Jump to content
  • Whitley's Guide - Vulcan

    Published in 

    StarCitizen_DAY12_Warbond_CCU_RSI_Vulcan

    Cet article a été publié à l'origine dans Jump Point 7.10. 

    Aegis Dynamics Vulcan

    DÉVELOPPEMENT INITIAL

    Comme de nombreux vaisseaux spatiaux d'Aegis Dynamics, le vaisseau de soutien Vulcan a une longue histoire qui remonte à plusieurs siècles, à l'apogée de l'ère Messer. En 2590, les innovations en matière de raffinement du carburant ont permis aux vaisseaux de rester plus longtemps au large. L'UEEN a donc lancé un appel d'offres pour un vaisseau spatial de soutien de taille moyenne, capable de mener à la fois des opérations de ravitaillement et de réarmement. Compte tenu du processus de passation des marchés militaires de l'époque, il était évident qu'Aegis se verrait attribuer le projet. Néanmoins, l'équipe Vulcan a choisi d'aller au-delà des spécifications militaires et de développer ce qu'elle a appelé un véritable vaisseau spatial "trois R" : capable de réarmer, de ravitailler et de réparer. Les concepteurs d'Aegis ont estimé que s'ils pouvaient livrer un vaisseau capable de soutenir des chasseurs et des bombardiers plus petits (qui deviennent rapidement un aspect plus important de la doctrine navale), ils auraient une chance de construire quelque chose d'essentiel pour l'arsenal de l'UEEN à plus long terme.

    Les premiers prototypes étaient des vaisseaux spatiaux complètement différents des modèles mis sur le marché trois siècles et demi plus tard. Les premiers Vulcains ne disposaient pas des drones BARD de la version moderne, ce qui signifie que chacun des trois processus principaux devait être accompli manuellement et de manière considérablement plus dangereuse. Après une série d'accidents ayant détruit plusieurs Vulcans, les ingénieurs ont mis au point un procédé permettant de maintenir les munitions inertes et de les activer à distance une fois qu'elles sont chargées. Le ravitaillement précoce à l'aide de la plateforme Vulcan s'est avéré plus difficile. Les engins spatiaux devaient manœuvrer très près et se connecter via une sonde externe pendant la durée du ravitaillement. Contrairement aux munitions, il n'était pas possible de rendre le carburant quantique inerte ; les équipages étaient parfaitement conscients du danger accru que représentait le ravitaillement. Dans l'idéal, le ravitaillement se faisait à l'arrêt complet. Cependant, cela n'était souvent pas possible dans des conditions de combat, ce qui a valu aux équipages de vulcans un véritable respect de la part des escadrons de chasseurs et de bombardiers. Cependant, la réparation était un processus relativement simple, le compartiment arrière du vaisseau permettant de stocker des outils de réparation et des fournitures facilement accessibles aux membres d'équipage équipés de combinaisons de manœuvre externes.

    Comme tous les vaisseaux spatiaux de soutien de l'époque, les premiers Vulcans n'étaient pas armés du tout et ne possédaient qu'un blindage limité. Au fil des décennies, les progrès en matière de processus et de stratégie militaire ont permis de remanier considérablement les capacités défensives du Vulcan.

    Le vaisseau résultant, officiellement lancé en 2594, impressionna l'UEEN lors de son examen officiel, l'incitant à commander près de quatre fois le nombre indiqué dans la proposition initiale. Alors que le vaisseau trouvait sa place dans le service actif, Aegis a donné la priorité aux développements futurs pour éviter qu'il ne devienne obsolète. Les changements apportés à la plate-forme Vulcan ont été rapides, la société s'adaptant aux rapports des champs de bataille et s'efforçant d'intégrer les technologies les plus récentes. En l'espace de dix ans, le concept simple mais dangereux d'"atelier" pour les opérations de réparation a été remplacé par un processus formalisé utilisant des bras manipulateurs, tandis que la formation au ravitaillement en vol s'est améliorée et a permis de réduire considérablement le nombre de victimes. Les trois processus du Vulcan seront régulièrement modifiés, avec le soutien d'Aegis à chaque étape. Le Vulcan moderne prit forme en 2895 avec l'adoption des drones BARD de Saga Datasystems qui normalisèrent les fonctions de soutien du vaisseau et réduisirent considérablement les dangers. En utilisant les drones qui allaient bientôt devenir la norme dans l'industrie au lieu de développer leurs propres drones, le coût global par unité du Vulcain a été réduit et Aegis a noué une relation stratégique importante avec une entreprise technologique en plein essor.

     

    LE VULCAN A LA GUERRE

    Le Vulcan a été ensanglanté pour la première fois en 2603, lors des premières batailles de la Première Guerre Tevarin. Au début du conflit, le vaisseau spatial faisait partie de l'inventaire de l'UEEN depuis près de dix ans. Il y avait fait ses preuves en temps de paix, en soutenant et en élargissant le rayon d'action des convois et des patrouilles. Ses premières missions de combat ne se sont toutefois pas bien déroulées. Les forces tevarin ont rapidement compris qu'elles pouvaient réduire l'efficacité de l'UEE en prenant pour cible les vaisseaux de soutien, lents et peu défendus. Pendant les six premiers mois de la guerre, les pertes de Vulcan ont été nettement plus importantes que prévu et un certain nombre de missions de frappe ont échoué lorsque les bombardiers de retour n'ont pas pu se ravitailler en carburant et ont été détruits par les chasseurs Tevarin. Ces problèmes ont été résolus par des changements de fabrication et de doctrine. Aegis a développé une mise à niveau pour le champ de bataille des premiers Vulcains qui a amélioré le blindage et ajouté une tourelle défensive ; des changements qui allaient parler à l'éventuel remaniement du vaisseau. L'armée elle-même a adapté le rôle du vaisseau en opérant les Vulcans par groupes de trois : un pour la réparation, un pour le réarmement et un pour le ravitaillement. Ces trios se voyaient ensuite attribuer des chasseurs d'escorte, défendant les vaisseaux lorsqu'ils étaient attaqués et utilisant leurs services pendant les périodes d'inactivité.

    Le Vulcain n'a rencontré aucun problème de ce genre lorsqu'il a été opposé aux Vanduul pour la première fois. Lors des premières batailles, les Vanduul ne semblaient pas vouloir cibler les vaisseaux de soutien, se concentrant plutôt sur les chasseurs et prenant les autres comme rebuts ou prix. Les progrès constants de la plate-forme ont permis aux vaisseaux qui ont affronté les Vanduul pour la première fois d'être beaucoup plus efficaces, à la fois dans leur rôle principal et dans leur défense. Les drones améliorant les "trois R", les Vulcans ont été mis en service en plus grand nombre que jamais, à la fois dans leurs rôles traditionnels et en tant que soutien de la flotte, plusieurs Vulcans étant souvent assignés à des escadrons de destroyers et de croiseurs qui les suivaient de près. Ces dernières années, l'UEEN a commencé à déployer ce qu'elle appelle des "groupes d'intervention à distance" pour tenter de réduire la pression exercée par les Vanduul. Ces groupes d'intervention sont composés de chasseurs et de bombardiers lancés depuis la base et soutenus par des Vulcans modernes qui augmentent considérablement leur rayon d'action et leur puissance de frappe, ce qui leur permet de se déployer en territoire ennemi pour y mener des raids. Cette stratégie a été élaborée dans le but de répondre aux raids anti-commerce des Vanduul et semble s'avérer efficace.

     

    LE VULCAN EN TEMPS DE PAIX

    Le Vulcan a rapidement dépassé son rôle militaire initial en raison de la simplicité de sa conception. En l'absence d'armes de qualité militaire ou de technologies avancées comme les drones, l'UEE n'a pas vu de raison d'empêcher la vente du modèle à des entreprises et à des utilisateurs privés. Le Vulcain a ainsi connu une seconde vie en tant que vaisseau de soutien civil. La commercialisation initiale était destinée aux grandes entreprises exploitant leurs propres convois qui avaient besoin de vaisseaux de soutien pour fonctionner en toute sécurité. Aegis vendit des Vulcans civilisés en grand nombre et, en l'espace de cinq ans, le Vulcan devint un élément essentiel des routes commerciales les plus fréquentées.

    Ce qu'Aegis n'aurait pas pu prévoir, c'est la popularité du vaisseau auprès des "voyageurs". Initialement nés d'une alliance entre trois aéroclubs amateurs à la fin du 29e siècle, les groupes de voyageurs étaient devenus une sorte d'organisation de bienfaiteurs soutenant les propriétaires indépendants d'engins spatiaux. Le Vulcan leur a apporté exactement ce qui leur manquait : un vaisseau de référence uniforme capable de fournir le type d'assistance qu'ils s'obstinaient jusqu'alors à adapter aux vaisseaux spatiaux civils. Aujourd'hui, vous pouvez trouver ces vaisseaux polyvalents et durables dans la plupart des systèmes, qu'ils soient rattachés à des entreprises, des organisations ou des fournisseurs de services indépendants.

     

    Trad : @Maarkreidi Starcitizeninfo.fr

     

     



    User Feedback

    Recommended Comments

    There are no comments to display.


  • Forum Statistics

    7.5k
    Total Topics
    23.9k
    Total Posts
×
×
  • Créer...