des incidents dans plus d'une douzaine de systèmes impliquant des enlèvements, des meurtres, des vols et la destruction de biens personnels et privés. Il était pratiquement impossible de prédire où et quand il allait frapper. Puis, au début de l'année 2942, les incidents impliquant les Nine Tails ont soudainement cessé. Les responsables de l'application de la loi espéraient secrètement que les divisions internes auraient finalement déchiré le gang, mais celui-ci ne faisait que préparer son prochain coup.
      HAVRE DE PAIX
      Des rapports sur un regain d'activité des Nine Tails ont commencé à sortir de Stanton en 2943. Accompagnés de rumeurs au sein de la communauté des hors-la-loi selon lesquelles le gang contrôlait désormais une ancienne colonie  nichée dans la ceinture d'astéroïdes de Yela. Avant leur arrivée, des squatters et des criminels à la petite semaine habitaient le sinistrement surnommé Grim HEX. Ils ont opposé peu de résistance à la prise de contrôle par les Nine Tails. Selon certaines sources, quiconque s'opposait au gang était expulsé par un sas, tandis que ceux qui n'avaient pas d'objection étaient autorisés à rester et à prospérer.
      Sous le contrôle de Nine Tails, Grim HEX est devenu une plaque tournante de l'activité illégale dans le système Stanton, avec un marché noir et des jeux d'argent florissants à bord de la station. Le gang est également soupçonné d'être à l'origine de l'augmentation générale de la criminalité dans le secteur. La situation a pris une telle ampleur que le PDG de Crusader, Kelly Caplan, a été convoqué devant le Sénat pour expliquer les manquements de la société en matière de sécurité. Des observateurs extérieurs ont accusé Crusader Security d'éviter une confrontation directe avec Nine Tails par crainte de la réaction du gang. Si c'est vrai, cela renforce la puissance du gang.
      La raison pour laquelle Nine Tails est passé d'une équipe de choc très efficace et insaisissable à une force basée à Stanton reste un mystère. Les crédits réguliers sont la réponse la plus facile, mais certains experts se sont demandés si le gang n'avait pas de plus grands projets en préparation. Récemment, le gang a donné raison à ces experts en bloquant une station de repos à l'aide d'un puissant amortisseur qui a rendu le voyage quantique impossible à proximité de la station, paralysant ainsi le commerce dans le secteur. Les Nine Tails ont été si efficaces que le blocage n'a été rompu qu'après que le directeur de la sécurité de Crusader, Sasha Rust, a lancé une campagne de recrutement d'urgence afin d'amener des agents de sécurité à venir en aide à la station. Les motifs des Nine Tails pour cette attaque restent inconnus.
      Si Nine Tails opère aujourd'hui principalement dans le système Stanton, elle est emblématique de cette ère du crime. Son ascension rapide et calculée vers le pouvoir, ainsi que sa capacité à garder les rouages du gang secrets pour les enquêteurs, ne font que prouver sa réelle dangerosité.
       
      Trad : @Maarkreidi SwissStarships.org

      387 1

      La voie de Bremen

      Ce portfolio a été publié à l'origine dans Jump Point 9.8.
      "Je n'ai jamais été aussi nerveuse. Notre réseau de militants avait été complètement trahi, nous obligeant à fuir alors que les agents de l'Advocacy commençaient leurs raids. Je savais que certains de mes amis avaient réussi à rejoindre l'espace Xi'an, mais d'autres avaient tout simplement disparu. Les gens supposaient que les Messers les avaient eus, mais j'ai aussi entendu des histoires de contrebandiers qui les vendaient aux Banu. Pourtant, je devais prendre le risque. Tout valait mieux qu'une des prisons de rééducation des Messers, alors j'ai grimpé dans la caisse du contrebandier et ils m'ont scellé. La prochaine chose que je sais, c'est qu'un Xi'an me secouait pour me réveiller. Le premier que je rencontrais, et je, ah... eh bien, j'ai crié parce que c'était très choquant. Puis je me suis effondrée et j'ai pleuré parce que je savais que j'étais enfin en sécurité."
       
      - August Dunlow, fondateur de Crusader Industries
      Le témoignage d'August Dunlow sur sa fuite de l'UEE est l'un des nombreux récits qui figurent dans The Bremen Beltway, un livre qui mêle brillamment interviews, extraits de journaux et documents gouvernementaux déclassifiés pour mettre en lumière les mesures extrêmes utilisées pour faire entrer et sortir clandestinement de l'UEE contrôlée par Messer des militants, des journalistes, des politiciens de l'opposition et d'autres personnes. Alors que le régime faisait de l'évasion de l'empire une proposition difficile et souvent dangereuse, une méthode s'est imposée comme la plus sûre et la plus importante. Surnommée le chemin de Bremen, cette route aurait non seulement permis de faire sortir clandestinement plus de personnes que n'importe quelle autre, mais elle a également joué un rôle déterminant dans le retour rapide de centaines d'importants militants anti-Messer lorsque la révolution a commencé. Leur retour en temps voulu s'est avéré essentiel pour organiser les différentes planètes afin de renverser le régime totalitaire.
      Bien qu'au fil du temps, le voyage ait été associé à Bremen, la route traverse en fait cinq systèmes : Bremen, Nyx, Tohil, La'uo (Virtus), et Ē'aluth (Eelaus). Bremen a gagné son nom parce que c'était le point de départ de l'UEE et le seul système que les voyageurs connaissaient avant leur voyage. Des mesures de sécurité strictes signifiaient que les seules informations que les voyageurs recevaient étaient une heure et un ensemble de coordonnées précises dans Bremen. S'ils arrivaient à bon port, les contrebandiers leur fournissaient des somnifères et une caisse de contrebande exiguë. Pendant ce temps, des membres haut placés de la Force de défense de Bremen (BDF) s'assuraient secrètement que les contrebandiers pouvaient éviter les patrouilles de sécurité de l'UEE et des membres moins sympathiques de la BDF pendant la traversée du système et le saut vers Nyx.
      Bien que les résidents de Levski aspirent également à la révolution, ils n'ont malheureusement pas été en mesure d'offrir un refuge permanent aux révolutionnaires fuyant à travers Nyx. Les dirigeants de l'Alliance des Peuples ont volontiers proposé Levski comme point d'arrêt pour le ravitaillement, mais avec des parties importantes de l'ancienne installation minière nécessitant encore des réparations et des systèmes de survie déjà surchargés, ils n'étaient pas en mesure d'accueillir une population plus importante à ce moment-là. La plupart des contrebandiers travaillant sur le chemin de Bremen se sont donc empressés de traverser le système pour se rendre à Tohil.
      Un système de la ligne Perry censé servir de tampon entre les deux espèces, Tohil les a plutôt rapprochées. Tohil est devenu le principal point d'échange entre les contrebandiers humains et ceux de Xi'an, qui étaient désormais chargés de transporter les réfugiés en toute sécurité dans l'espace Xi'an. Les contrebandiers des deux côtés ont surnommé ce point de rencontre le "trampoline de Tohil", en partie parce que les échanges se faisaient souvent sur de grandes biomasses botaniques flottant dans les océans de Tohil III. Ces échanges se sont avérés si sûrs et fiables que l'empereur Xi'an Kr.ē et le sénateur de Terra Terrence Akari se sont rencontrés sur Tohil III en 2789. Cette rencontre a donné lieu à un accord de paix qui a été approuvé de justesse par le Sénat de l'UEE, mais qui n'a jamais été promulgué par l'Imperator Messer XI. Néanmoins, l'adoption du traité Akari-Kr.ē a mis en évidence la perte de contrôle du régime Messer sur le Sénat.
      Bien que faisant partie de la ligne Perry, l'éloignement de Tohil, combiné à des pressions économiques croissantes, a empêché les Messer de poster des soldats dans le système. Au lieu de cela, la sécurité de l'UEE reposait sur un vaste système de capteurs et sur les patrouilles périodiques des flottes stationnées à Oya - des obstacles facilement évités par les contrebandiers expérimentés des deux côtés. L'armée de l'UEE, qui s'inquiétait principalement d'une invasion à grande échelle de Xi'an, pensait que ces mesures de sécurité laxistes étaient permises parce que le système ne pouvait être atteint que par Nyx, non réclamé et presque vide, et deux autres systèmes de la ligne Perry. Le premier étant Oya, où les troupes de l'UEE les plus proches étaient stationnées, et La'uo (alors connu sous le nom de Virtus), un système considéré comme inhospitalier en raison de la géante rouge en expansion en son centre. Cela faisait également du système la prochaine étape idéale du chemin de Bremen.
      L'UEE traitait La'uo comme un système de la ligne Perry, mais seulement de nom. Ils n'ont pas pris la peine de patrouiller ou de placer plus que des capteurs minimaux, puisque ceux qui se dirigeaient vers l'UEE devaient toujours passer par Tohil. Les Xi'an parcouraient librement le système sans craindre de tomber sur une patrouille de l'UEE. Cela signifie qu'une fois entre les mains des Xi'an, les voyageurs sur le chemin de Bremen étaient considérés comme sûrs et sécurisés. La plupart ont été réveillés, aidés à sortir de la caisse du contrebandier et placés dans des quartiers "humanisés" pour le reste du voyage.
      Cependant, les Xi'an savaient à quel point il serait politiquement dangereux que le régime Messer apprenne que des réfugiés de l'UEE bénéficiaient d'un sanctuaire diplomatique. Pour se couvrir politiquement, ils ont intelligemment exploité une différence de culture en profitant du fait que l'humanité comprenait mal leur espèce. En pratique, cela signifiait que seuls les gangs de pirates de Xi'an pouvaient transporter, héberger et prendre en charge les réfugiés de l'UEE. Ainsi, en cas de découverte, le gouvernement Xi'an pouvait prétendre que le projet avait été mené par des "pirates", une expression lourde de sens pour les deux espèces. Les Xi'an savaient que les Humains considéraient les "pirates" comme des hors-la-loi qui agissaient en dehors du champ d'action du gouvernement, et que l'Humanité ne savait pas encore que certains "pirates", comme la plupart des autres organisations criminelles, étaient officiellement sanctionnés par le gouvernement Xi'an.
      Bien que les forces de l'UEE ne se soient jamais aventurées jusqu'à La'uo, les Xi'an ont jugé qu'il était peu judicieux de garder les réfugiés sur place et les ont plutôt déplacés dans l'Empire Xi'an. La plupart ont fini dans des stations spatiales contrôlées par des pirates et adaptées à l'occupation humaine à Ē'aluth (système Eelaus). À leur arrivée, les réfugiés étaient interrogés par des fonctionnaires  Xi'an qui rassemblaient des données sur la situation actuelle dans l'UEE. Une fois libérés, les réfugiés pourraient socialiser, élaborer des stratégies, suivre les nouvelles de l'UEE via un relais Spectrum à distance, et plus encore. Des communications cryptées pouvaient également être envoyées en de rares occasions, car un pipeline de données distinct avait été établi pour faire passer des messages dans l'UEE. À bord de ces stations spatiales, les réfugiés se souviennent de quartiers confortables et de la volonté des Xi'an d'ajuster les conditions et les équipements pour mieux répondre aux besoins des humains. Les Xi'an ont beaucoup appris sur l'humanité pendant cette période et ont ensuite utilisé ces leçons pour améliorer l'attrait des vaisseaux, de la nourriture et d'autres produits maintenant largement disponibles dans l'UEE.
      Les années ont passé. Certains réfugiés de l'UEE se lassèrent d'être confinés dans une station spatiale et entreprirent le pénible voyage de retour chez eux, mais la plupart étaient déterminés à rester, prêts à contribuer au changement de régime le moment venu. Cette patience a porté ses fruits lorsque le massacre de Garron a déclenché des émeutes dans tout l'empire. Sentant les feux de la révolution, les Xi'an ont inversé le chemin de Bremen pour accélérer le retour des réfugiés importants dans l'UEE. Leur arrivée opportune et surprenante au milieu du soulèvement a cimenté la révolution et a conduit directement au renversement du régime Messer.
      Le chemin de Bremen peut être considéré comme un élément clé du renversement du régime de Messer et du rapprochement des espèces humaine et Xi'an. Ensemble, des membres dévoués de la Force de défense de Bremen, des contrebandiers humains au grand cœur et des pirates Xi'an loyaux agissant comme mandataires du gouvernement ont créé la voie d'évasion la plus sûre entre les deux empires. Le Bremen Beltway a prouvé que les deux espèces pouvaient travailler ensemble et que l'univers pouvait s'en trouver amélioré.
       
      Fin de la transmission
      Trad : @Tyti1980 SwissStarships.org

      361

      Portfolio : Cousin Crow's Custom Crafts

      Ce dossier est paru à l'origine dans Jump Point 9.10.
      Lorsque Cousin Crow's Custom Crafts a ouvert son nouveau magasin phare sur Orison en 2949, l'événement a été si massif que la plate-forme Providence a enregistré un nombre record d'explosions contrôlées pour maintenir son altitude correcte. Les gens ont rempli le magasin et ont débordé par les escaliers dans les deux sens, envahissant le centre de découverte de Crusader et le magasin Covalex. Le service de sécurité de Crusader a envisagé de mettre fin à l'événement plus tôt que prévu, mais s'est inquiété de la réaction de la foule déjà turbulente. Comme l'a fait remarquer le journaliste culturel Sabastien Frost, "La moitié de Lo a dépensé toutes ses économies pour assister à ce truc, et ils ne partiront pas tant qu'il n'y aura pas eu d'alcool".
      Le magasin a été construit à partir d'une série d'anciennes baies de réparation qui servaient autrefois à entretenir la flotte de transporteurs de marchandises de Crusader. La conception ouverte permet aux clients de voir la personnalisation des vaisseaux en action. Pour l'inauguration, ces baies de réparation abritaient des vaisseaux classiques, ou des morceaux de vaisseaux présentant les modifications et les peintures les plus célèbres de Cousin Crow. "Chaque vaisseau que vous voyez fait partie de mon histoire. Une partie de ce qui m'a amené ici", raconte Nampo Vasko, connu sous son surnom plus populaire de "Cousin Crow", avant de montrer du doigt une petite pièce du premier Corsaire Kraken : "Par exemple, c'est le vaisseau qui a rendu tout cela possible." La boutique présente un triptyque de peintures murales vibrantes de style graffiti qui rendent hommage au quartier d'origine de Vasko, North Block, à New Junction. Conçues par son ami et collaborateur habituel 'Tufo' Donato, les peintures murales se veulent à la fois un reflet de l'endroit où Cousin Crow a commencé et un rappel que, peu importe à quel point sa vie a changé, une partie de lui reste le même enfant du mauvais côté de New Junction.
       
      LO DOWN
      Né à New Junction (Lo, système Corel) en 2883, Nampo Vasko passait ses journées à faire l'enfer avec ses amis au lieu de travailler à son équivalence. Il déclara plus tard que son éducation primaire provenait des courses de contrebande que sa mère lui faisait faire. Cherchant à rembourser les dettes accumulées par son addiction au jeu, la mère de Nampo faisait souvent entrer et sortir clandestinement de la contrebande de New Junction. Le rôle de Nampo dans ces voyages était de fournir une couverture et de faire diversion si les autorités portaient une attention non désirée à leur vaisseau.
      Lorsque Nampo avait douze ans, sa mère a subi sa plus grosse perte en pariant sur la Murray Cup. Afin de payer sa dette, elle accepta de "prêter" Nampo à un souli criminel Banu local. Les Banu le font travailler sur une grande variété de tâches, mais Nampo tombe amoureux du dépouillement des vaisseaux pour les pièces détachées. C'est grâce à ce travail que Nampo a acquis le premier vaisseau qu'il a essayé de réparer lui-même. Ce 2894 Cutlass a été mis en évidence lors de l'événement d'ouverture, avec un panneau le décrivant comme "le vaisseau qui a fait tomber Cousin Crow amoureux des vaisseaux". Même après avoir aidé à rembourser la dette de sa mère, Nampo est devenu un habitué de la brocante Banu et s'est de plus en plus impliqué dans le monde criminel de New Junction. Nampo continua à travailler sur des vaisseaux et assimila la philosophie des Banu selon laquelle aucun design n'était sacré, et tout pouvait être amélioré pour être plus beau ou plus efficace. Il créa des livrées de navires pour de fausses compagnies, modifia les plans internes pour construire des cales de contrebandiers, et plus encore. Pourtant, à mesure que Nampo grandissait, ses ambitions grandissaient aussi. Voyant le montant des crédits que gagnaient les contrebandiers par rapport aux ouvriers des ateliers, Nampo a réuni un groupe d'amis et a volé un Constellation. Sous la direction de Nampo, le groupe l'a transformé en vaisseau de contrebande et a utilisé ses relations dans la pègre pour faire de petites livraisons. Une réplique de la cale de contrebande de ce Connie était exposée lors de l'inauguration et décrite comme "sa première conception ratée", car elle ne permettait pas de dissimuler correctement la contrebande. En 2905, l'Advocacy, agissant sur la base d'un tuyau anonyme, a arrêté Nampo et son équipage pour contrebande et les a tous envoyés dans un centre de réhabilitation.
       
      DEVENIR COUSIN CROW
      Nampo a trouvé la vie en prison à la fois atrocement banale et terriblement dangereuse. Alors que ses amis tombaient dans des gangs, Nampo utilisait plutôt sa personnalité turbulente et affable pour survivre. Ses cheveux noirs de jais et sa capacité à passer d'un groupe à l'autre lui ont valu le surnom de Cousin Crow, le mot "cousin" désignant dans cet établissement une personne de confiance. Après avoir travaillé dur pour obtenir une libération anticipée, Nampo est retourné dans son quartier de North Block. Il se débrouille pour gagner de l'argent en réparant et en modifiant des vaisseaux pour des gens qu'il a rencontrés grâce aux relations qu'il a nouées en prison. Comme ils le connaissaient tous sous le nom de Cousin Crow, il a utilisé ce nom pour ouvrir un petit atelier de personnalisation de vaisseaux en 2924.
      Cousin Crow's Custom Crafts est devenu un sanctuaire du bloc nord où les gens pouvaient se retrouver en toute sécurité. Bien qu'il soit resté dans le droit chemin, Cousin Crow a volontiers et avec expertise customisé des vaisseaux pour qu'ils soient aussi audacieux ou discrets que leur propriétaire le souhaitait. Il engageait souvent des amis fraîchement sortis de prison ou cherchant à quitter la vie de hors-la-loi pour travailler dans son atelier. Le plus notable d'entre eux était "Tufo" Donato, qui allait concevoir certaines des livrées les plus célèbres de la compagnie et les peintures murales de style graffiti qui ornent actuellement le magasin d'Orison.
      La réputation de la boutique d'origine se répand lentement et attire des clients extérieurs au système Corel. Cousin Crow a connu son heure de gloire en 2942, après s'être associé à une société de tourisme de luxe pour modifier un vieux Genesis Starliner et en faire le vaisseau de fête par excellence. Une campagne marketing massive a saturé le spectrum d'images du Starliner et a fait de Cousin Crow un nom dans les cercles de conversion de vaisseaux à travers l'empire. Une pièce de ce vaisseau de fête était également exposée à l'ouverture du magasin, décrite avec le slogan infâme de la campagne publicitaire, "Tellement fun, ça ne devrait pas être légal".
      Peu de temps après, les cadres de Drake l'ont invité à visiter leur siège sur Magnus. Ils lui montrent les plans de leur premier vaisseau capital et lui offrent la possibilité de créer une livrée exclusive pour le lancement. Cousin Crow a répliqué avec une idée encore plus audacieuse. Au fil des ans, nombre de ses clients l'avaient engagé pour transformer les cales de leurs vaisseaux en marchés de type Banu. Plutôt que d'avoir à faire une mise à niveau après coup, combien mieux ce serait s'il pouvait travailler avec Drake directement ? Les dirigeants ont adoré l'idée et bientôt le Corsaire Kraken est né, scellant la réputation de Cousin Crow comme l'un des meilleurs ateliers de conversion de l'UEE.
      Bientôt, Cousin Crow se retrouva avec un succès dépassant ses rêves les plus fous et avec plus de crédits qu'il ne pourrait jamais dépenser. Il est devenu un connaisseur de la mode de rue haut de gamme, un généreux mécène de ses artistes préférés et un collectionneur de vaisseaux classiques. Il a également injecté des crédits dans ses affaires en agrandissant considérablement sa boutique du Bloc Nord et en embauchant des amis et des membres de sa famille à des salaires mirobolants afin d'éviter toute tentation d'enfreindre la loi.
      En 2944, à la suite de son récent succès et de son impressionnante conversion de starliner en "vaisseau de fête", Crusader Industries a contacté Cousin Crow pour savoir s'il était intéressé par la supervision de son équipe d'ingénieurs chargée de convertir les starliner de marque selon les spécifications des clients. Dans le cadre de l'accord, Cousin Crow a négocié l'ouverture d'un magasin phare sur l'une des plateformes les plus fréquentées d'Orison.
      D'enfant sauvage à entrepreneur à succès, Cousin Crow est devenu un héros bien-aimé des habitants du quartier nord pour avoir réussi sans tourner le dos à son point de départ. Un exploit qu'il a réalisé en s'adaptant à toutes les situations et en voyant le potentiel de changement en lui-même, chez les autres et, surtout, dans les navires.
       
      Trad : @Maarkreidi SwissStarships.org

      344

      Portfolio : Stegman's Clothing and Uniforms (vêtements et uniformes)

      Ce portfolio a été publié à l'origine dans Jump Point 9.12.
      "Solide, durable et confortable." Greg Stegman a murmuré ces trois mots avant que sa voix ne devienne si calme que toutes les personnes présentes dans la salle de réunion bondée se sont penchées en avant. Grand homme à la voix fluette, Greg est connu pour sa timidité et sa gêne sociale. Pourtant, alors que son entreprise, nommée à juste titre Stegman's Clothing and Uniforms, est en pleine expansion, le PDG Ahanti Riordan l'a convaincu de s'adresser aux chefs de service et d'exposer sa vision des vêtements et de l'avenir de l'entreprise. Après ces trois mots lisibles, Greg a marmonné quelques autres phrases à moitié entendues avant de s'asseoir.
      Comme toujours, Ahanti a pris les rênes et a mis en place ce qui est devenu les tests "TDC" ; des phases du processus de conception et de production qui prenaient expressément en compte la résistance, la durabilité et le confort de l'article. Grâce à l'œil de Greg pour les vêtements industriels mais confortables, et à la vision stratégique et à la passion d'Ahanti, Stegman's Clothing and Uniforms est devenu un empire manufacturier apprécié des cols bleus, qui reste aujourd'hui encore entre les mains de la famille.
      VISION DES TUNNELS
      Né en 2615 de jeunes parents, Greg Stegman a grandi dans les tunnels souterrains d'Urial (système Oberon). Le clan de sa famille était relativement petit et politiquement faible, ce qui les reléguait dans les tunnels les plus froids. Darien, son père, livrait des caisses à la main tandis que Bess, sa mère, travaillait à l'entretien des tunnels. Un jour, elle a glissé et dévalé un petit talus de gravier sur les genoux. Son pantalon bon marché avec des genouillères intégrées s'est déchiré en quelques secondes. Greg l'a aidée à soigner ses vilaines blessures, puis a essayé de réparer ce qui restait de son pantalon en lambeaux. Bien qu'il n'ait pas réussi à sauver les vêtements, sa mère l'a encouragé à continuer d'essayer. Au lieu de jouer, il préférait vérifier l'usure des vêtements de la famille et réparer ce qui pouvait l'être.
      Après s'être remise de l'accident, la mère de Greg a sauté sur un vaisseau cargo pour trouver de meilleures fortunes pour la famille. Elle a fait partie de l'équipage de transporteurs, a envoyé un flux constant de maigres fonds et est passée par Urial aussi souvent qu'elle le pouvait. Une année, pour son anniversaire, la mère de Greg lui a fait la surprise de l'emmener avec elle à Locke (système Idris). Elle voulait non seulement lui montrer qu'un univers plus vaste existait, mais aussi voir s'il prenait goût au transport. Au lieu de cela, il est tombé amoureux de Tanys, la belle capitale de Locke, qui connaît un boom économique alimenté par les usines Aegis, riches en contrats gouvernementaux. Avec des emplois de cols bleus en abondance et des salaires considérablement plus élevés qu'à Uriel, Greg a convaincu sa mère qu'il pouvait faire plus de bien à la famille là-bas. Quelques mois plus tard, Greg a emménagé dans un petit appartement à Tanys et a trouvé un emploi dans une usine. Sa mère l'a aidé à s'installer puis a sauté dans un transporteur, le laissant seul. Greg venait d'avoir 17 ans.
       
      ENFERMÉ
      Ahanti Riordan est issue d'une famille qui a participé à la colonisation de Locke et a survécu au bombardement orbital dévastateur de la première guerre de Tevarin. Après la guerre, sa famille a construit un restaurant sur le Lost Quad, la place centrale de Tanys. Il est devenu immensément populaire et a permis à sa famille d'ouvrir plusieurs franchises et d'étendre leurs intérêts commerciaux à l'immobilier. Ahanti dirigeait ce même restaurant en 2633 lorsqu'elle a remarqué un jeune homme qui passait beaucoup de temps sur la place. Il mangeait le même maigre repas et cousait des patchs sur ses vêtements tout en regardant les gens passer. Extrêmement curieuse, elle s'est présentée et a invité Greg à dîner au restaurant. Greg a expliqué son voyage à Tanys et comment il a rapiécé les vêtements de ses collègues pour gagner de l'argent et l'envoyer à sa famille. Touchée, Ahanti lui a offert un repas quotidien gratuit, que Greg a accepté mais a insisté pour qu'il rembourse en entretenant les tenues du personnel du restaurant. Lorsqu'Ahanti a vu ses talents de couturier, elle a compris qu'ils étaient gaspillés dans une usine. Elle l'a convaincu de quitter son emploi puis l'a embauché pour confectionner des uniformes pour son restaurant.
      Ahanti l'a installé dans un petit magasin appartenant à sa famille. Il y a créé les uniformes de son entreprise et de plusieurs autres, tout en effectuant des travaux de réparation pour les ouvriers de l'usine. Son talent et ses prix compétitifs, qui n'étaient possibles que parce qu'Ahanti ne lui faisait pas payer de loyer, ont rapidement fait de l'atelier un succès. Greg a rapidement gagné assez d'argent pour que ses parents déménagent à Tanys afin de travailler pour lui. Si Greg était satisfait de travailler dans la petite boutique, Ahanti l'a poussé à concentrer ses talents sur la conception de vêtements plutôt que sur leur simple réparation. Les deux hommes se sont rapprochés au fil des ans et sont tombés amoureux. Ils resteront partenaires dans la vie, l'amour et les affaires pour le reste de leur vie.
      En 2643, l'entreprise déménage dans une immense usine pour se concentrer sur la fabrication et prend le nom officiel de Stegman's Clothing and Uniforms. Ahanti est alors PDG et utilise ses profondes relations avec le monde des affaires de Locke pour obtenir des contrats d'uniformes. La croissance régulière se poursuit jusqu'en 2650, date à laquelle Aegis arrive avec un contrat qui propulse Stegman's dans la stratosphère. Cela a permis à Ahanti de développer à nouveau son activité, d'ouvrir ses premières usines en dehors d'Idris et de commencer à vendre aux consommateurs. Au début des années 2700, les articles Stegman's étaient devenus un élément incontournable des chantiers de l'Empire et la marque était devenue un empire du vêtement industriel.
       
      DYNASTIE INDUSTRIELLE
      Greg et Ahanti se sont retirés en 2704 pour se concentrer sur sa santé déclinante. Tout en construisant un empire industriel, le couple a également élevé six enfants et les a formés pour prendre les rênes. La qualité, le confort et la durabilité des vêtements ont permis à Stegman's de rester fort pendant des décennies, mais la croissance a fini par stagner puis décliner. Dans les années 2840, Nasiah Finney, PDG et arrière-petite-fille de Greg et Ahanti, a tenté de revitaliser l'entreprise en se lançant dans l'armure industrielle. Après un long et coûteux processus de R&D, les groupes de discussion ont détesté l'armure, la qualifiant de "maladroite" et "inconfortable". Sachant que l'armure nécessitait un remaniement important, Nasiah a fermé la division au lieu d'y investir davantage de capitaux. Bien que l'entreprise ait amené Stegman's au bord de la faillite, la décision de Nasiah de l'arrêter l'a probablement sauvée.
      Nasiah a consulté la famille au sens large pour trouver des idées et a finalement décidé de recentrer l'entreprise sur ce qui l'a amenée là. Après des années d'ajustements subtils de leurs produits, Nasiah a ramené plusieurs de leurs produits les plus connus aux conceptions originales de Greg. Baptisée Generations Collections, l'entreprise a également lancé une célèbre campagne de marketing qui mettait en scène des travailleurs modernes portant l'une des pièces à côté de la photo d'un membre de leur famille portant les mêmes articles des décennies, voire des siècles plus tôt. Ce retour aux fondamentaux, ainsi que les forces du marché qui ont vu plusieurs concurrents se consolider ou fermer, ont permis à la marque et à sa fortune de rebondir.
      Des siècles après sa création, il est difficile de trouver un lieu de travail où quelqu'un ne porte pas de vêtements Stegman. Pourtant, l'impact de l'entreprise ne se limite pas au secteur industriel. Si la société s'est fait un nom avec les casques, les lunettes de sécurité, les uniformes et bien d'autres choses encore, le confort, la durabilité et l'esthétique robuste de ses vêtements les ont également rendus populaires au quotidien. Que ce soit sur une zone d'atterrissage, un chantier ou à bord d'un vaisseau, il y a toujours une chance que quelqu'un à proximité porte des vêtements Stegman.
      Transmission de fin
      Trad : @Tyti1980 SwissStarships.org
       

      323

      Portfolio : Les époques de l'histoire de l'IAE

      Ce dossier est paru à l'origine dans Jump Point 9.11.
      Quelque part sur Castor, dans le système Corel, se trouve une plaine poussiéreuse et désolée, ignorée de tous, à l'exception des plus grands passionnés de vaisseaux spatiaux. Une petite plaque commémore ce site où, en 2670, Audrey Timmerman a lancé son vaisseau expérimental, nommé Poby, devant une petite foule de collègues pilotes, d'inventeurs et d'amateurs d'aérospatiale. Bien que le vol d'essai ait échoué lorsqu'une surtension a grillé plusieurs des propulseurs manœuvrables inspirés des Xi'an, ce petit événement a évolué au fil des siècles pour devenir la célébration ultime des vaisseaux et des technologies qui rendent les vols interstellaires possibles : l'Expo Aérospatiale Intergalactique (IAE).
      La riche histoire séculaire de l'événement est en soi un voyage incroyable. Il ne s'agit pas seulement d'une chronique des progrès de la navigation spatiale, mais aussi d'un reflet des forces sociales et politiques qui ont façonné l'empire. L'historien Ariel Rutte a affirmé que "l'IAE est bien plus qu'une exposition de vaisseaux. C'est l'une des meilleures jauges historiques de l'état de l'empire lui-même". Pour célébrer la 2951e édition de l'IAE, examinons certaines des époques distinctes de l'histoire de l'IAE et les moments importants et mémorables qui les ont façonnées.
       
      KITBASH (2670-2714)
      Mis à part l'échec du vol, Timmerman a considéré le premier événement comme un succès et s'est efforcé de faire en sorte que chaque édition suivante soit plus grande et meilleure. Parmi cette première foule se trouvait Steffon Dillard, dont le New Junction Ship Emporium est devenu le premier sponsor de l'événement en 2675. Pour faire la publicité de l'événement et de son concessionnaire, Dillard a acquis une version de chaque vaisseau spatial fabriqué cette année-là et les a exposés sur une vaste plaine de Castor d'une manière qui était visuellement saisissante au sol et qui épelait IAE depuis le ciel. Les vidéos de l'événement ont saturé le Spectrum et popularisé l'utilisation de IAE pour faire référence à l'événement.
      En 2683, lorsque RSI est devenue un sponsor officiel, Mme Timmerman et son équipe dévouée ont découvert qu'elles disposaient de suffisamment de fonds et d'influence pour organiser l'événement dans le hall d'exposition Agustin sur Lo. Lorsque les autorités locales ont refusé les autorisations pour le survol d'un vaisseau spatial artisanal en invoquant des problèmes de sécurité, Timmerman a ramené le spectacle de vols expérimentaux à Castor et a utilisé les vaisseaux de RSI pour transporter les observateurs. Cet événement fractionné s'est poursuivi pendant des années jusqu'à ce qu'un tragique accident de vaisseau expérimental en 2701 tue le pilote et quinze observateurs. Les répercussions juridiques et les poursuites civiles de l'accident ont presque détruit l'événement, si bien qu'ils ont décidé de changer leur approche. Les pilotes amateurs pilotant des appareils de fabrication artisanale sont officiellement exclus, tandis que les cascades réalisées par le 999e escadron d'essai de la marine, l'escadron d'élite "Wreckless", sont acceptées.
      RSI a soutenu l'IAE et est resté le principal sponsor de l'événement pendant des années, utilisant son influence industrielle pour attirer d'autres sponsors et promouvoir l'événement comme le salon aéronspatial le plus prestigieux et le plus important du 'verse'. En 2712, RSI a utilisé l'IAE pour promouvoir son tout dernier vaisseau, le Constellation. L'exposition a suscité un intérêt massif pour le vaisseau et les ventes sont montées en flèche, ce qui n'aurait pas pu arriver à un meilleur moment pour RSI avec la perte de plusieurs contrats militaires au profit d'Aegis Dynamics. Le succès commercial du Connie a prouvé que l'événement pouvait être une aubaine pour les résultats d'une entreprise. Mais les observateurs de l'industrie ne sont pas les seuls à reconnaître l'influence croissante de l'IAE.
       
      L'ÂGE D'AEGIS (2715-2791)
      Après l'expo de 2712, le régime Messer a cherché à utiliser la popularité de l'IAE pour faire avancer son programme et a commencé à proposer des idées à ses dirigeants, qui les ont apaisés sur des questions mineures mais ont ignoré la majorité des demandes. Quelques années plus tôt, en 2704, Timmerman avait créé une organisation à but non lucratif pour superviser l'IAE et s'assurer que les bénéfices iraient à des œuvres de charité après son départ. Elle espérait également que la création d'un conseil d'administration diffuserait l'influence indue des politiques et des entreprises. Cela a fonctionné jusqu'en 2715, lorsque le gouvernement local de Lo a refusé d'autoriser l'exposition en raison de problèmes de sécurité inventés de toutes pièces. Lorsque Timmerman et le conseil d'administration de l'IAE ont rencontré les responsables locaux pour discuter des problèmes, un médiateur du régime Messer s'est également joint à eux et a clairement indiqué quels changements étaient attendus pour que l'événement soit autorisé. Mme Timmerman a refusé d'obtempérer et s'est officiellement retirée de l'organisation de l'événement au lieu d'affronter les répercussions promises pour elle-même et l'exposition.
      Pendant les décennies qui ont suivi, le conseil d'administration de l'IAE était composé de fidèles de Messer qui ont lentement fait plier l'événement à la volonté du régime. L'exposition est devenue plus exclusive, la plupart des espaces d'exposition étant réservés aux entreprises de vaisseaux et de composants en règle avec le régime. Il n'était pas rare que les petits fabricants ou ceux qui n'avaient pas la cote soient obligés de verser d'importants pots-de-vin aux membres du conseil d'administration avant de se voir attribuer un espace. En 2725, l'IAE a commencé à demander aux invités de s'inscrire à l'événement en remplissant un long formulaire comprenant un serment de loyauté envers l'empire que de nombreux activistes et critiques ont refusé de signer. Bien que l'entrée soit restée gratuite, un système de billetterie a permis aux organisateurs de l'événement de choisir qui pouvait assister à l'exposition et à quel moment, ce qui a suscité un vif intérêt au sein de la population.
      Aegis Dynamics et ses vaisseaux militaires ont dominé cette ère de l'IAE. Le fabricant préféré du régime est devenu si important que certains ont commencé à appeler l'exposition l'Intergalactic Aegis Expo. Parmi les événements mémorables de cette époque, citons l'année 2736, où une controverse a éclaté à propos de l'utilisation d'images de combats spatiaux sur le front Vanduul dans une vidéo patriotique diffusée en boucle à l'exposition. L'événement 2754 est devenu célèbre en raison de son caractère exclusif. Il comprenait une salle d'exposition spéciale à laquelle seuls certains invités pouvaient accéder après un contrôle de sécurité strict. À l'intérieur se trouvait un vaisseau militaire top secret caché sous une bâche géante qui ne révélait que sa silhouette unique. Des années plus tard, le vaisseau a été déclassifié et s'est révélé être l'Aegis Vanguard.
      La tendance nationaliste de l'expo s'est maintenue jusqu'à la chute du régime en 2792. Dans le chaos du soulèvement, tous les directeurs de l'IAE ont été arrêtés ou ont fui. Beaucoup se demandaient si, pour la première fois dans l'histoire de l'événement, l'IAE serait annulée. Heureusement, une coalition de fabricants de vaisseaux et de composants est intervenue pour financer l'événement et a travaillé avec les responsables locaux de Lo pour qu'il ait lieu. Ce partenariat a permis de sauver l'exposition et de lancer la phase suivante.
       
      EXPANSION DE L'ENTREPRISE (2792-2915)
      La coalition qui a pris le pouvoir après l'éviction des Messer a décidé de remplir le conseil d'administration vacant de l'IAE en répartissant les sièges entre les responsables locaux de Lo et les représentants des principaux fabricants de vaisseaux. Les décennies suivantes ont été marquées par une lutte pour le pouvoir, finalement remportée par les intérêts des entreprises qui souhaitaient que l'événement se développe dans des directions plus commerciales. En 2847, l'IAE a quitté Lo pour se déplacer à travers l'empire. L'événement a apporté d'énormes profits et des problèmes logistiques à tous les systèmes qui l'ont accueilli. Cette ère a culminé avec l'accueil de l'événement par plusieurs systèmes en 2870 pour célébrer le 200e anniversaire de l'IAE.
      Bien que l'événement ait été plus populaire que jamais, les critiques ont affirmé que les sociétés contrôlant l'IAE privilégiaient les profits au détriment de l'innovation et négligeaient les inventeurs expérimentaux et les amateurs à cette époque. Les défenseurs de l'IAE ont réfuté ces critiques en affirmant qu'Esperia, géré par des amateurs expérimentaux, a été propulsé dans la stratosphère lors de l'événement 2877, lorsque Victor Hurston a piloté un Vanduul Glaive remis à neuf. D'autres historiens affirment que le plus gros problème de cette époque, outre l'environnement trop aseptisé des entreprises, serait les gouvernements locaux qui accueillaient l'événement. Ce sentiment a culminé lors de l'IAE de 2913 à Asura, Ferron, lorsque les organisateurs locaux n'ont pas réussi à construire suffisamment de hangars et à apporter les améliorations d'infrastructure nécessaires pour répondre aux normes de puissance spécifiées dans le contrat de l'IAE. Cet événement désastreux a montré au conseil d'administration de l'IAE les avantages d'avoir un lieu permanent pour l'expo.
       
      NOUVELLES FRONTIÈRES (2916-PRÉSENT)
      Après le désastre de l'exposition de Ferron, le gouverneur Joona Tzur de Severus, dans le système de Kiel, a contacté le conseil d'administration de l'IAE et l'a convaincu de faire d'Eri City le nouveau siège permanent de l'événement. L'ancien système militaire disposait de nombreux hangars, d'une infrastructure solide et avait désespérément besoin d'une nouvelle identité et d'un moteur économique. Eri City a accueilli sa première expo en 2916 et est restée son siège depuis.
      Avoir un nouveau lieu permanent n'a pas été sans poser de problèmes. En 2934, l'Advocacy a publié un rapport détaillant une augmentation alarmante des activités hors-la-loi ciblant les transports civils et d'entreprise à destination et en provenance de l'IAE. Pendant ce temps, le trafic lié à l'IAE à Kiel était devenu si mauvais que MISC a eu la réputation d'avoir un hall d'exposition à moitié vide pendant une partie de l'exposition de 2941 en raison de problèmes pour faire entrer ses transports dans le système. Cela a conduit à la création d'une voie express pour les vaisseaux liés à l'IAE qui accorde un accès préférentiel aux portes de saut de Kiel. Un système qui a été suffisamment exploité pour créer des bouchons dans la voie express, ce qui n'a fait qu'augmenter le temps d'attente pour les autres. Pour remédier à ce problème, en 2948, l'IAE a commencé à organiser des expositions satellites plus petites dans d'autres systèmes afin que les gens puissent assister à l'événement sans aggraver la situation à Kiel. Alors que certains ont décrié les expositions satellites, les historiens de l'IAE notent qu'elles font référence à des événements antérieurs répartis entre Lo et Castor.
      Bien que l'IAE moderne soit très différent des premiers événements, l'esprit de camaraderie et d'enthousiasme pour les vaisseaux reste le même. L'IAE est un lieu où l'on peut célébrer l'évolution des vaisseaux et la technologie qui les rend possibles, tout en incarnant l'état actuel de l'empire. L'histoire de l'IAE est un microcosme fascinant de l'histoire de l'UEE.
       
      Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr

      478

      L'essor du Red Festival

      Ce dossier est paru à l'origine dans Jump Point 10.1.
       
      Chaque année, à partir de la fin janvier ou du début février, des millions d'enveloppes rouges dorées sont cachées à travers l'UEE. Ceux qui ont la chance d'en trouver une découvrent un gage de bonne chance ou un crédit destiné à être un signe d'espoir pour l'année à venir. Pendant des siècles, offrir des enveloppes rouges aux amis et aux parents était une façon de célébrer le Red Festival. Pourtant, ce n'est qu'au 26e siècle que le fait de cacher les enveloppes pour que tout le monde les trouve est devenu une partie de la tradition après que les Banu l'aient adopté avec enthousiasme comme moyen d'honorer Cassa, leur patron de la chance. Les gens ont adopté cette nouvelle tradition et ont apprécié la chance de trouver un peu de chance cachée dans un magazine abandonné ou dans un casier de rangement au bout d'un couloir sombre de la station spatiale.
      Le Red Festival est née sur Terre bien avant que l'humanité n'explore les étoiles, lorsque certaines cultures anciennes observaient attentivement la lune et célébraient le début d'une nouvelle année lunaire. La fête a fini par être connue sous le nom de Red Festival au fur et à mesure que sa portée et son influence s'éloignaient de l'orbite de la Terre. Pourtant, de nombreuses traditions sont restées les mêmes, comme le port du rouge et de l'or pour porter chance et l'échange d'enveloppes rouges dorées. L'humanité a célébré ces traditions pendant des millénaires avant que les colons ne les emmènent sur Mars lors de sa colonisation au 22e siècle. Bien que le Red Festival ait été célébré sur la planète rouge, sa popularité n'a pas explosé avant le début du 25e siècle, lorsqu'un explorateur a affirmé qu'il l'avait aidé à entrer dans l'histoire, et que beaucoup d'autres ont cru que le célébrer porterait chance à leur voyage.
      Aujourd'hui, le Red Festival est plus populaire que jamais et largement célébrée dans l'UEE et le Protectorat Banu. Comment une fête centrée sur le cycle luni-solaire de la Terre a-t-elle pu devenir si populaire ?
       
      HISSER LE MONDE
      Les Nations Unies de la Terre (UNE) ont été créées en 2380 pour unifier toutes les nations de la Terre sous un seul gouvernement. Ce fut un moment historique destiné à rassembler les peuples et à faciliter l'expansion de l'humanité dans les étoiles. À l'époque, la Terre était dans une position précaire. Bien qu'elle ait terraformé Mars et le nouveau système de Croshaw, la planète mère de l'humanité était toujours désespérément surpeuplée et les espaces sauvages vierges de plus en plus rares. La pollution étouffe de nombreuses grandes villes et la qualité de vie des gens est en déclin. Bien que les progrès réalisés dans le domaine des vaisseaux spatiaux commerciaux et des technologies de terraformation aient rendu possible la vie hors de la planète, il était toujours extrêmement coûteux de quitter la Terre et étonnamment difficile de convaincre les gens que la vie hors de la planète pouvait être meilleure. Pour résoudre ce problème, l'UNE a créé le programme d'expansion d'Easten afin de soutenir les navjumpers dans leur recherche de nouvelles frontières et d'encourager les gens à remplir des vaisseaux de colonie. Le programme a connu un succès modeste avant d'être rebaptisé Projet Far Star en 2412. Désormais considéré comme un élément clé de l'ère d'expansion coloniale humaine, le Projet Far Star a ouvert des bureaux dans les principales villes de la Terre pour recruter des colons, aider les explorateurs en leur offrant des améliorations de vaisseaux subventionnées, etc.
      À la fin de l'année 2429, Wendell Dopse s'est rendu au bureau du Projet Far Star à Shanghai et a soumis une demande d'achat d'un disque de saut à prix réduit. La demande a été approuvée et Dopse a reçu le composant à la mi-janvier 2430. Il s'est empressé de l'installer puis a nettoyé méticuleusement son vaisseau pour qu'il soit impeccable lorsque le Red Festival a commencé le 25 janvier. Selon la légende, Wendell Dopse a passé les deux semaines suivantes à célébrer le Red Festival avec sa famille et à se demander s'il devait les quitter ou non. Le dernier jour du festival, sa famille a assisté à un festival des lanternes où Dopse a aidé sa fille à résoudre une énigme particulièrement difficile. Ils ont passé des heures à admirer les lanternes impressionnantes et à discuter des solutions lorsque la réponse lui est soudain apparue. Dopse a levé les yeux et a vu une lanterne rouge allumée solitaire s'élever dans le ciel. Loin de tout le reste. Toute seule. Convaincu que c'était un signe, il a noté sa trajectoire. Puis il a dit au revoir à sa famille, a couru vers son vaisseau et a volé dans la direction de la lanterne rouge. Quelques jours plus tard, Dopse a découvert le saut de Sol à Davien, bouleversant la pensée scientifique contemporaine qui prédisait qu'aucun point de saut supplémentaire n'existait dans le système Sol.
       
      LA DIFFUSION DU RED FESTIVAL
      Aujourd'hui, de nombreuses personnes se demandent si l'histoire de Wendell Dopse concernant la lanterne rouge n'aurait pas été embellie. Ils évoquent les nombreux voyages que Dopse a effectués dans ce secteur de Sol avant de recevoir son disque de saut. Au cours de ces voyages, il a testé et affiné de nouvelles techniques de balayage qui, après sa découverte de Davien, ont été adoptées par d'autres explorateurs et intégrées par des inventeurs dans des technologies de balayage de saut plus avancées. Son succès a incité d'autres personnes à tenter leur chance lors du dernier jour du Red Festival de cette année-là. Cette pratique est devenue si courante que plusieurs zones d'atterrissage ont été contraintes de limiter les lancements ce jour-là pour réduire la congestion. Elles ont fini par instituer un système de loterie pour attribuer les créneaux de lancement après qu'une enquête de l'UNE ait révélé que certains responsables de zones d'atterrissage vendaient les créneaux au plus offrant.
      Shanghai a également été considérée comme un lieu de lancement chanceux. Les gens venaient du monde entier pour partir de cette zone d'atterrissage, et beaucoup d'entre eux célébraient le Red Festival. Pendant des décennies, le bureau du Projet Far Star à Shanghai a recruté et aidé à envoyer plus de colons vivre hors du monde que tout autre bureau. L'empressement des colons à partir, combiné à leurs communications sur ce qu'était réellement la vie sur ces nouveaux mondes, a convaincu des millions d'autres de suivre. Ils l'ont fait et ont apporté les traditions de la Fête Rouge avec eux.
      Au 25ème siècle, l'une des plus grandes célébrations hors Terre du Red Festival a eu lieu à Davien où, en 2438, l'humanité a rencontré les Banu pour la première fois. Depuis lors, les commerçants Banu sont devenus un élément essentiel du système et ont su approvisionner leurs navires marchands en articles rouges et en enveloppes dorées à l'occasion du Red Festival. Bien que personne ne sache exactement qui a caché la première enveloppe pour que quelqu'un la trouve, la tradition a commencé à Davien et s'est développée à partir de là. Cacher et chercher ces enveloppes porte-bonheur est devenu monnaie courante dans tout l'empire au début du 26e siècle, et la popularité de la tradition s'est accrue, tout comme celle du Red Festival. Tout cela grâce à la découverte de Davien par Wendell Dopse, aux millions de colons qui ont célébré le Red Festival, et aux Banu qui ont adopté et fait évoluer ses traditions.
       
      Fin de transmission
      Trad : @Tyti1980 Starcitizeninfo.fr
      Supervision : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr
       

      376

      Portfolio: Clark Defense Systems (CDS)

      Ce portfolio a été publié à l'origine dans Jump Point 10.3.
       
      Malgré une carrière illustre, Gratia Katsaros n'a jamais oublié sa première mission sur le terrain. Récemment diplômée de l'école de commerce de l'Université de Rhetor, Gratia Katsaros a rejeté les offres d'emploi de banques d'investissement réputées pour rejoindre une équipe de "turf-techs", un terme argotique du 24e siècle désignant les travailleurs engagés par les entreprises de terraformation pour visiter les planètes en cours de terraformation. Mélange de scientifique et de technicien de réparation, certains turf-techs prenaient des mesures importantes pour suivre le processus tandis que d'autres réparaient les équipements terrestres essentiels. Le travail oscillait entre l'exaltation et l'extrême danger, ce qui, de l'aveu de Katsaros, en tant que climatologue amateur et amateur de sensations fortes, l'a attirée vers ce poste. Alors qu'elle s'habillait pour sa première mission, le chef d'équipe Clark Rissolo lui a remis un équipement de protection supplémentaire fait maison et lui a expliqué que l'entreprise n'exigeait pas qu'elle le porte, mais que lui le portait. Clark était un turf-tech de longue date qui savait à quel point les conditions pouvaient changer rapidement et à quel point la combinaison environnementale standard pouvait être inefficace contre des éléments inattendus comme des grêlons de la taille d'un œuf tombant soudainement du ciel.
      Dans ses mémoires, "Protection pour les personnes", Katsaros revient sur cette première mission sur Terra IV et sur certains des dangers auxquels son équipe a été confrontée.
      "Il y a eu une chute soudaine de la pression atmosphérique, suivie d'une brise froide et rigoureuse. Cela ne m'a pas semblé si étrange, mais Clark a immédiatement demandé une évacuation d'urgence. J'ai pris un moment pour serrer un autre boulon quand, soudain, j'ai été renversé par un rocher soulevé par le vent. Heureusement, Clark m'a relevé et guidé dans le vaisseau. Une fois en sécurité, j'ai regardé en bas et j'ai vu une pierre enfoncée dans la couche supplémentaire d'armure de Clark. Pour cela, je lui dois non seulement ma vie mais aussi ma gratitude éternelle pour nous avoir mis sur une nouvelle voie."
      Katsaros a appelé en plaisantant ces couches de protection supplémentaires "le système de défense de Clark", et ses expériences au travail l'ont poussée à plaider pour des normes de sécurité accrues pour les turf-techs. En 2539, elle a convaincu Clark et quelques autres de créer une entreprise de fabrication d'armures environnementales spécialisées. L'équipe s'installe à Najita sur Keene, dans le système Killian, et choisit le nom de Clark Defense Systems (CDS) en l'honneur de son inspiration. Pourtant, ce léger changement de nom ne sera pas le seul ajustement précoce de l'entreprise. Peu de temps après le lancement de leur ligne inaugurale, la première guerre Tevarin a éclaté et l'UPE avait désespérément besoin d'armures de combat. Les ventes médiocres de leurs combinaisons environnementales ont poussé CDS à demander et à obtenir un contrat militaire. "Nous avons sauté sur l'occasion d'élargir notre gamme de produits grâce à des fonds gouvernementaux", écrit M. Katsoros, "mais nous pensions que nous reviendrions aux combinaisons environnementales dès la fin de la guerre. Nous ne pouvions pas avoir plus tort."
       
      ASSEZ BON POUR LE TRAVAIL DU GOUVERNEMENT
      Clark Defense Systems a perfectionné ses combinaisons environnementales pour les rendre conformes aux normes militaires et a rapidement converti sa chaîne de production pour créer une variété d'armures de terrain et de sous-combinaisons de combat. Alors que l'UPE était sur le point de remporter la première guerre Tevarin, un groupe d'officiels du gouvernement visita le siège de CDS pour la première fois en 2546 et révéla que leurs armures étaient l'équipement le plus apprécié des forces de combat ainsi que des pilotes. Elles étaient si efficaces et appréciées qu'une grande partie était réservée aux forces spéciales ou aux soldats dans les zones d'opération les plus dangereuses. La visite s'est terminée par l'offre faite par les responsables de l'UPE à CDS d'un nouveau contrat gouvernemental massif afin d'accroître sa production pour l'armée. Bien que l'offre les empêche de revenir sur le marché des combinaisons environnementales, elle est trop belle pour être refusée.
      CDS a consacré toutes les ressources de l'entreprise à la fabrication d'armures de combat et a longuement consulté les vétérans de la guerre Tevarin pour savoir quelles étaient les caractéristiques auxquelles ils répondaient le mieux sur le terrain, ainsi que ce dont ils avaient besoin et ce qu'ils voulaient pour les futurs modèles. Cela a conduit au développement de certaines de leurs lignes d'armure les plus célèbres, notamment les séries ORC (Omni-Role Combat) et ADP (Advanced Defensive Protection). Le déclenchement de la deuxième guerre Tevarin en 2603 a entraîné une nouvelle augmentation substantielle des contrats gouvernementaux de CDS et de nouveaux tests en conditions réelles. La volonté de l'entreprise d'adapter et d'améliorer ses armures lui a permis de rester la préférée des soldats qui, lorsque la guerre s'est finalement terminée en 2610, sont rentrés chez eux en s'extasiant sur une marque indisponible sur le marché civil. Ce bouche-à-oreille a créé un marché d'occasion animé pour les armures CDS, et des entreprises entières ont été créées pour se procurer et remettre à neuf les pièces les plus prisées.
      La demande étant si forte, CDS a envisagé de se tourner vers le secteur privé. L'engagement à long terme de la société à fabriquer des armures exclusivement pour l'armée de l'UPE/UEE est une aubaine, mais les dirigeants de la société comprennent les dangers d'être associés au régime de plus en plus autoritaire de Messer. Les avocats de CDS ont cherché des moyens de se soustraire à la clause d'exclusivité de leur contrat gouvernemental, mais le régime Messer a eu vent de leur plan et a informé la société que ses armures avaient une "importance stratégique pour l'Empire". L'UEE a fait valoir dans des documents publiés des siècles plus tard en vertu de la loi sur la vérité historique qu'aucune des armures développées pour l'armée, ou même des versions modifiées de celles-ci, ne pourrait jamais être rendue publique et que toute tentative de se soustraire à son engagement de fabrication entraînerait la prise de contrôle totale de l'entreprise, de ses installations, de ses assets et de ses brevets par l'UEE. Suffisamment effrayés, les responsables de CDS ont abandonné leurs plans et se sont contentés d'attendre et d'espérer que l'entreprise puisse survivre au régime.
       
      PROTECTION POUR LES PERSONNES
      À la fin du 28e siècle, le pouvoir du régime de Messer était suffisamment faible pour que CDS reprenne ses plans d'expansion dans le secteur public. Leur première action a eu lieu en 2789 et a coïncidé avec l'ouverture au public de l'ancien système militaire de Castra. La société a acheté des bureaux et des locaux de fabrication sur Cascom (Castra II) dans l'espoir de créer une société distincte axée sur le développement d'armures pour le public. CDS espérait que le fait d'isoler cette entité, son produit et ses cycles de développement de tout ce qui avait été fait auparavant pour l'armée les protégerait de l'ingérence ou des représailles du gouvernement. Mais ces plans sont rapidement devenus sans objet lorsque, en 2792, les Messer sont finalement tombés.
      Libéré de la poigne de fer de l'ancien régime, CDS a eu de longues discussions avec les sénateurs et les membres de l'administration de l'Imperator Erin Toi. Le nouveau gouvernement voulait couper les liens avec les entreprises associées aux Messers, un sort dont Aegis a été la victime la plus célèbre, mais la preuve de la tentative de CDS de rompre leurs contrats et les menaces de prise de contrôle subséquentes du régime leur ont évité de tout perdre. Au lieu de cela, les deux parties ont convenu de réduire considérablement la taille des contrats de CDS, mais l'ont autorisé à entrer sur le marché civil pour vendre les anciennes versions de son armure de combat.
      Avant d'entrer sur le marché civil, CDS a mis en place un plan directeur pour préparer la marque à un succès futur. En 2802, la société a officiellement transféré son siège social à Cascom, dans le système Castra, et y a considérablement augmenté sa capacité de production. Aujourd'hui, la plupart des opérations civiles sont basées à Cascom, tandis que les installations de Keene se concentrent sur la fourniture et le développement des prochaines lignes d'armures révolutionnaires pour l'armée de l'UEE ; un domaine dans lequel CDS continue d'exceller, comme en témoigne l'obtention d'un contrat gouvernemental en 2945 pour la recherche et le développement d'une armure légère de nouvelle génération. Aujourd'hui, Clark Defense Systems maintient une position importante dans les secteurs civil et gouvernemental et est considérée par beaucoup comme une entreprise clé de l'empire.
       
      Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr
       

      345

      Portfolio: WiDoW

      Ce dossier a été publié à l'origine dans Jump Point 10.4.
       
      WiDoW
      Sur une lune du système Stanton se trouve un avant-poste anodin que peu de gens connaissent et encore moins ont visité. C'était du moins le cas jusqu'à ce qu'une erreur fasse que l'usine de traitement automatisée vende ses produits avec une forte décote. Ceux qui l'ont remarqué ont essayé de garder le secret, mais la nouvelle s'est rapidement répandue dans le monde souterrain du système. Bientôt, l'avant-poste, mieux connu sous le nom de "Jumptown", devint une zone de guerre où les hors-la-loi se battaient pour y accéder. Ces batailles effrontées ont attiré l'attention au point que la question a même été abordée lors d'une audition du Sénat consacrée à l'augmentation du taux de criminalité à Stanton. Quel est donc le produit à prix réduit, de forte valeur et toujours très demandé qui a poussé les gens à se battre pour l'installation de traitement ? La WiDoW, un opioïde synthétique qui est devenu l'une des drogues récréatives les plus répandues dans l'UEE. C'est aussi l'une des plus dangereuses. Non seulement en raison de son impact dévastateur et tragique sur ceux qui tombent sous son charme, mais aussi parce que certains sont prêts à tout pour en tirer profit.
      La WiDoW est un stupéfiant hautement transformé et hautement illégal qui est injecté directement dans le sang. Son nom évocateur provient de l'un des principaux effets secondaires d'un usage intensif : la consistance visqueuse et noire de la drogue peut tacher les veines de l'utilisateur, créant des motifs sous-cutanés semblables à des toiles. Substance de classe A dont la possession et la distribution sont illégales dans l'UEE, la WiDoW procure une sensation d'euphorie extrême, tout en soulageant la douleur et en luttant contre l'anxiété. Elle crée également une forte dépendance et est nocive pour le corps humain. Sa consommation répétée peut entraîner non seulement l'apparition des marques noires révélatrices, mais aussi l'affaissement des veines, diverses maladies du foie et des reins, des troubles cardiaques et bien d'autres encore.
      La grande disponibilité de la WiDoW est en partie due au fait qu'elle est relativement facile à produire, ce qui permet à tout le monde, des syndicats criminels multi-systèmes aux particuliers, de la fabriquer et de la vendre. Bien que le processus de production soit facilement reproductible, la puissance peut varier considérablement en fonction de plusieurs facteurs, notamment la qualité des ingrédients, la propreté de l'équipement et les fluctuations de température pendant le traitement. Certains utilisateurs de longue date affirment même que le fait de ne pas connaître la puissance d'une dose fait partie de leur plaisir. Si la WiDoW que l'on trouve aujourd'hui est entièrement synthétique, la substance a des origines organiques qui ont façonné son image initiale de drogue de synthèse relativement sûre et extrêmement exclusive.
      LE POUVOIR DES FLEURS
      La montée en puissance de la WiDoW est un mélange fascinant de faits et de fiction. Certains détails sont bien établis, tandis que d'autres se perdent dans le brouillard de l'histoire, des demi-vérités et des classifications top secrètes. L'histoire commence avec la découverte du système Oso en 2861. L'atmosphère respirable et la biosphère luxuriante d'Oso II ont fait de cette planète la cible privilégiée des équipes d'exploration gouvernementales. Cependant, après la découverte des Osoiens, l'espèce la plus avancée jamais rencontrée par l'UEE, Oso II a été placée sous la protection de la loi "Fair Chance Act". Un verrouillage strict a été mis en place pour empêcher l'exploration approfondie de ses biomes luxuriants et variés. Néanmoins, une équipe de chercheurs qui explorait déjà la région tropicale avant le confinement est parvenue à collecter une poignée d'échantillons de plantes indigènes uniques.
      Les scientifiques ont officieusement baptisé l'une de ces plantes déracinées "spirale nocturne", en raison des tourbillons multicolores de la fleur qui se détachent sur ses pétales sombres. Les scientifiques du gouvernement ont étudié la plante mais ont eu du mal à la propager et, Oso II étant interdit, il était hors de question d'y retourner pour comprendre son environnement naturel. Au lieu de cela, les scientifiques ont croisé la plante en utilisant diverses techniques, y compris la greffe et la modification génétique, et ont découvert qu'une variante produisait des graines contenant des alcaloïdes. Des recherches sur le pouvoir médicinal et les effets intoxicants des graines ont été menées, mais elles restent encore très confidentielles. Néanmoins, à un moment donné du processus, quelqu'un a vu le potentiel et des échantillons de graines ont disparu d'un centre de recherche.
      La rumeur d'un nouvel opioïde injectable appelé NightNight s'est répandue pour la première fois à la fin de l'année 2867. Elle s'est rapidement imposée comme la drogue à la mode du jour, accessible uniquement à l'ultra-élite ayant des relations avec la pègre. La popularité de NightNight n'a fait que croître lorsque des rumeurs se sont répandues selon lesquelles ce puissant opioïde ne créait pas de dépendance. Bien que cette rumeur se soit révélée tragiquement fausse, on pense que la plupart des premiers consommateurs ont évité de tomber sous le charme de la drogue en raison de sa disponibilité limitée et exclusive.
      Alors que la demande montait en flèche, la production était à la traîne. Les nouvelles plantes produisaient relativement peu de graines et le traitement de la NightNight est devenu un processus coûteux, long et extrêmement méticuleux. On pense que des chimistes clandestins ont travaillé pendant des années sur une version entièrement synthétique avant de perfectionner le processus en 2879. Si l'on en croit les récits, le chimiste qui a découvert la formule a vendu le procédé secret à un prix exorbitant à plusieurs gangs à la même époque, avant de disparaître. Que cette histoire soit apocryphe ou non, le processus de fabrication s'est largement répandu dans l'UEE en l'espace d'un an.
       
      LA TOILE SOMBRE
      La première version synthétique de NightNight fait son chemin dans les cercles des riches et des puissants. Désormais facile et rapide à produire, la drogue s'est rapidement étendue à ceux qui voulaient désespérément l'essayer sans pouvoir l'acquérir. Bien entendu, rares étaient ceux qui savaient que la version qu'ils payaient au prix fort était entièrement synthétique et ne ressemblait pas du tout à la drogue originale.
      L'augmentation de la disponibilité a entraîné celle des taux de consommation. Ce qui n'était qu'une habitude mensuelle pour une élite est soudain devenu une habitude quotidienne pour un pourcentage croissant de la population. Il n'a pas fallu longtemps pour que les répercussions d'une surconsommation de la variante synthétique deviennent évidentes. La gravité de la dépendance a été publiquement mise en évidence lorsque le sort de la mondaine Khali O'Brien a fait la une des journaux en 2880. Des amis de Khali O'Brien ont fait part à la presse de leur inquiétude face à sa perte de poids soudaine et spectaculaire et à l'apparition choquante de veines noires sur son cou. Les paparazzis ont suivi ses moindres faits et gestes et, après que des couches d'anti-cernes aient échoué à cacher les veines noires, O'Brien s'est mise à porter des écharpes et des cols roulés noirs. Cela a incité un chroniqueur à la qualifier de "Veuve noire", un terme évocateur qui s'est imposé au fur et à mesure que des motifs noirs ressemblant à des toiles apparaissaient sur un plus grand nombre d'utilisatrices. Cet état et la nature désormais entièrement synthétique de la drogue ont incité les autorités gouvernementales à la classer séparément sous le nom de WiDoW afin de la distinguer de l'ancienne version non synthétique, la majuscule inhabituelle provenant de l'abréviation courante du spectre et des communications pour la drogue : "WDW".
      Malgré les effets indésirables évidents et la montée en flèche des taux de dépendance, de nombreux utilisateurs de la fin du 29e siècle pensaient encore que la WiDoW était relativement sûr par rapport à d'autres opioïdes. Cette fausse conviction, associée au fait que la drogue était largement disponible, a conduit le gouvernement de l'UEE à déclarer que la WiDoW était "l'un des problèmes de santé publique les plus importants du 30e siècle" et à le désigner comme un stupéfiant de classe A. Bien que des milliards de crédits aient été investis dans des campagnes d'information à l'échelle de l'Empire, des centres de désintoxication, des services d'aide aux toxicomanes et bien d'autres choses encore, la WiDoW reste toujours aussi populaire et rentable.
       
      Trad @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr

      343

      Portfolio : Les Guerres de l'Unification

      Ce dossier a été publié à l'origine dans Jump Point 10.08.
       
      Les Guerres de l'Unification
      L'expansion de l'humanité dans les étoiles s'est heurtée à d'innombrables obstacles au fil des siècles, qu'il s'agisse d'obstacles technologiques monumentaux ou de rencontres avec des races extraterrestres hostiles et agressives. Pourtant, certains historiens affirment que l'obstacle le plus important a été le refus de l'humanité de mettre de côté des siècles de différences culturelles enracinées et de s'allier les uns aux autres. En 2380, les nations de la Terre se sont réunies et, à l'issue de négociations longues et controversées, ont accepté un résultat jusqu'alors insondable : s'unifier sous un gouvernement central qui mènerait l'expansion de l'humanité dans l'espace. Si beaucoup ont célébré la création des Nations Unies de la Terre (UNE), d'autres ont décidé de riposter, ce qui a donné lieu à quatre années de troubles sanglants et controversés entre 2380 et 2384, connues sous le nom de "Guerres d'Unification".
       
      LA MUTINERIE DU STANLEY
      Le vaisseau de guerre Stanley a été commandé et mis en service par la nation d'Amecanio en 2369. Toujours en excellent état, le croiseur de bataille est passé sous le contrôle de l'UNE en 2380. Plus d'un tiers de l'équipage, y compris le capitaine, a démissionné avant le transfert après avoir juré fidélité à leur patrie et refusé de rejoindre la marine naissante de l'UNE. De nouvelles recrues navales ont été affectées aux postes vacants afin d'incarner la nouvelle composition multilatérale et multiculturelle de la marine. Cependant, ces changements ont irrité les membres restants de l'équipage de l'Amecanio et ont conduit à des affrontements qui ont donné lieu à de nombreux rapports disciplinaires pour bagarre et insubordination.
      Alors que la rumeur courait que les membres de l'équipage de l'Amecanio de Stanley allaient être séparés et réaffectés à d'autres vaisseaux, un contingent d'entre eux prit les choses en main. Le 20 octobre 2380, un groupe armé de membres de l'équipage de l'Amecanio se mutina et prit le contrôle du vaisseau. Leur plan initial était d'utiliser le Stanley pour "libérer leur pays de la tyrannie de l'UNE" en attaquant un certain nombre de grandes villes de la Terre si leurs demandes de retour à la souveraineté de l'Amecanio n'étaient pas satisfaites. Au cours d'une opération héroïque et couronnée de succès, la marine de l'UNE a mis Stanley hors d'état de nuire et l'a repris sans la moindre perte. Les responsables de la mutinerie sont jugés. La plupart ont été condamnés à des peines légères dans un élan de compassion, mais les trois meneurs ont été condamnés à des peines sévères afin d'envoyer un message aux autres sympathisants anti-unification. Malheureusement, les actions de l'équipage de Stanley n'ont fait qu'inspirer d'autres personnes à faire de même.
      Le 9 décembre 2380, deux navires de guerre de l'UNE, le Panjwani et le Cassano, disparaissent au cours d'une patrouille de routine. La Marine a rapidement envoyé des vaisseaux pour déterminer leur sort, mais l'équipe de recherche est tombée dans une embuscade. Les capitaines et les équipages du Panjwani et du Cassano avaient secrètement orchestré une défection et, après avoir repoussé l'équipe de recherche, ils ont diffusé un message appelant les autres navires de l'UNE à "se joindre à eux pour rejeter l'autorité hégémonique de l'UNE". Au cours de la semaine suivante, quatre autres navires de guerre ont fait défection et ont rejoint une alliance informelle dont la principale revendication était la dissolution de l'UNE. Cependant, le groupe ne s'unifiera jamais complètement, chaque vaisseau continuant à opérer sous son propre commandement et à formuler des demandes supplémentaires spécifiques à la nation d'origine de son équipage, parfois même en opposition directe les unes avec les autres.
      Désespérée de ne pas perdre d'autres vaisseaux à cause des mutineries, la marine a pris la décision radicale de réaffecter l'équipage de tous ses navires restants afin de s'assurer que les personnes originaires du même ancien pays ou ayant déjà fait partie d'un même équipage soient séparées. Cette mesure a ralenti la neutralisation des vaisseaux rebelles, mais certains pensent qu'elle a empêché d'autres navires de la marine de faire défection. Pendant ce temps, les six vaisseaux de guerre anti-unification, alliés mais opérant de manière indépendante, attiraient la marine dans des escarmouches en avançant vers des villes de la Terre et de Mars, ou en sautant vers Croshaw. La marine engageait brièvement le combat avec les vaisseaux, mais évitait une bataille totale. Elle prétendait donner la priorité à la protection des civils et des villes, mais l'état-major de la marine craignait également que la destruction du navire de guerre ne crée des martyrs pour le mouvement anti-unification et voulait que les navires de guerre soient renvoyés intacts à la flotte de l'UNE. L'accent mis par la marine sur la mise hors service et la recapture des navires de guerre en a frustré plus d'un et a permis aux vaisseaux rebelles de s'échapper à plusieurs reprises. Lorsqu'une escarmouche a causé des dommages importants à un navire de guerre de la marine et la perte de cinq membres d'équipage, la marine a modifié sa tactique pour passer à l'offensive et a commencé à s'attaquer aux vaisseaux anti-unificationnistes plutôt que d'attendre qu'ils menacent des territoires. Quatre d'entre eux ont été mis hors d'état de nuire et capturés, et deux ont été détruits. Le Panjwani résista le plus longtemps et fut finalement détruit le 22 mars 2381. Cependant, la guerre ne tarda pas à réapparaître sur un nouveau front.
       
      SIÈGE DE SYRTIS
      Les tensions sont restées vives jusqu'au milieu de l'année 2381, avec un contingent croissant d'anti-unification exprimant publiquement leur désir de dissoudre l'UNE. Les services de renseignement ont suivi leurs discussions et ont noté que la croyance commune était que les navires de guerre ayant fait défection avaient échoué dans leurs objectifs parce qu'ils n'avaient pas de zone d'atterrissage pour se réparer et se réapprovisionner. En juin 2381, un rapport des services de renseignement signala que la colonie frontalière de Syrtis sur Mars, qui abritait un important contingent d'ex-pats de Sumerkadia opposés à la dissolution de leur pays, avait ouvert sa ville aux anti-unificationnistes alliés à n'importe quelle ancienne nation. La population de Syrtis a considérablement augmenté et la colonie a commencé à étendre et à renforcer ses fortifications. Lorsque des tourelles antiaériennes de qualité militaire obtenues illégalement ont été installées au début du mois d'août, l'UNE a envoyé des militaires pour récupérer les armes, mais ils se sont heurtés à une résistance acharnée. Le niveau inattendu de résistance a surpris les militaires, qui ont décidé de ne pas aggraver l'incident et de ne pas mettre en danger les civils de Syrtis. Au lieu de cela, les militaires ont retiré leurs forces, encerclé Syrtis et attendu.
      En plus d'empêcher quiconque d'entrer ou de sortir de Syrtis, l'armée de l'UNE a instauré une zone d'exclusion aérienne et a bloqué les transmissions afin de paralyser les communications. Selon les premières évaluations de l'UNE, la colonie disposait de réserves stratégiques de nourriture et d'eau pour six mois, mais près d'un an plus tard, les habitants de Syrtis sont restés défiants et ont refusé de se rendre. Bien que les communications de la colonie aient été coupées, des observateurs civils ont surveillé la colonie et les actions de l'UNE et ont relayé des mises à jour quotidiennes sur l'impasse aux cercles anti-unificationnistes. Cet incident, connu sous le nom de "Siège de Syrtis", est devenu un cri de ralliement et un outil de recrutement pour le mouvement anti-unification qui, à ce moment-là, s'est solidifié en un seul groupe uni représentant les peuples de toutes les anciennes nations de la Terre, connu sous le nom d'Alliance anti-unification (AUA). Certains membres du Conseil de l'UNE ont estimé que l'impasse donnait au gouvernement une image de faiblesse et d'incapacité à faire respecter les lois auxquelles Syrtis était soumise, et ont donc intensifié la pression sur l'armée pour qu'elle règle la situation le plus rapidement possible. Lorsque les habitants de Syrtis ont refusé de négocier avec l'UNE, affirmant que le gouvernement n'avait aucune autorité sur la colonie, plusieurs tactiques psychologiquement stressantes ont été déployées, notamment la diffusion de musique forte, des bombardements aériens nocturnes pour créer une canopée de bruit, et des lumières la nuit pour tenter d'épuiser les habitants pendant des jours et des jours. Aucun de ces stratagèmes n'a convaincu les habitants de Syrtis de céder et n'a fait que renforcer le soutien à l'AUA et la colère de la population civile à l'égard du gouvernement de l'UNE. Le Conseil de l'UNE fut convaincu que l'optique de l'impasse aidait plus que tout les anti-unification et ordonna à l'armée d'y mettre fin. Le 4 janvier 2383, l'armée a assiégé la colonie au milieu de la nuit et, après une brève mais sanglante bataille, a pris le contrôle de Syrtis.
       
      LA LUTTE POUR NEW YORK CITY
      La fin sanglante de la situation sur Syrtis a suscité de nombreuses critiques et renforcé le soutien à l'Alliance anti-unification, qui a également fait évoluer ses tactiques et ses méthodes de communication. Les membres de l'AUA, pacifiques et persuasifs, sont devenus le visage du mouvement. Ils ont organisé des rassemblements, rédigé des articles d'opinion et fait des apparitions constantes dans les médias pour promouvoir leur position selon laquelle l'UNE est une structure de pouvoir impérialiste et non élue qui n'a pas d'autorité réelle sur les gens ordinaires. Pendant ce temps, les analystes de l'UNE ont remarqué un silence troublant de la part de l'aile la plus militante du mouvement anti-unification et se sont inquiétés de ce qui se préparait. Ils avaient raison.
      Avec les mesures prises par la marine de l'UNE pour purger et priver de pouvoir les anti-unificationnistes dans ses rangs, l'AUA s'est concentrée sur la construction d'une flotte de vaisseaux personnels et sur leur modification avec des systèmes d'armes, qui étaient peu communs et extrêmement difficiles à acquérir par les civils de l'époque. Le mouvement a également fait des incursions et a obtenu un fort soutien au sein de la communauté des milices en plein essor. Après l'unification, de nombreux vaisseaux de guerre jugés trop vétustes pour la marine de l'UNE ont été conservés par les gouvernements locaux et déployés pour patrouiller les voies de navigation, participer à des missions humanitaires et faire face à des rencontres de bas niveau avec un élément criminel naissant. Au début de l'année 2384, les commandants de la flotte improvisée de l'AUA ont commencé à se réunir secrètement et à comploter avec les capitaines de certains de ces navires de guerre vieillissants. Contrairement aux précédents soulèvements anti-unificationnistes, celui-ci serait organisé et axé sur un objectif unique.
      Le 29 juillet 2384, la marine de l'UNE a été informée qu'un navire de guerre de la milice, qui avait disparu la semaine précédente, s'approchait de la ville de New York. Alors que les contrôleurs aériens locaux tentaient de contacter le vaisseau, celui-ci a tiré sur les navires de la Marine envoyés pour l'intercepter, puis s'est enfui. Lorsque la Marine a mobilisé les vaisseaux de la région pour poursuivre le navire de guerre hors-la-loi, le reste de la flotte de l'AUA a attaqué New York, se dirigeant vers la même cible : le United Nations of Earth Plaza, qui abritait les principales fonctions législatives et administratives du nouveau gouvernement unifié. Leur mission était simple : détruire le siège du pouvoir des Nations Unies de la Terre, puis utiliser le chaos qui s'ensuivrait pour convaincre les pays et les régions d'abandonner le gouvernement unifié. Dès qu'elle a compris l'ampleur de l'attaque, la marine a rappelé la plupart de ses vaisseaux pour défendre la ville de New York, mais de petites flottes ont été laissées pour défendre les installations militaires clés de Port Renatus sur Mars et d'Angeli à Croshaw, au cas où l'attaque sur New York serait une double feinte.
      Pendant des heures, le ciel de New York s'est embrasé. Les habitants se réfugièrent dans les sous-sols et les tunnels du métro tandis que des débris et des vaisseaux endommagés s'écrasaient sur la ville. La marine a légitimement supposé que la cible visée était l'UNE Plaza et a tout mis en œuvre pour la défendre. Lorsqu'il est devenu évident que les anti-unificationnistes ne seraient pas en mesure de surmonter la ligne de défense de la marine, ils ont ajusté leur tactique pour répandre un maximum de peur et de chaos en attaquant les extensions urbaines autour de la ville principale. Certains de leurs navires de guerre ont tiré au hasard sur les bâtiments, tandis que d'autres se sont intentionnellement écrasés sur la ville au lieu de se rendre. Le nombre de vaisseaux de l'AUA diminuant, plusieurs vaisseaux rebelles s'enfuirent au lieu de se rendre. Ces vaisseaux se sont cachés dans les confins du système Sol ou se sont glissés dans Croshaw. Sachant qu'aucun port de l'UNE ne leur offrirait un port sûr, les équipages de ces vaisseaux ont formé plusieurs gangs de hors-la-loi bien connus et, malgré les efforts de l'UNE pour les traduire en justice, nombre d'entre eux sont devenus tristement célèbres pour leurs raids sur les voies commerciales de Sol et de Croshaw.
      La lutte pour la ville de New York a finalement mis un terme au mouvement anti-unificationniste. La destruction massive et aléatoire de la ville de New York et de ses environs a mis en colère les résidents de l'UNE et a retourné le public contre le mouvement pour de bon. Bien qu'il y ait eu quelques petites escarmouches avec les anti-unificationnistes au cours des décennies suivantes, les historiens considèrent officiellement la bataille pour New York comme la dernière bataille des guerres de l'unification. Les dégâts subis par la ville de New York ont été considérables, mais de nombreux lieux célèbres et importants sur le plan culturel ont heureusement survécu. Aujourd'hui, de nombreux historiens considèrent que l'effort massif de reconstruction, y compris la décision de RSI de construire un énorme complexe de quartiers généraux à l'endroit où le plus grand vaisseau de guerre s'est écrasé, a joué un rôle clé dans la modernisation de la ville de New York et a conduit à des améliorations qui ont consolidé le statut de la ville en tant que capitale politique et culturelle avec un pied fermement ancré dans le passé et un autre dans l'avenir. Alors que les guerres de l'unification ont vu l'humanité confrontée à de grandes divisions et à de terribles conflits internes, le résultat a permis de rallier des soutiens et de consolider la souveraineté d'un gouvernement humain unifié qui mènerait audacieusement l'espèce dans l'univers élargi.
       
      Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr
       

      467

      Portfolio : Pyrotechnic-Amalgamated

      Ce dossier a été publié à l'origine dans Jump Point 11.02.
       
      Pyrotechnic Amalgamated
      Tromo Nivelin insistait sur le fait qu'il n'était pas un joueur. Né dans une famille qui luttait pour gagner sa vie, il affirmait ne prendre que des risques calculés, mais aucun n'aurait été plus audacieux que de consacrer toutes ses économies au lancement de Pyrotechnic Amalgamated en 2409. Riche au-delà de ses rêves les plus fous à l'âge de trente ans grâce à la vente d'une société de gestion de données qu'il avait fondée avec un ami à l'université, Nivelin n'était pas du genre à se reposer sur ses lauriers. Il a passé des années à courtiser des investisseurs pour une nouvelle entreprise, Pyrotechnic Amalgamated, mais la plupart des financiers ont regardé le champ minier encombré et l'inexpérience de Nivelin dans ce domaine, et ont passé leur chemin. Nivelin ne s'est pas découragé, malgré les conseils de sa famille et de ses amis. Il ne le savait pas à l'époque, mais cette décision à haut risque et à forte récompense allait donner le ton à la société, qui a vu Pyrotechnic Amalgamated atteindre des sommets incroyables, notamment la découverte de deux systèmes, avant que le risque accumulé ne l'entraîne finalement dans sa chute.
       
      PAS DE RISQUE, PAS DE RÉCOMPENSE
      Selon Nivelin, la découverte de Vega en 2402 a été le moment clé qui l'a incité à fonder Pyrotechnic Amalgamated. Nouvellement riche et à la recherche d'une nouvelle entreprise, les discussions avec son mari, un avocat représentant une société minière luttant pour les droits d'une concession massive sur Selene (Vega III), ont ouvert les yeux de Nivelin sur le potentiel de profit qu'une partie inexploitée de la frontière pouvait offrir. Pendant ce temps, certains de ses plus beaux souvenirs d'enfance consistaient à accompagner sa tante dans ses expéditions minières, ce qui l'a amené à s'intéresser à la profession et à développer une obsession pour la géologie. Nivelin a passé deux ans à étudier le secteur et à évaluer ses pratiques commerciales. Il a identifié plusieurs domaines dans lesquels sa future entreprise pourrait se forger un avantage stratégique, mais il a refusé de les spécifier dans le plan d'affaires pour s'assurer que les investisseurs potentiels ne les voleraient pas et ne les implémenteraient pas ailleurs. Après des années de recherche d'investisseurs, seuls quelques-uns ont accepté de soutenir son projet. En 2409, Nivelin a donc pris l'audacieuse décision d'autofinancer le reste du projet. Le risque était énorme, mais le moment n'aurait pu être mieux choisi.
      L'humanité a découvert Virgil en 2412 et a accéléré la terraformation de la première planète en raison des conditions favorables. Pour encourager l'investissement privé, les Nations Unies de la Terre (UNE) ont autorisé les compagnies minières à prospecter le système et à faire des offres pour les droits d'exploitation. Plutôt que d'employer la technique de balayage systémique (populaire auprès de la plupart des organisations minières en raison de sa rigueur), les vaisseaux de prospection de Pyrotechnic Amalgamated ont été équipés pour balayer à la manière des explorateurs - couvrant autant de zones que possible lors de leur premier passage avant de se concentrer sur les petites anomalies pour une investigation plus poussée. D'autres entreprises se sont moquées des vaisseaux Pyrotechnic Amalgamated qui traversaient le système à toute vitesse, mais leur approche unique leur a permis d'identifier plusieurs sites lucratifs et, au final, de faire une offre inférieure à la moyenne. Les bénéfices exceptionnels tirés de ces réclamations ont permis à la société de se développer et de réinvestir dans des technologies qui l'ont maintenue à la pointe du progrès pendant des décennies. Alors que l'humanité entrait dans un âge d'or d'expansion au milieu du 25e siècle, aucune compagnie minière n'était mieux placée que Pyrotechnic Amalgamated pour explorer ces systèmes et identifier des concessions viables.
      Malgré ces succès, l'objectif ultime de Nivelin était de découvrir un système, persuadé que cela suffirait à faire vivre la société pendant des siècles et à inscrire son nom dans l'histoire. Il créa une division d'exploration, dont le seul but était de trouver de nouveaux sauts, et exigea que tous les vaisseaux de la compagnie et ceux sous contrat partagent leurs données de vol avec elle. Il prendra sa retraite en 2457 sans avoir réalisé son rêve, mais les systèmes qu'il a mis en place finiront par porter leurs fruits.
      En 2469, l'équipage du vaisseau-citerne de la compagnie, le Roustabout, remarqua une anomalie gravitationnelle lors de la traversée de Cano et rédigea un rapport détaillé à l'intention de la division Exploration. L'anomalie est restée ignorée jusqu'en 2493, date à laquelle le PDG Cecile Uchiha a ordonné la réévaluation des dossiers de vol afin de prendre en compte les récentes avancées scientifiques en matière de détection des points de saut. À ce moment-là, la fortune de Pyrotechnic Amalgamated s'est ternie après que ses pratiques pionnières en matière d'exploration et de balayage se soient répandues au sein de l'industrie. La perte de son avantage concurrentiel et l'épuisement de plusieurs filons rentables ont placé Pyrotechnic Amalgamated dans une situation précaire. Les initiés de l'industrie pensaient que l'entreprise aurait besoin d'un miracle pour survivre. Ces données de vol du Roustabout, vieilles de plusieurs dizaines d'années, allaient lui permettre de le faire.
       
      PYROMANIE
      Il n'a pas fallu longtemps au vaisseau d'exploration envoyé par Pyrotechnic Amalgamated pour découvrir le nouveau point de saut et effectuer des scans préliminaires du système. Les initiés affirment que le PDG Uchiha a hurlé de joie en recevant la nouvelle de la découverte, puis a hurlé de frustration en voyant que le système souffrait d'éruptions solaires imprévisibles. Néanmoins, les importants dépôts de minerais sur Pyro II et la présence d'eau et d'une atmosphère respirable sur Pyro III ont convaincu Uchiha de demander à ses cadres de concevoir un plan d'évaluation et d'exploitation du système.
      Pyrotechnic Amalgamated enregistre sa découverte auprès de l'UNE et nomme le système en l'honneur de l'entreprise et de l'étoile volatile du système. Le PDG Uchiha a fait pression sur l'UNE pour qu'elle revendique le système, ce qui ouvrirait les vannes des subventions et des ressources gouvernementales pour le contrôler et rendre la vie et les déplacements à travers le système plus gérables. Cependant, les représentants du gouvernement ont jugé que le soleil instable était trop dangereux et ont décidé de ne pas le revendiquer, laissant ces responsabilités à tous ceux qui voulaient travailler sur le système. Pyrotechnic Amalgamated a immédiatement établi des opérations sur les gisements miniers les plus importants du système et a renforcé ses forces de sécurité pour "décourager" fortement les autres de développer leurs propres gisements. Alors que la plupart des sites miniers se trouvaient sur Pyro II, la société a construit la majorité des sites de transit, des centres de traitement et des campements d'habitation sur Pyro III, plus accueillante. Cependant, la menace imminente des éruptions solaires rendit Pyrotechnic Amalgamated réticente à l'idée d'établir un siège permanent sur l'une ou l'autre planète, ce qui obligea l'entreprise à adopter une solution radicale et coûteuse.
      La construction de la station MacEwan a débuté en 2506. Nommée en l'honneur de l'officier de surveillance du Roustabout qui a remarqué l'anomalie gravitationnelle, la station a été conçue pour être un centre opérationnel massif et impressionnant pour la société. Pourtant, cette ambition n'a pas tardé à se heurter à la réalité. Les dépassements de coûts de construction, les bénéfices miniers décevants de Pyro II et le ralentissement de l'industrie minière en général se sont combinés pour faire chuter les résultats de l'entreprise. À la fin de l'année 2508, le PDG Uchicha a ralenti la construction de la station en raison de problèmes de liquidités et a sérieusement envisagé de l'abandonner, jusqu'à ce qu'une nouvelle découverte la convainque du contraire.
       
      RUINEUX
      En 2510, une force de sécurité de Pyrotechnic Amalgamated, à la recherche d'un équipage hors-la-loi, effectue des scans de l'espace lointain qui donnent un résultat inhabituel. La société a envoyé un vaisseau d'exploration qui a découvert un saut dans un nouveau système. Les scanners ont révélé une ceinture d'astéroïdes prometteuse, mais aucune planète habitable. En proie à des difficultés financières, Pyrotechnic Amalgamated décida de ne pas s'intéresser à ce système. Ils l'enregistrèrent auprès de l'UNE sous le nom de Nivelin et utilisèrent les honoraires du découvreur pour combler le déficit budgétaire de la construction de la station MacEwan.
      La construction de la station MacEwan s'est achevée en 2512. Elle a permis de rationaliser les opérations d'exploitation minière et d'approvisionnement pour les opérations de la société dans le système, et a fourni un flux de revenus supplémentaires provenant de la vente de carburant, de nourriture et d'autres fournitures aux mineurs indépendants voyageant à destination et en provenance de Nivelin. La découverte du système Terra en 2516 et le saut entre ce système et Pyro ont également stimulé le trafic vers la station. Pendant ce temps, Pyrotechnic Amalgamated tenta de tirer parti de sa proximité avec Terra en faisant un appel d'offres pour les droits miniers de plusieurs sites du système. Mais, lors d'un incident désormais tristement célèbre, la société surenchérit sauvagement sur le filon d'Arroyo après que les données d'un scanner défectueux eurent convaincu les dirigeants qu'il valait dix fois sa valeur réelle. Puis, en 2539, un saut a été découvert entre Nivelin et Gurzil, plaçant cette dernière au cœur de la guerre froide qui se prépare entre les humains et les Xi'an. Le gouvernement a rapidement restreint l'accès au système et l'a rebaptisé Hadrian. La perte de l'accès civil au système a sensiblement réduit le trafic vers la station MacEwan.
      En 2542, la plupart des mines de la compagnie dans Pyro étaient épuisées, et les tentatives agressives pour trouver des gisements significatifs ailleurs ont été infructueuses. La perte de trafic à la station MacEwan signifiait également que les coûts opérationnels de la station dépassaient ce que Pyrotechnic Amalgamated avait gagné dans le système cette année-là. La société a tenté de vendre la station au gouvernement, en la présentant comme la plaque tournante idéale pour le réapprovisionnement d'Hadrian, mais n'a pas réussi à conclure un accord.
      Pyrotechnic Amalgamated passa les années 2550 à réduire ses effectifs, ses zones d'opération et à liquider ses actifs pour rester à flot. Après la Première Guerre Tevarin, les progrès de la technologie des boucliers des Tevarin ayant été introduits dans les vaisseaux civils, il y eut une lueur d'espoir que l'entreprise puisse tirer parti de cette technologie pour accéder à des parties du système jusqu'alors trop dangereuses et les exploiter. Cependant, la nouvelle technologie des boucliers permettait également aux hors-la-loi de survivre et de prospérer plus facilement dans le système. Ayant réduit considérablement ses forces de sécurité par mesure d'économie, les vaisseaux de Pyrotechnic Amalgamated se sont retrouvés constamment attaqués, ce qui rendait l'exploitation de ces maigres ressources difficiles d'accès peu rentable. Dans ses derniers jours de désespoir, la compagnie a dépouillé la station MacEwan de tout ce qui avait de la valeur et y a abandonné ses opérations, laissant la station en ruines ; le nom de Ruin Station lui a été donné par les hors-la-loi et les squatters. En 2563, la société déclara finalement faillite, mais ne fut pas oubliée grâce à la découverte du système qui partage son nom.
       
      Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr
       
       

      266

      Portfolio : Mirai

      Ce dossier a été publié à l'origine dans Jump Point 11.03.
       
      Mirai
      Lorsque Irena Adjei, PDG de MISC, a vu le prototype du Fury pour la première fois, elle a passé plus d'une heure à faire lentement le tour du vaisseau et à évaluer le chasseur compact sous tous les angles. "Il semble à la fois distinctement MISC et quelque chose d'unique", a-t-elle déclaré au conseil d'administration de MISC. "Je suis convaincue que nous devrions le fabriquer, mais je ne pense pas que MISC devrait le faire. C'est par ces mots qu'Adjei a proposé une solution à un débat qui avait amèrement divisé le conseil d'administration de la société entre les membres qui pensaient que MISC devait se concentrer sur les vaisseaux industriels et ceux qui espéraient étendre la marque. La PDG Adjei n'avait jamais pris parti jusqu'au jour où elle a proposé une solution qui satisferait les deux parties : la création de la sous-marque Mirai.
      Signifiant "Futur" en japonais, le nom Mirai rend hommage aux colons de Centauri, où se trouve le siège de MISC, et incarne son objectif de créer la prochaine génération de navires. La création d'une sous-marque permet également à MISC de conserver son identité industrielle, qui lui est chère, tout en offrant à l'entreprise un espace d'expérimentation. Adjei a soutenu que le Fury devait lancer la sous-marque et a convaincu le conseil d'administration en lui montrant ce sur quoi l'équipe du Fury travaillait. La création de la sous-marque Mirai a choqué de nombreux acteurs de l'industrie et a marqué le changement le plus important de l'entreprise depuis des décennies.
       
      AU-DELÀ DE L'INDUSTRIE
      Si MISC est connue pour ses vaisseaux industriels, sa volonté de développer d'autres variantes remonte à 2833. Moins de vingt ans après la fusion qui a donné naissance à MISC, le PDG Kori Desmon a poussé la société à élargir son portefeuille. Le succès de la série Hull a apporté une stabilité financière et des excédents budgétaires que Desmon voulait investir dans des vaisseaux qui portent la marque au-delà du secteur industriel. Cependant, une coalition de membres du conseil d'administration, convaincue de la nécessité de rester concentrée sur les vaisseaux industriels, obligea Desmon à réduire ses ambitions à une seule équipe de conception travaillant sur un vaisseau de course dédié. Le résultat sera le Daedalus.
      Daedalus a été conçu dès le départ pour être un vaisseau extrêmement rapide et performant, capable de supporter les rigueurs de la course. Un prototype impressionnant a incité MISC à sponsoriser une équipe de course et à partager sa technologie avec elle plutôt que de commercialiser le vaisseau lui-même. L'équipe de conception n'était pas d'accord avec cette décision, mais les dirigeants de l'entreprise ont convaincu Desmon qu'une équipe de course spécialisée apporterait la vision et l'expérience qui manquaient à leurs propres concepteurs. Bien que le vaisseau ait impressionné les amateurs de course, Daedalus n'a jamais réussi à se qualifier pour la division professionnelle de la Murray Cup, un objectif que Desmon savait devoir être atteint pour que le vaisseau puisse être produit en série. Les matériaux expérimentaux et les techniques de production utilisés sur le Daedalus signifiaient que les lignes de production existantes de MISC ne pouvaient pas être utilisées pour fabriquer le vaisseau, et qu'il fallait donc construire des installations de production ultramodernes. Bien que le Daedalus batte de l'aile, le conseil d'administration considère toujours l'équipe de course comme un excellent outil de marketing et continue à la sponsoriser. Desmon a officiellement désigné l'équipe qui a construit Daedalus comme MISC-M et l'a chargée d'assurer la liaison entre l'équipe de course et l'entreprise.
      Alors que la réalisation d'améliorations pour le Daedalus faisait partie des ordres de travail de MISC-M, la division reçut également l'ordre de produire de nouveaux designs de vaisseaux innovants et imaginatifs, sans aucun mandat pour les garder industriels. La plupart de ces projets resteront théoriques, car le minuscule budget de construction de la division est presque exclusivement réservé aux tests des améliorations du Daedalus. La division a désormais la réputation d'être le lieu où les concepteurs inexpérimentés apprennent et où les anciens s'effacent. En réalité, elle est devenue un terrain d'entraînement où les jeunes perfectionnent leur art sous la tutelle de vétérans qui apprécient la liberté d'explorer des conceptions uniques et inhabituelles.
      Des décennies de bricolage constant sur le Daedalus ont permis d'améliorer les performances du vaisseau, qui a fini par accéder à la division professionnelle de la Murray Cup en 2898. Depuis, l'équipe de course de MISC participe régulièrement aux qualifications. Le MISC-M a également développé et soigneusement catalogué des milliers de modèles de vaisseaux complets, de composants et de pièces, mais il n'a jamais fait passer de nouveaux vaisseaux à la phase de prototypage. Au lieu de cela, tous les vaisseaux intéressants ont été réaffectés à d'autres équipes, où ils ont été modelés selon les paramètres acceptables de MISC, ou finalement mis au rebut. Tous les deux ou trois ans, certains membres du conseil d'administration préconisaient la fermeture du MISC-M ou son intégration dans une autre division, mais la majorité d'entre eux continuaient à soutenir sa mission. Ce puits profond d'idées novatrices et peu orthodoxes allait devenir plus important que jamais lorsque MISC signa l'accord historique de prêt-bail avec les Xi'an en 2910.
       
      INFLUENCE EXTRATERRESTRE
      Après la signature de l'accord, MISC a rapidement mis à profit les connaissances et les ressources nouvellement acquises. Le Freelancer, sorti en 2915, a bénéficié de la technologie Xi'an pour devenir le transporteur industriel bien-aimé que l'on connaît aujourd'hui. Malgré ce succès, MISC a découvert que ses équipes de conception traditionnelles avaient du mal à intégrer la technologie Xi'an ou à utiliser son influence pour promouvoir d'autres innovations. Finalement, les penseurs avant-gardistes de MISC-M ont été chargés d'évaluer l'afflux d'idées Xi'an et d'en imaginer l'utilisation. La division a également passé au peigne fin son énorme base de données de conceptions pour voir quelles idées pourraient bénéficier de la technologie Xi'an. Le premier projet retenu est celui du Daedalus.
      Beaucoup de choses ont changé depuis le Daedalus original, mais l'équipe a vu un énorme potentiel dans l'utilisation de la technologie Xi'an pour le faire voler plus vite et le rendre moins cher à fabriquer. D'autres améliorations et innovations ont été développées, mais elles n'ont pas été testées jusqu'en 2940, date à laquelle MISC a décidé de consacrer plus d'argent à ses activités de course. La société mit fin à son partenariat avec l'équipe de course externe et chargea MISC-M de construire le nouveau vaisseau. Le résultat fut le Razor, qui remporta la Murray Cup Classic Race en 2945, en partie grâce au pilotage héroïque de Trevor Yuman. Lors de sa sortie en 2947, le vaisseau s'est extrêmement bien vendu et a reçu des critiques élogieuses. Le succès commercial du Razor et de la Murray Cup, combiné au lancement triomphal du Reliant un an plus tôt, convainquit MISC de continuer à développer de nouveaux vaisseaux audacieux. La société a considérablement augmenté le financement et les effectifs de MISC-M et a demandé à l'équipe de développer les idées qui l'enthousiasmaient le plus.
      Au cours des années suivantes, le PDG Adjei s'est intéressé de près à MISC-M et s'est rendu fréquemment dans la division pour vérifier ses progrès. Elle l'a encouragée à adopter les valeurs de MISC tout en rafraîchissant l'esthétique. Parallèlement, Mme Adjei a déclaré au conseil d'administration que la division avait le potentiel d'accroître considérablement les revenus de l'entreprise. Les initiés pensent qu'elle souhaitait depuis longtemps faire de la division sa propre sous-marque, en partie pour consacrer sa mission et ses vaisseaux comme distincts de ceux de MISC, mais elle ne voulait pas révéler son plan avant que la division ne produise un deuxième vaisseau emblématique. Le Fury serait ce vaisseau et a incité la PDG Adjei à dévoiler son plan directeur. Une fois approuvé par le conseil d'administration, l'entreprise a également décidé d'intégrer le Razor à Mirai. Il aurait pu sortir sous MISC, mais l'histoire du vaisseau au sein de la division et ses liens avec le Daedalus original en faisaient un élément idéal. La prochaine étape pour la sous-marque de performance de MISC reste un mystère pour quiconque ne fait pas partie de l'entreprise. Les rumeurs prétendent que le Mirai poussera l'intégration de la technologie Xi'an à de nouveaux niveaux audacieux, laissant les amateurs de vaisseaux et les concurrents dans une attente impatiente de ce qui se passera par la suite.
       
      Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr
       
       

  • Forum Statistics

    7.5k
    Total Topics
    23.9k
    Total Posts
×
×
  • Créer...